TEST: 2245

Les partenaires de la RO s'opposent à toutes modifications judiciaires

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 05/04/2019 à 00:00 | Mis à jour le 05/04/2019 à 00:00
Photo : Shutterstock
justice_shutterstock.com_
Douze des plus importants partenaires internationaux de la Roumanie ont, par l’intermédiaire de leurs ambassades, exhorté le gouvernement roumain à s’abstenir de toute modification de la législation judiciaire susceptible d’affaiblir l’état de droit et de lutter contre la corruption dans le pays.
 
 


La lettre a été signée par les ambassades de l’Autriche, de la Belgique, du Canada, du Danemark, de la Finlande, de la France, de l’Allemagne, de l’Irlande, des Pays-Bas, de la Norvège, de la Suède et des États-Unis.
 
 
«Nous, partenaires internationaux et alliés de la Roumanie, appelons toutes les parties impliquées dans la rédaction d'ordonnances gouvernementales urgentes modifiant les lois du secteur de la justice afin d'éviter des modifications qui affaibliraient l'état de droit et la capacité de la Roumanie à lutter contre le crime et la corruption», est écrit dans cette lettre.


«Malheureusement, les demandes officielles de dialogue sur ces questions sont restées sans réponse depuis janvier de cette année», poursuit le document.


«Nous sommes profondément préoccupés par l'intégrité du système judiciaire roumain, qui a été bouleversé par des changements imprévisibles qui ne renforcent pas les efforts de la Roumanie pour consolider les progrès judiciaires. Au contraire, l’effet cumulatif de ces modifications risque de ralentir la lutte contre la corruption et de saper l’indépendance de la justice », ont également déclaré les ambassades.


La lettre complète a été publiée sur Facebook par plusieurs ambassades.


La lettre des ambassades arrive le jour même où le premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, a lancé un puissant avertissement à la Roumanie, demandant au gouvernement du pays de s’abstenir de mesures qui affaibliraient l’indépendance du pouvoir judiciaire.


Le gouvernement roumain se préparait à adopter une ou plusieurs ordonnances d'urgence pour modifier le code pénal et d'autres lois concernant le fonctionnement du système judiciaire le mercredi 3 avril. Les ordonnances d'urgence, proposées par le parti au pouvoir - le Parti social-démocrate (PSD ) sont à l’ordre du jour du gouvernement depuis plusieurs semaines, mais la Commission européenne a demandé au Premier ministre Viorica Dancila d’abandonner cette initiative.


Les partenaires internationaux de la Roumanie surveillent de près les initiatives de la coalition au pouvoir concernant la réforme du secteur judiciaire, exprimant leurs préoccupations et exhortant le gouvernement et le parlement à ne pas adopter de changements qui affaibliraient l’état de droit et affaibliraient la lutte contre la corruption.


Cependant, la coalition au pouvoir à Bucarest a avancé dans ses réformes, niant qu'elles aient eu un impact négatif sur le système judiciaire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

chris4335 ven 05/04/2019 - 11:04

il faut tout simplement que l Europe sanctionne la Roumanie avec l article 7 et ensuite que ce pays quitte l UE!!!

Répondre

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale