ESCAPADES - 3 régions avec d'étonnantes traditions de fin d'année

Par Escapades en Roumanie | Publié le 18/12/2020 à 00:00 | Mis à jour le 18/12/2020 à 12:07
Photo : Facebook / Stefan Ilie
Roumanie traditions Noel

Pour ces fêtes de fin d'année, notre rédaction vous propose trois régions à visiter dans lesquelles vous aurez l'occasion de découvrir des traditions ancestrales tout simplement uniques.Transmises de génération en génération, voici quelques unes des coutumes de Noël les plus spectaculaires en Roumanie, à observer au moins une fois dans sa vie.

 


Les monts Apuseni: Les chants de Noël des "Juni" dans le patrimoine UNESCO

Dans les monts Apuseni, beaucoup de traditions ont été soigneusement préservées et l'une d’entre elles fait même partie du patrimoine mondial de l’UNESCO. Il s’agit d’une tradition ancestrale de Noël appelée « Colindul Junilor », qui a lieu chaque année à Marisel, un petit village situé à 1000m d'altitude aux environs de Cluj. Après la messe de Noël, un groupe de « juni », des jeunes hommes qui ne sont pas encore mariés, se réunissent et commencent à entamer des danses et des chants pour annoncer la naissance du Christ. Vêtus de costumes traditionnels de la région, avec bottes, manteau en cuir et chapeau décoré de plumes et de fleurs, ils traversent tout le village, de maison en maison et invitent au passage à la danse des jeunes femmes célibataires.

 

traditiins-noel-roumanie
Youtube



Le Maramures: le vol des portails

Une autre tradition pour le moins étonnante qu’on retrouve dans certains villages du Maramures et qui a lieu le jour du Nouvel An est le « vol des portails ». En plein milieu de la nuit, des groupes de jeunes se faufilent pour dévisser les portails des maisons des familles où se trouvent encore des jeunes filles célibataires. Les portails sont ensuite très bien cachés, parfois même à l’extérieur du village, et, dès le lendemain, les parents commencent ainsi à les rechercher. Ils essayent même de "soudoyer" les jeunes en leur proposant des repas, de l’alcool ou de l’argent pour connaître l'emplacement exact où sont cachés les portails. Même si aujourd’hui cette coutume pourrait attirer pas mal d’ennuis aux villageois, notamment avec la police, cette tradition avait son but: le sens de la coutume étant d’attirer l’attention des jeunes filles et "d’ouvrir la voie" aux futurs prétendants.

maramures-traditions-noel-roumanie
Wikimedia / DiaRo

 

 

Dobrogea: les danses des "Mosoaiele"

Plus au sud du pays, on peut trouver aussi des traditions de Noël tout aussi fascinantes. A Luncavita, une petite commune du département de Tulcea, pendant un mois, entre le 6 décembre et le 6 janvier, les « Mosoaiele » veillent pour que les mauvais esprits et les malheurs ne viennent pas s'abattre sur leur localité. Leur rôle est aussi d’annoncer la naissance du Christ et de sanctifier la maison des villageois qui les font rentrer chez eux. Moitié humains et moitié créatures, les mosoaie appartiennent à d'anciennes traditions de la Dobrogea du Nord, et représentent des formes archaïques de la chrétienté. Dès l’été, les jeunes qui seront les mosoaie commencent à fabriquer leurs masques à partir d’un type de citrouille qui, une fois séchée, donnent aux masques ces longs nez spécifiques. Ces masques effrayants sont ensuite recouverts d’une fourrure de lapin, de cornes de cerf ou de bouc, de guirlandes et de fleurs. Le 24 décembre, les mosoi défilent dans les rues du village puis vont de maison en maison, en dansant et en chantant et en faisant sonner les grosses cloches accrochées à leurs ceintures, pour annoncer la bonne nouvelle et éloigner les mauvais esprits. Les mosoi chantent pour la dernière fois le 6 décembre à l’occasion de la Boboteaza, marquant ainsi la fin des fêtes d'hiver.

 

traditions-roumanie-noel-masques
Facebook / Stefan Ilie

 

 

 

logo-michelin

Escapades en Roumanie

Découvrez la Roumanie et ses richesses avec notre partenaire Michelin. Chaque semaine vous avez rendez-vous avec nos escapades pour vous préparer à la grande évasion.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Bucarest !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Grégory Rateau

Rédacteur en chef de l'édition Bucarest.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale