Mercredi 28 octobre 2020

3 constructions emblématiques de Bucarest, disparues à tout jamais

Par Lepetitjournal Bucarest | Publié le 17/09/2020 à 00:00 | Mis à jour le 17/09/2020 à 11:41
Monuments Historique Bucarest

Le communisme, la guerre et les tremblements de terres ont fait des ravages dans la géographie bucarestoise. Aujourd'hui, notre rédaction vous ramène dans le Bucarest d'antan, pour vous conter des histoires qui vous apprendront beaucoup sur cette capitale pas comme les autres et son incroyable architecture.

L’hôpital brancovenesc

Dans la zone de Piata Unirii, existait jadis un monumental hôpital considéré à son époque comme un des hôpitaux les plus modernes et les mieux dotés de Bucarest, l'hôpital brancovenesc. Erigé entre 1835-1838 par Safta Brancoveanu, l’épouse du ban (vice-roi) Grigore Basarab Brancoveanu, c’était un hôpital pour les pauvres qui accueillait aussi une école de médecine et qui fonctionnait grâce aux revenus générés par les différentes propriétés de ses fondateurs (locations immobilières, terrains agricoles,..). Gravement affecté par plusieurs incendies, l’hôpital avait été reconstruit à la fin du 19e siècle, et ses planchers de bois avaient été remplacées par des planchers en béton armé, une première à l'époque pour la Roumanie. On y trouvait une salle immense couronnée par une coupole, décorée avec des bustes et d’où s’élevait un escalier en marbre. D'ailleurs même les salles d’opérations étaient en marbre. Mais le sort du grandiose hôpital a été contrecarré par le projet de systématisation de Ceausescu lorsqu’il décida de construire la Maison du peuple. Même si l’hôpital ne se trouvait pas sur l’axe prévu pour la construction du boulevard Victoria Socialismului, aujourd’hui le Boulevard Unirii, et qu’il était classé monument historique et fraîchement rénové, Ceausescu avait décidé sa démolition. Ainsi au mois de mars 1984, l'hôpital brancovenesc fut rayé de la carte et 150 années d’histoire étaient réduites en fumée. On raconte que Safta Brancoveanu avait inscrit sur un des murs de l’institution une malédiction qui condamnait celui qui toucherait à l’hôpital à une mort violente un jour de Noël. 5 ans après, Ceausescu était tué le 25 décembre 1989. Mystère…

hopital-brancovenesc-bucarest-batiments-disparus

Le musée SIMU

Ce qui semblait être un temple grec en plein coeur de Bucarest était en réalité un musée fondé en 1910 par l’académicien et collectionneur d’art Anastase Simu. Ce dernier avait voulu contribuer avec ce musée à l’éducation des Bucarestois, ce qui était à l’époque une des premières démarches de ce genre. Simu a ainsi fait don à l’état roumain de sa collection d’œuvres d’art roumaines et étrangères et le musée a ainsi fonctionné sous la direction du peintre Marius Bunescu jusqu’en 1960. C'est à ce moment que les autorités communistes ont décidé de le détruire pour y construire à la place le Magasin de vêtements Eva. Les raisons de sa destruction ne sont pas claires, certains invoquent le fait que son architecture ne correspondait pas à l’aspect voulu par les autorités pour le boulevard central ou parce que le bâtiment rappellerait la maçonnerie roumaine.

musee-simu-bucarest-batiments-disparus

Le Palais Sturdza

A Piata Victoriei, pas loin de là où se trouve l’actuel Palais Victoria, trônait au début du 20e siècle un des bâtiments les plus spectaculaires de Bucarest, le palais Sturdza. Construit par le Prince Grigore Sturdza entre 1897-1901 selon les plans de l’architecte allemand Iulius Reiniqke, c’était une des résidences privées les plus grandioses de la capitale. Certains la trouvaient même un peu trop chargée, d’autres étaient éblouis par sa beauté, en tout cas le palais avait reçu le surnom ironique de «prăjitura Sturdzeştilor» ou le «gâteau des Sturdza ». Cela était dû en grande partie à son style architectural foisonnant avec des éléments et des styles d’époques différents et la richesse de sa décoration avec des stucs, des ornements et quatre petites tours. Mais l’excentrique prince n’a même pas pu y habiter car il est mort en 1901, peu de temps après la finalisation du bâtiment. Le palais a ensuite été acheté par l’état roumain pour devenir le siège du Ministère des Affaires Externes, un haut lieu de la diplomatie. Mais la deuxième guerre mondiale a scellé son sort, le palais est bombardé en août 1944. Les autorités ayant déjà commencé la construction d’un autre palais à Piata Victoriei, l’actuel Palais Victoria, en 1946 le Palais Sturdza était démoli.

palais-sturdza-bucarest-batiments-disparus

lepetitjournal.com bucarest

Lepetitjournal Bucarest

Lepetitjournal.com de Bucarest est un quotidien comprenant une newsletter et un site Internet. Il informe notamment sur l'actualité roumaine.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

GASTRONOMIE

LA RECETTE ROUMAINE DU CHEF- "Pomana porcului"

Début décembre, toute la cuisine roumaine tourne autour d’un animal qui deviendra l’ingrédient principal des plats de Noël. Il s’agit du cochon, qui sera tué le 20 décembre lors de la