3 femmes sur 4 en Roumanie pensent que leur travail est sous-estimé

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 11/03/2019 à 00:00 | Mis à jour le 11/03/2019 à 00:00
Photo : Adobe Stock
3 femmes sur 4 Roumanie pensent travail sous-estimé

Les trois quarts des femmes interrogées par le service de recrutement en ligne BestJobs ont déclaré avoir rencontré, au moins une fois au cours de leur carrière, des situations dans lesquelles leurs collègues appréciaient davantage leurs collègues masculins, bien qu'ils soient au même niveau, voire d'un niveau inférieur en ce qui concerne la qualité de leur travail ou leur qualification.

 



En outre, un répondant sur deux pense qu'une femme doit travailler plus qu'un homme dans une situation similaire pour que ses supérieurs puissent l'apprécier.


Les résultats de l'enquête reflètent des situations de discrimination fondée sur le sexe. Selon 15,3% des réponses les femmes auraient un accès plus difficile à un emploi qu'un candidat masculin contre 21,3% des réponses. Deux femmes sur cinq ont déclaré avoir eu des difficultés à accéder à un meilleur emploi ou à une meilleure promotion au sein de l'entreprise. 18% des personnes interrogées pensent que les patrons ont imposé des normes de performance plus élevées que leurs homologues pour des postes pourtant similaires.



Les différentes approches de l'employeur commencent au stade du recrutement. Au cours des entretiens, trois femmes sur dix ont indiqué avoir été interrogées sur leur vie personnelles, le nombre d'enfants ou sur leur intention d'en avoir prochainement, estimant que la réponse à ces questions avait influencé la décision de leur futur employeur.

 

 

 

 

 

source :https://www.romania-insider.com/women-work-underappreciated-study

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale