Samedi 29 janvier 2022
TEST: 2245

ESCAPADES - Connaissez-vous l'histoire de ces 2 joyaux architecturaux de Roumanie?

Par Escapades en Roumanie | Publié le 19/11/2021 à 00:00 | Mis à jour le 19/11/2021 à 09:31
Photo : Instagram / @anda_stanciu - @maciualexandru
casino Constanta, Palais Baroque Oradea Roumanie

Aujourd'hui notre rédaction vous propose un peu d'histoire avant d'aller à la découverte de deux bâtiments incontournables de par leur architecture et qui font la fierté des Roumains.

 

Le Palais Baroque à Oradea

Petite réplique du fameux palais du Belvédère, à Vienne, l'imposant Palais Baroque à Oradea est un véritable trésor architectural. Construit au milieu du XVIIIe siècle par l'architecte autrichien Franz Anton Hillebrandt, le palais était une commande de l'évêque et baron Adam Patachich, dans le but d'accueillir le palais de l'évêché catholique du nord de la Transylvanie. La construction de l'édifice a duré 15 ans, entre 1762 et 1777, en sachant qu'il a dû être entièrement reconstruit suite à un mystérieux incendie qui a éclaté en 1773. Amusez-vous à compter les fenêtres de ce vaste palais, car il y en a 365, soit une pour chaque jour de l'année, disposées sur trois étages. Les ailes du palais forment un U et délimitent une cour intérieure dite cour d'honneur, reliée aux terrasses inférieures par une série de marches. Devant le palais se trouve un jardin paysager à l'anglaise avec d'anciennes statues en bronze et en marbre de personnages historiques. Au sein du domaine on trouve aussi une chapelle baroque du milieu du XVIIIe siècle avec un plafond et des murs ornés de fresques, où les reliques du roi saint Ladislas sont conservées, ainsi qu'un "corridor des canons" (Șirul canonicilor) avec 57 arches qui constituent un couloir de plus de 250 mètres de long.
Au fil des siècles, des personnages célèbres ont occupé ou visité les lieux: le compositeur Michael Haydn, le violoniste Václav Pichl et le chef d'orchestre Karl Ditters von Dittersdorf ont fait résonner de grandes œuvres dans les salles de bal et les salles de concert du palais. L'impératrice du Saint-Empire romain germanique, Marie-Thérèse d'Autriche et l'empereur Joseph II d'Autriche ont aussi fait partie des invités de prestige du palais.
Plus tard, pendant la période communiste, le palais fut utilisé comme asile pour les révolutionnaires communistes en Grèce, qui se sont réfugiés en Roumanie. En 1971, le Palais baroque devient un musée départemental abritant de nombreuses collections archéologiques, historiques, d'histoire naturelle, ethnographiques et d'art, connu sous le nom de "Muzeul Ţării Crişurilor" ("Musée du Pays de Cris"). Depuis 2006, le bâtiment est revenu dans la propriété de l'épiscopat.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Visit Oradea (@visit_oradea)

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Adria (@adria_crg)

 

 

 

Le casino de Constanta

Tout le monde connaît ce joyau architectural construit dans le style Art Nouveau et surplombant la mer Noire. En 2018, il était inclus sur la liste d'Europa Nostra des sites du patrimoine les plus menacés d'Europe. Mais, heureusement, des travaux de consolidation et de restauration ont commencé l'année passée dans le cadre d'un projet estimé à 12 millions d'euros.

Mais revenons à son histoire. Conçu par l'architecte suisse Daniel Renard dans le style Art Nouveau, le casino de Constanta a été inaugure en grande pompe le 15 août 1910, en présence du prince Ferdinand. Sa façade dotée d'une large baie vitrée en forme de coquille Saint-Jacques, ses belles courbes, ses grandes ouvertures, son mobilier en bois, ses lustres en faisaient un des plus beaux et plus grands bâtiments de ce genre en Roumanie. Il disposait d'une salle de danse, de deux salles de jeux proposant des jeux de roulette, de blackjack, de baccara, de deux salles de lecture (pour les journaux et les magazines) et d'une terrasse avec une vue imprenable sur la mer Noire. Mais sa période de gloire fut courte: en 1916, le Casino fut utilisé pendant une courte période comme hôpital de campagne par la Croix-Rouge, lors du bombardement de Constanța, et à partir de 1941, il servait d'hébergement aux troupes allemandes. Suite aux bombardements de la deuxième guerre mondiale, il eut besoin de rénovations qui furent effectuées dans les années 50 avec l'aide de prisonniers politiques. Pendant la période communiste, les jeux de hasard étant interdits, le casino abritait un restaurant et une salle de danse.

Pour l'anecdote, le film de Francis Ford Coppola "l'Homme sans âge" comporte des scènes tournées en 2006 dans la salle à manger du casino de Constanța.

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by Anca Cheregi (@ancacheregi)

 

 

 

 

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir