Mardi 17 juillet 2018
Bucarest
Bucarest
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BUCAREST DE POCHE - Promenade dans le quartier de Cotroceni

Par Découvrez Bucarest | Publié le 18/04/2018 à 00:00 | Mis à jour le 18/04/2018 à 07:09
img_0128

Un oasis au coeur de la ville, calme, vert et coquet, voilà comment on pourrait décrire le quartier de Cotroceni. Situé dans l’ouest de Bucarest, sur la colline du même nom, le quartier de Cotroceni est un des plus vieux quartiers de Bucarest. Il a miraculeusement échappé aux bombardements de la Deuxième Guerre Mondiale et à la mégalomanie de Ceausescu.

 

A cet emplacement se trouvait auparavant Codrii Vlasiei, une forêt dense qui était connue pour abriter les hors-la-loi en cavale. Serban Cantacuzino lui-même, futur prince de Valachie, y avait trouvé refuge pour échapper au gouverneur de l’époque, Gheorghe II Duca. En signe de reconnaissance pour ce lieu qui lui avait sauvé la vie, le prince Cantacuzino construisit en 1680 un monastère sur les bords de la Dambovita, qu’il baptisa de monastère Cotroceni. Deux siècles plus tard, en 1888, c'est à ce même endroit que l'architecte français Paul Gottereau édifia le palais Cotroceni pour le roi Carol Ier de Roumanie. Autour du palais, s’installa le personnel de la cour mais aussi des militaires de haut rang et des hommes politiques proches du pouvoir.

 


La plupart des terrains du vieux Cotroceni appartenaient au fameux médecin Carol Davila. Celui-ci divisa ses propriétés en plusieurs parcelles et les vendit, permettant ainsi le développement du futur quartier. De plus, la construction d’institutions importantes comme la Faculté de Médecine et l’Académie Militaire fit en sorte que des élites du monde scientifique et culturel s'y installèrent. Ainsi, petit à petit, de belles demeures et des cours bourgeoises firent leur apparition, habitées par des médecins, des professeurs, des avocats...
Vous remarquerez que la majorité des rues portent des noms de médecins roumains et étrangers, la rue Carol Davila parcourant tout le quartier d’un bout à l’autre, tout en côtoyant la Faculté de Médecine du même nom.

Attirés par la beauté et le calme du quartier, de nombreux artistes y élurent également domicile au fil du temps: les poètes Minulescu et Ion Barbu, les écrivains Marin Preda et Liviu Rebreanu, l’académicien Serban Cioculescu ou les sculpteurs Oscar Han et Ana Pauker. On raconte que l’écrivain Sadoveanu venait souvent à la tombée du jour dans le quartier pour admirer le coucher de soleil depuis la colline des Cotroceni.


 

La construction du Palais de Cotroceni vers la fin du XIXe siècle avait favorisé l’apparition de demeures dans des styles variés: on retrouve ainsi des maisons avec une architecture moderniste, néo-roumaine, néo-maure, mais aussi dans le style art déco, qui font tout le charme du quartier. Aujourd’hui elles semblent ne pas avoir bougé d’un pouce, certaines ressemblent même à de véritables petits palais alors que d’autres sont plus petites, coquettes. La majorité d’entre elles n'ont pas de cours ou sinon des petites, mais la plupart sont joliment recouvertes de lierre.

cotroceni-bucarest

 

cotroceni-bucarest

Etant à moitié recouvert de parcs (parc Eroilor Sanitari, parc du Palais Cotroceni, le Jardin Botanique, parc des Arènes BNR et le petit parc dr. Romniceanu), le quartier de Cotroceni est donc une étape obligatoire à l’arrivée du printemps. Mais ne tardez pas trop car en ce moment les magnolias sont en fleurs surtout dans les cours des maisons aux environs du parc Romniceanu. Vous pourrez déambuler dans ses rues bordées d’immenses platanes et d’ormes et admirer les vieilles demeures ayant appartenu à des familles de renom, pour vous plonger ainsi dans le doux parfum du Bucarest d’antan. Au coin d’une rue ou cachés dans une vieille maison, vous pourrez dénicher quelques cafés ou des restaurants pour y faire halte (Roland Café, Infinitea, Jazz Book, ...).
Les rues, entortillées, semblent vidées des voitures et on aperçoit ça et là un chat qui somnole au soleil.

cotroceni-quartier

A voir: les marches cachées qui mènent vers le parc Romniceanu, les ruelles labyrinthiques : la rue dr. Romniceanu, la rue dr. Joseph Lister, la rue dr. Nicolae Saticovici, la rue du dr. Carol Davila, la rue dr. Nicolae Manolescu, ...

cotroceni-quartier

novotel-logo3

Découvrez Bucarest

Découvrez Bucarest, ses bars, ses restos, l'histoire qui se cache derrière ses lieux mythiques, ses endroits méconnus, avec notre partenaire Novotel Bucarest City Centre
1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Alex Dob mer 18/04/2018 - 15:19

Pour l'auteur du texte et les éventuels lecteurs, Ana Pauker n'est pas une artiste, mais une figure du parti communiste Roumain , Stalinienne convaincue, responsable en grande partie du massacre et de la deportation massive effectuée à l'arrivée des communister au pouvoir apres la 2ème guerre mondiale. De grace , par respect pour les victimes et leurs descendants, ne l'associez pas à une activitée artistique quelconque, hormis l'art de massacrer des innocents.

Répondre