TEST: 2245

Enquête sur la vaccination en Roumanie

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 17/11/2021 à 00:00 | Mis à jour le 17/11/2021 à 00:00
Enquête sur la vaccination en Roumanie

Un total de 36,9% de la population non vaccinée accepterait de recevoir le vaccin Covid-19, selon une enquête réalisée en octobre par INSCOP Research à la demande du groupe de réflexion Strategic Thinking Group.

 

L'enquête comptait 2 830 répondants. Il a examiné l'intention de vaccination de la population non vaccinée, pourquoi ils hésitent à se faire vacciner contre le Covid-19 et a testé des messages encourageant la vaccination à partir d'un questionnaire développé à l'aide du Health Belief Model.

L'enquête a été occasionnée par le lancement de la caravane de la vaccination #OAMENICAMINE, dédiée à l'éducation à la santé publique dans le contexte de la pandémie. La caravane est organisée et soutenue par le secteur privé.

Au total, 47,9% des personnes interrogées ont déclaré avoir reçu le vaccin Covid-19 (9,2% une dose et 38,7% les deux doses), 51,9% ont déclaré ne pas s'être fait vacciner et 0,2% n'ont pas répondu.

Parmi les personnes non vaccinées, 36,9% ont déclaré qu'elles accepteraient de se faire vacciner, tandis que 60,3% sont contre et 2,7% ne savent pas ou ne répondent pas.

Interrogés sur leurs sources d'information, 50,2 % des non vaccinés et 53,7 % des vaccinés ont mentionné les chaînes de télévision ; 24,4% des non vaccinés et 14,2% des vaccinés ont pointé les réseaux sociaux ; et 15,8 % des non vaccinés et 22,2 % des vaccinés, les journaux, les magazines et publications en ligne. Les radios étaient signalées par 4,9% des non vaccinés et 6,1% des vaccinés, tandis que 4,7% des non vaccinés et 3,7% des vaccinés avaient d'autres sources.

Interrogés sur les catégories de population de confiance qui parlent du Covid-19 et de la vaccination, 83% des vaccinés ont désigné les médecins, 77,5% ceux qui se sont fait vacciner, 71,7% à ceux qui ont eu la maladie, 54,1% aux enseignants/éducateurs, 32,4% aux journalistes, 31,8 % aux prêtres, 22,4 % aux hommes d'affaires et 7,5 % aux hommes politiques.

Parmi les non vaccinés, 52,5 % faisaient confiance à ceux qui avaient la maladie, 49 % aux médecins, 35,9 % aux prêtres, 35,7 % à ceux qui se faisaient vacciner, 33,8 % aux enseignants/éducateurs, 18,3 % aux journalistes, 12,7 % aux hommes d'affaires et 3,2 % aux politiciens.

En outre, 47% des personnes non vaccinées ont déclaré qu'elles étaient entièrement d'accord avec la déclaration "Je m'inquiète de la croissance incontrôlable du nombre de décès de Covid-19", et 18,5% ont déclaré qu'elles étaient quelque peu d'accord. D'un autre côté, 7,3 % étaient quelque peu contre l'énoncé et 24,9 % tout à fait contre.

Parmi les répondants non vaccinés, 36,2 % étaient tout à fait d'accord avec l'énoncé « La quatrième vague de la pandémie est beaucoup plus agressive que les précédentes », 22,6 % plutôt d'accord, 9,8 % plutôt en désaccord et 26,3 % complètement en désaccord.

Lorsqu'on leur a demandé dans quelle mesure ils étaient d'accord avec l'énoncé « Je crains de tomber malade du Covid-19 au cours de la période à venir », 28,5% des non vaccinés étaient d'accord, 23,3% plutôt d'accord, 10,1% étaient plutôt contre et 37,2% complètement contre.

Environ les deux tiers (67,7%) des personnes interrogées non vaccinées ont admis que le Covid-19 pouvait entraîner la mort. Au total, 42,2 % d'entre eux ont déclaré qu'ils étaient tout à fait d'accord avec l'affirmation « Covid-19 peut être fatal » et 25,5% plutôt d'accord, tandis que 21,8% n'étaient pas du tout d'accord. Un autre 34% des non vaccinés était complètement d'accord avec l'affirmation "Les nouvelles formes de coronavirus sont plus dangereuses et agressives", 24,6% étaient plutôt d'accord, tandis que 23,4% étaient complètement en désaccord.

Plus de la moitié des non vaccinés (57,3%) ne nient pas l'existence du virus, tandis que 40% pensent qu'il s'agit uniquement de propagande. Au total, 25 % sont tout à fait d'accord avec l'affirmation « Le virus n'existe pas, c'est de la propagande », 15 % sont plutôt d'accord et 44,3 % sont tout à fait en désaccord.

Près de 80 % des non vaccinés pensent qu'ils n'ont pas encore assez d'informations et ne comprennent pas ce que contient le vaccin. Au total, 62,4 % étaient d'accord avec l'énoncé « Je n'ai pas encore assez d'informations et je ne comprends pas ce que contient le vaccin », 16,8 % étaient partiellement d'accord et 15,3 % étaient totalement en désaccord.

37,3% des non vaccinés ont déclaré qu'ils n'aimaient pas les aiguilles et préféreraient une pilule ou un spray nasal.

Lorsqu'on leur a demandé s'ils étaient d'accord avec l'énoncé « Je veux en savoir plus sur les données médicales sur le vaccin », 67,1 % des non vaccinés étaient d'accord, 12,8 % plutôt d'accord, tandis que 16,6 % étaient totalement en désaccord.

Une part de 49,6 % des non vaccinés était tout à fait d'accord avec l'énoncé « Je me ferai vacciner lorsque j'aurai plus d'informations sur le vaccin », tandis que 23,7 % n'étaient pas du tout d'accord.

En référence à la déclaration « Si je pouvais me faire tester gratuitement contre le Covid-19 au supermarché, je le ferais », 56,8 % des non vaccinés étaient complètement d'accord, tandis que 26,2 % étaient complètement en désaccord.

Dans le même temps, 49 % des non vaccinés étaient complètement d'accord avec l'affirmation « Je me ferais vacciner si je voyais plus de médecins détaillant les effets du vaccin », tandis que 25,5 % étaient complètement en désaccord avec elle.

Concernant l'énoncé « Si j'étais sûr que mes efforts aident les médecins dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs, je me ferais également vacciner », 42,5 % des non vaccinés étaient entièrement d'accord, tandis que 29 % étaient entièrement en désaccord.

 

 

 

 

 

 

source

Sur le même sujet
lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'éditon Bucarest.

À lire sur votre édition locale