Guide Vert Michelin- 3 petites villes à découvrir dans la région de la Transylvanie

Par Escapades en Roumanie | Publié le 26/11/2021 à 00:00 | Mis à jour le 26/11/2021 à 06:51
Photo : Wikipedia / Andrei kokelburg
centre-Medias-Transylvanie-Roumanie-Guide-Vert-Michelin

Ce mois-ci, le Guide Vert Michelin vous propose de découvrir trois petites villes de Transylvanie qui cachent de véritables trésors architecturaux, d’imposants monuments retraçant l’histoire tumultueuse des lieux et des paysages urbains impressionnants. En route!

 

 

Mediaș

La ville de Mediaș est située dans la vallée de la rivière Târnava Mare, à une distance de 40 km de Sighișoara et de Blaj et à 55 km de Sibiu. Pendant les 12e et 13e siècles, les rois de Hongrie ont installé des colons allemands (Saxons) dans la région de Mediaș, la ville étant documentée dès la seconde moitié du 13e siècle.

Bien que ce soit une petite ville, Mediaș garde encore son atmosphère pittoresque, en offrant un cadre urbain qui combine l'ancien et le nouveau avec une alternance de styles architecturaux (gothique, Renaissance, néoclassique, baroque, etc.). La ville garde encore les traces de son histoire à travers ses 17 tours et bastions, ses murs séculaires et ses portes d’accès à l'ancienne forteresse.

medias roumanie
Mircea Costina/adobe stock

 

Symbole de la ville, l'église dédiée à Sainte Marguerite a été documentée pour la première fois en 1414. L'aspect actuel de l'édifice remonte à 1488, lorsqu’on y rajouta des éléments dans le style gothique tardif. Au milieu du 16e siècle, cette église catholique passa de la propriété des moines bénédictins à la celle de la communauté évangélique luthérienne des Saxons. A l'intérieur se trouvent plusieurs peintures datant des 14e et 15e siècles ainsi qu'un autel triptyque réalisé en 1480 sous l'influence de l'école de peinture autrichienne. La tour de l'église est connue sous le nom de la Tour de la Trompette, d'où le « trompettiste de la ville » annonçait les dangers qui approchaient. La tour a une hauteur de 68,5 m.

medias roumanie

 

 

Blaj

Située en Transylvanie, la ville de Blaj se trouve à 35 km à l'est de Alba Iulia et à 60 km au nord de Sibiu, dans une région viticole de renom. Pendant les 18e et 19e siècles, Blaj fut le centre culturel des Roumains de la région. La ville a joué un rôle important dans le processus de formation de la conscience nationale roumaine et de la langue roumaine moderne.

La ville abrite la Cathédrale de la Sainte-Trinité, le siège archiépiscopal majeur de l'Église roumaine unie à Rome, qui a été construite dans le style baroque, grâce aux efforts de l'évêque Inocențiu Micu Klein. Symbole de la renaissance nationale roumaine, le bâtiment fut construit entre 1741 et 1749, selon les plans des architectes de la cour autrichienne, Anton et Johann Martinelli. L’iconostase en bois de tilleul doré est considérée comme étant parmi la plus imposante de Roumanie, mesurant 14 mètres de haut et 11,5 mètres de large. Le dôme de la cathédrale est décoré par des peintures de style byzantin, réalisées par Iacob Zugravul, entre 1748 et 1749.

blaj cathérale sainte trinité roumanie
Wikipedia / Țetcu Mircea Rareș

A quelques centaines de mètres à l'est de la cathédrale, se trouve Câmpia Libertății (La Plaine de la Liberté) – endroit de grande importance pour l’histoire des Roumains de Transylvanie, où s'est organisée l'Assemblée Nationale lors de la révolution de 1848. Presque 40 000 roumains ont exprimé à cet endroit leurs revendications politiques, religieuses et sociales pour l'abolition du servage des paysans, la liberté de publier des textes et d’utiliser la langue roumaine dans des documents administratifs et législatifs, et l'égalité des droits avec la nation hongroise. Entre 1973 et 1977, un monument a été élevé sur ce lieu, qui comprend une pièce centrale appelée « Gloria » et 26 bustes représentant des chefs Roumains de 1848, tels que les évêques Andrei Șaguna et Ioan Lemeni, Simion Bărnuțiu, George Barițiu ou Timotei Cipariu. Le 2 juin 2019, sur la Plaine de la Liberté, la sainte messe a été célébrée par le Pape François.

 

Turda

Installée sur la rive gauche de la rivière Arieș, la ville de Turda se trouve à la croisée des routes qui mènent à Alba Iulia, Cluj-Napoca et Târgu Mureș, étant située à environ 35 km au sud de la ville de Cluj-Napoca. La région où on trouve aujourd’hui la ville a été connue pendant la période ancienne, sous le nom de Potaissa, étant le siège de la 5e légion romaine Macedonica.

Un petite randonné sur les places de la République et de la Liberté permet d’admirer les façades colorées de beaux bâtiments construits dans différents styles architecturaux (baroque, gothique, néoclassique, etc.) qui animent le paysage urbain. Sur la place de la République se trouve l’église romaine-catholique, de style gothique, qui date de la fin du 15e siècle, et qui a été transformée au 18e siècle en y ajoutant des éléments de décoration baroques. Non loin, le musée d’Histoire de Turda, ouvert dans une jolie maison des 15e-16e siècles, offre une immersion dans l’histoire et le passé de la ville et de la région.

Proche du musée, dans la rue Andrei Șaguna, s’élève l’imposante Cathédrale orthodoxe de Turda. Le bâtiment a été édifié au début du 20e siècle et ressemble à la Cathédrale de la Réunification de la Nation d’Alba Iulia. Celle-ci a été réalisée à la mémoire de Mihai Viteazul (Michel le Brave), prince de Valachie entre 1593-1601, qui a eu la première tentative d’unification des trois pays Roumains (la Valachie, la Moldavie et la Transylvanie) en 1600. Son tombeau se trouve à 3 km au sud de la ville, dans l’endroit où il fut tué, étant commémoré par un obélisque et une église.

turda roumanie
venemama/adobe stock

La partie vieille, historique de Turda, garde aussi les traces de la forteresse médiévale et l’église reformée de style gothique (du 15e siècle) dont la tour domine le centre de la ville.

L’exploitation de sel dans cette zone remonte aux périodes médiévales, le paysage naturel étant parsemé par des lacs salés. Proche de la ville, se trouve la célèbre saline de Turda, une des plus spectaculaires destinations de voyage, de loisir et de thérapie balnéaire, visitée chaque année par de nombreux touristes à la recherche de cures thermales.

 

 

Pour découvrir plusieurs destinations remarquables, consultez le Guide Vert Michelin Roumanie et pour tracer votre itinéraire, le site Internet : https://www.viamichelin.fr/.

 

Equipe d’Edition et Photos :

Andra-Florentina Ostafi;

Ecaterina-Paula Cepraga;

Theodor Cepraga.

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale