Mercredi 26 janvier 2022
TEST: 3548

Des Indiennes, assistantes d’anglais dans des écoles en France

Par Catherine Simonnet | Publié le 30/11/2021 à 01:01 | Mis à jour le 02/12/2021 à 16:56
cartes des eleves pour les indiennes assistantes d'anglais en france

Depuis 2006, des Indiens francophones peuvent devenir assistants d’anglais en France dans des  écoles publiques maternelles, élémentaires ou secondaires. Mis en place par l’Institut Français et l’Ambassade de France en Inde, ce programme d’assistanat est connu en Inde mais beaucoup moins en France.  

A Paris, nous avons rencontré MAHAK originaire de Bhopal et SHIVANGI de Kanpur, toutes deux diplômées en français à l’Université de Delhi et assistantes depuis début octobre 2021, en présence d’ASHIMA, ancienne assistante devenue cette année professeur des écoles. 

 

Les postes d’assistants d’anglais en France : une opportunité pour les jeunes Indiens

Les postes d’assistants permettent à des jeunes Indiens (de moins de 35 ans), diplômés en français par une Alliance Française ou une université, d’enseigner l’anglais en France tout en témoignant de la richesse de la culture indienne. L'intérêt des étudiants pour ce programme a beaucoup augmenté, passant de 42 assistants en 2015 à 178 pour l'année scolaire 2021/2022. 

La sélection se fait par dossier où le postulant, outre une lettre de motivation, doit justifier d’avoir un diplôme de BA (équivalent d’une licence quelqu’en soit le domaine), un certificat établissant un niveau B1 minimum en français et avoir réussi le test IETLS en anglais auprès du British Council.  

La durée du contrat pour une année scolaire est de 7 mois soit du 1er octobre au 30 avril, avec 12  heures de travail hebdomadaire. La plupart des postes attribués sont en école maternelle et élémentaire, les postes en collèges et lycées étant moins nombreux. 

 

Des jeunes Indiennes racontent leur séjour en France

Mahak, Shivangi et Ashima partagent nombre d’expériences dont celle de leur arrivée en France qu’elles relatent avec humour.

Dès leur sortie de l’aéroport de Roissy, elles découvrent avec de volumineuses valises, le RER et le métro parisien et ses escaliers et longs couloirs à parcourir jusqu’à la gare d’où chacune prend le train qui l’amène à sa destination : Châteauroux, Cherbourg, Nancy ou Gif sur  Yvette. 

Chaque assistante intervient dans plusieurs classes de maternelle et de primaire de différentes écoles, le travail se faisant toujours en présence de l’enseignant de la classe.  

 

Shivangi assistante d'anglais avec l’équipe d’enseignants
Shivangi avec l’équipe d’enseignants de l'école dans laquelle elle travaille

 

Au début, les enfants ignorent souvent le nom même d’un pays qui s'appelle l’Inde. Les jeunes femmes utilisent volontiers les très belles vidéos “Incredible India” proposées par le ministère du Tourisme indien. Et les questions des élèves sont toujours rafraîchissantes : 

 

Il y a des tigres dans les rues ? Tu vas à l’école  avec un éléphant ? Y a-t-il des riches en Inde ? Vous avez des voitures ? …  


 

Mahak assistante anglais dans sa classe en france
Mahak avec une classe

 


Très vite, les assistantes découvrent que l’anglais n’est pas une langue familière pour les petits Français qui vivent le plus souvent, dans un environnement linguistique uniquement français. Les  acquisitions vont donc être progressives et le plus possible ludiques.  

En Inde, lors de leur scolarité dans des English Medium School, les assistantes ont connu un système où les enfants apprennent, à partir de l’équivalent du CP, à écrire et lire leur langue maternelle mais aussi l’anglais. Ils suivent donc l’apprentissage de deux langues en parallèle avec l’obtention rapide d’un bon niveau d’anglais. 

 

Pour les élèves français, la découverte de l’anglais se fait par des comptines et des chansons anglaises ou anglo-saxonnes que les assistantes ont pour la plupart apprises pendant leur scolarité. Et par des jeux pour apprendre les couleurs, les parties du corps ou les nombres, quand ils sont déjà assimilés en français. 

 

lampes de diwali faites par Ashima dans une ecole en france
Lampes pour Diwali faites par une classe d'Ashima

 

Les arts plastiques sont très privilégiés, permettant aux enfants de connaître et de préparer différentes décorations pour les fêtes anglaises, américaines, irlandaises et bien sûr indiennes comme Halloween, Diwali, Thanksgiving ou Christmas. 

 

Des sapins de Noël faits par une classe d'Ashima
"Christmas" par une classe d'Ashima

 

Et la réalisation de Kolams et de Rangoli, typiquement indiens, génèrent l’admiration des enfants.  

 

rangoli faits dans une ecole en france
Rangoli fait par une classe d'Ashima 

 

Certains sports ou des jeux indiens comme le très populaire « KhoKho » peuvent aussi être proposés à l’enthousiasme des enfants. Et bien sûr, les danses de Bollywood ont un très grand succès, les enfants mémorisant même certaines paroles des chansons en hindi.  

 

 

 

Cette expérience d’une année comme assistante peut parfois se prolonger, comme pour ASHIMA, arrivée pour la première fois en France en septembre 2019.

 

Ashima, une jeune Indienne devenue professeur des écoles en France

Originaire du Madhya Pradesh, elle avait choisi d’apprendre le français à l’Université de Delhi sur les conseils de sa mère enseignante de hindi. Trois ans plus tard, son diplôme de BA de français en poche, elle travaille quelques mois comme traductrice puis comme interprète, en attendant la réponse à sa demande d’assistante. 

Durant sa première année à Nancy, passionnée par son expérience avec les enfants et sa découverte de la France, elle postule pour faire une deuxième année. Le confinement l’oblige à arrêter d’enseigner mi-mars 2020 et attendre trois mois avant de rentrer en Inde. Mais en septembre 2020, elle revient à Nancy comme assistante dans des écoles différentes.  

 

Ashima assistante d'anglais avec les enseignants de Nancy en France
Ashima avec une équipe d’enseignants à Nancy en 2019 

 

Voulant poursuivre cette pratique professionnelle, Ashima postule pour un poste de Professeur des  Écoles et revient en France en septembre 2021 à Gif sur Yvette. Elle est l’une des deux premières  Indiennes à obtenir ce poste qui correspond à 24 heures de travail hebdomadaire dans des écoles  maternelles et élémentaires. Il a un statut particulier (EMILE en français et CLIL en anglais) avec sur l’année, 18 heures de formation spécifiques en plus des réunions avec les enseignants et les parents. Enthousiaste, elle espère déjà faire une année supplémentaire. 

 

Ashima avec ses élèves à Gif sur Yvette en 2021
Ashima avec l'enseignante et les élèves d'une classe de Gif sur Yvette en 2021

 

Toutefois, pour la majorité des assistants, le contrat terminé marque le retour en Inde, qui a été  particulier pour KARISHMA. 

 

Karishma, de retour à Mumbai après six mois en France

Native de Mumbai, elle avait commencé à apprendre le français au lycée. Puis elle obtient un BA  de droit et poursuit parallèlement son apprentissage du français à l’Alliance Française de Bombay. Saisissant l’opportunité de devenir assistante en anglais, elle arrive à Angers en septembre 2019.  

 

Karishma assistante anglais à angers france
Karishma à Angers

 

Jointe au téléphone, elle raconte en détail et avec beaucoup d’enthousiasme son expérience et  ses découvertes qu’elle avait partagées avec de nombreux Indiens sur un compte Instagram. Elle aimerait écrire un livre sur ces six mois inoubliables, son séjour angevin ayant été écourté mi-mars 2020 par le confinement. 

Le dernier jour, un de ses élèves, après s’être informé de la présence du Covid en Inde, l’avait beaucoup émue en disant « j’espère que tout arrive dans mon pays et rien dans le tien ». Et elle avait reçu plus d'une centaine de cartes très touchantes de ses élèves.

 

cartes faites par les eleves de karishma assistante anglais en france
Cartes reçues par Karishma

 

De retour à Mumbai, confinée, Karishma devient rapidement enseignante de français en ligne avec des  apprenants indiens de niveaux différents et ce nouveau métier la passionne. 

Elle confirme son profond intérêt pour la langue française en préparant un diplôme de niveau supérieur (DALF C1). Karishma a été sélectionnée comme membre du Jury du Goncourt Choix de l’Inde pour 2021 et conclut :

 

Le voyage français continue pour moi ici en Inde. 

 

 

fete cerfs volant makar sakranti
Fête des cerf-volants, Makar Sakranti par une classe de Karishma

 

 

En écoutant le récit des séjours en France des assistantes, leurs impressions sont concordantes.  

Le travail avec les enfants est source de grand plaisir, permettant de leur offrir une belle découverte de l’Inde alors que l’acquisition de la langue anglaise paraît plutôt modeste. Et l’intégration avec les équipes enseignantes semble être variable d’une équipe à l’autre. 

 

Le budget logement est un point difficile, surtout en Ile de France. Certaines sont seules, d’autres  partagent leur logement avec des assistants de nationalités et langues différentes, permettant  d’avoir une vie relationnelle très ouverte. Mais l’amélioration de la connaissance de la langue et de la culture française est beaucoup plus importante en colocation avec des Français. 

 

 

Ces jeunes indiennes enthousiastes et pleines de vie sont unanimes : les vacances scolaires permettent de découvrir la France et parfois même d’autres villes européennes.  

 

rangoli fait par des eleves en france
Rangoli fait par des élèves d'Ashima  

 

 

Tous mes remerciements à Karishma à Mumbai et en France à Ashima, Mahak et Shivangi.

 

 

Renseignements et candidature pour le programme d'assistants d'anglais sur la page officielle du programme. 

 

0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Bombay ?

Chennai
DÉCOUVERTE

Le SIKKIM, un paradis indien 

Christine Sigot nous fait partager son enthousiasme pour le SIKKIM, petit état indien blotti dans les contreforts himalayens, qu’elle a découvert avec son mari pendant les fêtes de fin d’année 2021.

Expat Mag

Varsovie
POLITIQUE

Pologne, la rentrée politique chaotique décryptée par Nicolas Maslowski, politologue

Affaire Pegasus, Nowy Ład, autoritarisme, révolution conservatrice, Union européenne, état de droit : états des lieux avec Nicolas Maslowski, politologue, sociologue et directeur du CCFEF à Varsovie