Les débats du PE laissent espérer que la Roumanie sera accueillie dans Schengen

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 07/10/2022 à 00:00 | Mis à jour le 07/10/2022 à 09:40
Les débats du PE laissent espérer que la Roumanie sera accueillie dans Schengen

Un récent débat au Parlement européen (PE) a prouvé qu'une nette majorité de députés soutient l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Schengen et qu'une opinion similaire prévaut désormais au Conseil européen. La Roumanie pourrait être intégrée à Schengen d'ici la fin de l'année, selon le gouvernement.

 

Plusieurs hauts responsables de l'UE ont soutenu l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen lors des débats du PE. Manfred Weber, chef du PPE de centre-droit, a déclaré que la Roumanie, avec la Bulgarie, appartient à Schengen, surtout maintenant que l'UE est confrontée à de nouveaux défis à ses frontières.

Le président du S&D, Iratxe Garcia Perez, a fait écho à Weber, affirmant que les Roumains et les Bulgares ont été victimes de discrimination pendant trop longtemps – et avec des coûts financiers inexcusables.

Sophie in’t Veld, une eurodéputée néerlandaise membre du groupe libéral Renew, a déclaré qu'elle avait honte de la position de son gouvernement sur la question et a publiquement demandé au Premier ministre Mark Rutte de soutenir l'adhésion des deux pays à Schengen.

L'une des déclarations les plus énergiques lors des débats au PE est venue de l'eurodéputé roumain Rares Bogdan. "Deux pays que les Roumains traitent avec respect les humilient systématiquement depuis 11 ans, bloquant l'adhésion [de la Roumanie] à l'espace Schengen, même si leurs entreprises ont d'énormes opérations en Roumanie", a-t-il déclaré, cité par Digi24. "Ne poussez pas les électeurs roumains dans les bras des populistes et des eurosceptiques", a-t-il ajouté.

Bogdan a ensuite été critiqué pour avoir apparemment menacé les États membres de l'UE de bloquer le commerce, en particulier les expéditions de céréales, à la frontière roumaine.

Même le groupe conservateur ECR, en dehors de la majorité du PE composée des plus grands groupes centristes (PPE, S&D, Renew), a soutenu l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Schengen.

Mikulas Bek, ministre tchèque des affaires européennes, a déclaré que la présidence tchèque du Conseil européen vise à faire des progrès concrets dans l'accueil de la Roumanie et de la Bulgarie dans Schengen. Le Conseil a jusqu'à présent été le principal obstacle à l'adhésion de la Roumanie. Pendant ce temps, une nette majorité d'eurodéputés soutient depuis longtemps l'adhésion des deux pays, seul le groupe ID y était opposé.

Des voix s'élèvent cependant contre l'adhésion de la Roumanie à l'espace Schengen. Guido Reil, un eurodéputé allemand faisant partie du groupe eurosceptique ID, a déclaré que la Roumanie et la Bulgarie n'auraient pas dû être accueillies dans l'UE pour commencer en raison de leurs mauvaises infrastructures, selon Euractiv.

Gunnar Beck, un autre eurodéputé allemand faisant partie du groupe ID, a affirmé que la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, "veut créer des itinéraires plus sûrs pour les migrants et que c'est pour cette raison que l'Allemagne et la France acceptent maintenant l'adhésion de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Croatie, trois États corrompus qui n'ont fait aucun progrès [dans ce domaine] ces dernières années.

Les eurodéputés roumains Dan Nica (PSD) et Vlad Botos (Renew) ont protesté contre les déclarations de Beck et Reil. "Nous ne pouvons pas accepter que les Roumains subissent cette humiliation, cette situation doit cesser, les Roumains sont parmi les peuples les plus pro-européens", a déclaré Nica.

Reil est soutenu par le parti d'extrême droite allemand AfD, dont les membres constituent l'essentiel du groupe ID au Parlement européen, avec la Lega italienne d'extrême droite et le Rassemblement national de Marine le Pen. Avec seulement 65 membres, le groupe ID est relativement petit.

L'ancien ministre roumain des Affaires étrangères, Cristian Diaconescu, analysant les résultats du débat du PE, a déclaré à Digi24 que la Roumanie serait très probablement accueillie dans Schengen d'ici le 1er janvier 2023. Il a fait valoir que la guerre en Ukraine et l'empressement manifeste des Roumains à aider les Ukrainiens qui la fuyaient ont valu à la Roumanie une mesure de sympathie bien méritée de la part d'autres États de l'UE.

Lucian Bode, ministre roumain de l'Intérieur, a déclaré que la Roumanie ferait partie de Schengen après un vote au Conseil de Justice et des Affaires intérieures le 8 décembre prochain.

 

 

 

 

 

 

 

source

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale