Mercredi 8 décembre 2021
TEST: 3548

En Inde, un oiseau compromet les objectifs d'énergie renouvelable

Par lepetitjournal.com Bombay | Publié le 21/06/2021 à 01:02 | Mis à jour le 21/06/2021 à 01:02
Photo : @ Prajwalkm
Une outarde à tête noire, l'oiseau qui pose problème pour les objectifs d'énergie solaire et éolienne en Inde

L'outarde à tête noire, une espèce menacée vivant dans les endroits les plus propices à la production d'énergie verte est devenue un casse-tête pour les sociétés indiennes spécialisées dans les énergies renouvelables. Récemment, la Cour Suprême a ordonné l'enterrement des cables électriques dans les régions où vivent ces oiseaux afin de les protéger. Une décision qui va coûter cher aux sociétés concernées et risque de retarder les projets d'énergie verte de l'Inde.

 

L'outarde à tête noire ou Great Indian Bustard

L’outarde à tête noire dont le nom vient du latin avis tarda et signifie oiseau lent, est une espèce menacée vivant dans les plaines arides de l’Inde. Elle fait partie de la famille des Otididae, des oiseaux terrestres trapus, de taille grande à moyenne (de 40 à 120 cm), au long cou et longues pattes. Les outardes volent à faible hauteur en scrutant le sol pour repérer la nourriture. Elles sont ainsi particulièrement vulnérables face aux cables électriques aériens.

 

Une outarde à tête noire
@ Koshy Koshy

 

L'outarde à tête noire habite les prairies sèches et les broussailles du sous-continent indien et elle est présente en plus grand nombre dans le Rajasthan. Elle est omnivore et se nourrit de tout aliment appétant dans son environnement immédiat : vers, petits mammifères et petits reptiles, insectes pendant la mousson et graines pendant la saison sèche. 

En 1994, l'outarde indienne a été inscrite sur la liste rouge des espèces menacées de l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et en 2011, comme étant en danger critique d'extinction. Bien que la perte et la dégradation de l'habitat soient responsables du déclin de cet oiseau au cours des dernières décennies, sa mort par collision avec des lignes électriques aériennes constitue aujourd'hui la plus grande menace directe. 

 

Les vastes plaines arides, lieu idéal pour l'installation de capteurs d'énergie verte

La région où vit l'outarde à tête noire est depuis longtemps un lieu idéal pour les projets éoliens et solaires. Afin d'éviter que la grande outarde indienne ne se prenne dans les lignes électriques, suite à la pétition d’un activiste pour la nature, la Cour suprême a ordonné que les lignes de transmission d'une grande partie de la région soient enterrées. Selon les entreprises, cette directive pourrait entraîner des dépenses supplémentaires estimées à 4 milliards de dollars et mettre en péril près de 20 gigawatts de projets solaires et éoliens attribués.
 

"L'ensemble de l'industrie des énergies renouvelables, en particulier l'énergie solaire, pourrait s'arrêter ", a déclaré Parag Sharma, directeur général d'O2 Power Pvt, un promoteur soutenu par Temasek Holdings qui construit un projet solaire de 780 mégawatts dans la ville de Jaisalmer, dans l'ouest de l'Inde. "Vous ne trouverez pas de terrains aussi facilement ailleurs dans le pays".
 

Des lignes à haute tension dans le Rajasthan

 

Mais, la Cour a ordonné que, quel que soit le facteur coût, la priorité doit être de sauver les oiseaux en voie d'extinction. Jusqu'à ce que les lignes soient mises sous terre, des déviateurs d'oiseaux doivent être installés sur toutes les lignes immédiatement. 

 

La Bombay Natural History Society et la Corbett Foundation œuvrent depuis des décennies à la conservation des outardes, notamment par le suivi, l'amélioration de l'habitat, l'engagement communautaire et la planification de la conservation avec les départements forestiers des États et les villageois. Elles soutiennent que l'Inde ne peut atteindre ses objectifs écologiques qu'en travaillant ensemble pour garantir la survie et l'épanouissement des derniers de ces oiseaux dans la nature. 

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir