Mercredi 8 décembre 2021
TEST: 3548

Ellorâ et les 4 Runes de Régénération, un livre fantaisie jeunesse sur l'Inde

Par Isabelle Bonsignour | Publié le 22/07/2021 à 01:01 | Mis à jour le 23/07/2021 à 09:55
Couverture d'Ellora et les 4 runes de régénération

Ecrit et publié par Valérie Gaudart dont c'est le premier roman, Ellorâ et les 4 Runes de Régénération est un roman d'aventures et de magie qui met en scène une héroïne franco-indienne du style "Harry Potter". L'auteure espère ainsi faire lire les jeunes, emmener le lecteur en voyage en cette triste période de restrictions des déplacements, mais aussi transmettre une part des cultures de l'Inde, un pays qui lui est cher.

 

Cet ouvrage sorti en avril 2021 a une histoire longue et particulière de création que Valérie Gaudart nous a confiée.

 

lepetitjournal.com Bombay : Bonjour, Valérie Gaudart, pouvez-nous expliquer quels sont vos liens avec l’Inde et pourquoi vous sentez-vous si proche de la culture de ce pays ?

 

Valérie Gaudart : Mes liens avec l'Inde remontent à plus de 200 ans. Un de mes ancêtres français est parti en Inde vers Pondichéry sur un des bateaux de la Compagnie des Indes Orientales et s’y est installé. Il est tombé amoureux d'une Indienne, s'est marié et ils ont eu 6 enfants dont je descends. La famille est restée à Pondichéry jusqu'en 1950 - 1960, puis une partie a quitté l'Inde pour la Guadeloupe. 

 

C’est l’histoire de cet ancêtre qui a inspiré le début du récit d’Ellorâ et les 4 Runes de Régénération.

 

A la maison, j’ai plus de 150 films indiens, des documentaires sur l’Inde, des livres sur ce pays et j'adore la cuisine indienne, ça fait partie de moi depuis toujours.

 

Je suis une fille des mers et des îles, l'Inde a toujours été dans mon univers, dans mes passions.

 

C'est cet amour pour l'Inde qui prédisposait à l’envie d’en parler, mais je n'avais pas a priori eu cette idée de livre. Quand je parle de l'Inde aux Français, ils me répondent toujours par des clichés : Mère Teresa, les enfants pauvres ... ce ne sont que des visions négatives alors qu'il y a tellement d'histoire, d'imaginaire et de culture en Inde !

 

 


Pourquoi avez-vous choisi le genre fantasy pour les jeunes ?

J'aime beaucoup ce genre et en particulier au cinéma. 

Il y a 10 ans, après avoir regardé un film de Harry Potter puis un film de Bollywood, j’ai réalisé que parmi tous les films indiens que j’avais pu voir, il n’y avait pas de films du même genre qu’Harry Potter ou Narnia. Il existe des films indiens de science-fiction, mais je n’ai jamais vu de films du genre fantasy. 

Et l'idée a germé :

 

 Si j'écrivais un livre de fantasy, mais plutôt avec une héroïne qui serait indienne ou franco-indienne ?

 

Le prénom de mon héroïne était tout trouvé, j’ai toujours été fascinée par le site d'Ellora dans le Maharashtra, un site archéologique somptueux classé au patrimoine de l’Unesco qui abrite des temples de trois religions, bouddhisme, hindouisme et jaïnisme. C'est un site qui n'est absolument pas connu en France. 

 

Le temple Kailash à Ellora et un temple bouddhiste
Le temple hindou Kailash et un temple bouddhiste à Ellora



Pourquoi avoir utilisé les Runes dans le récit qui est une référence celtique et non indienne ?

J'ai toujours trouvé le sujet des pierres et des cristaux intéressant et tactile. 

En faisant des recherches sur le site d’Ellora, j'ai découvert qu'Elora (souvent avec un seul l) est un prénom féminin donné actuellement en Ecosse et en Bretagne. D’où l’introduction des Runes qui sont aussi les pierres magiques des druides pour créer un pont entre ces régions du monde.


 

Pouvez-vous nous parler d’Ellorâ et les 4 Runes de Régénération ?

Le roman raconte les aventures d'Ellorâ Tradag, une métisse franco-indienne de 18 ans, dans des mondes magiques.

Au début du récit, on apprend qu'Ellorâ arrive à Paris après un long voyage à bord d’un bateau de la Compagnie des Indes orientales parti de Pondichéry. Sa mère, médecin ayurvédique indienne et atypique, a mystérieusement disparu il y a plusieurs années et son père français vient de quitter le monde des vivants. Par accident (ou pas…), la jeune femme se retrouve propulsée dans Celem, un village au cœur de quatre pays actuellement scindés par une magie ancienne : les mondes de l’Air, de l’Eau, de la Terre et du Feu. 

 

 

 

Ellorâ prend la tête d’une quête improbable… à la recherche des Runes de Régénération, une par monde, qui - seules - pourraient changer le cours des événements… Les contraires se complèteront-ils ? Quelles découvertes fera-t-elle au cours de ses voyages sur la Nature et ses Pouvoirs ? Quels éléments de sa culture métissée entre Occident et Orient lui permettront de faire face à l’adversité ?… 

En fin de roman, en bonus, Ellorâ - plus jeune - et sa mère entraînent le lecteur en Inde à la découverte des somptueuses grottes historiques d’Ellorâ et Ajanta !


Un podcast en cours de réalisation (les deux premiers chapitres du livre sont déjà disponibles) a pour ambition de donner envie aux plus jeunes de lire le livre.


 

Quel était votre objectif en écrivant ce livre ?

J’ai écrit ce livre pour faire lire les jeunes, les faire voyager et les intéresser aux diverses cultures de ce grand pays qu’est l’Inde.

Dans mon récit, Ellora parcourt les mondes magiques de 4 des 5 éléments de l’ayurveda, une forme de médecine traditionnelle indienne dont les origines remontent à plus de 5000 ans. Par ce biais, je partage dans le roman les idées de respect et d’harmonie avec la nature.

Mais, le message profond du livre est la mixité, l'ouverture aux autres et le non racisme. Dès le premier chapitre qui conte l'arrivée d’Ellora chez son oncle à Paris, mon héroïne se retrouve confrontée au rejet de sa différence. 


 

Le livre fait plus de 400 pages, combien de temps avez-vous mis pour l'écrire ? Comment avez-vous concilié écriture et vie professionnelle et familiale ? Quel a été le déclic pour finir le livre ?

J'ai commencé le récit il y a plus de 10 ans et j'écrivais quand j'avais le temps et l'inspiration, souvent le soir. J'ai un emploi à plein temps et je suis maman d'un adolescent, je n'avais donc que mes heures de loisir pour raconter l'histoire d'Ellorâ.

J’ai mis longtemps (deux ans !) à finir l’aventure dans le monde de l’Air. Mais en mars 2020, confinée dans mon appartement parisien comme tous les Français, j’ai subitement eu plus de temps à consacrer à mon roman.

 

Le premier confinement en France a été le déclic pour terminer le livre.

J'ai lancé sur les réseaux sociaux un appel à volontaires pour lire le manuscrit. 50 personnes ont répondu présent, des enfants entre 7 ans et 18 ans, mais aussi des mamans et des libraires. Presque tous ont lu en entier les 400 pages du manuscrit et nombreux sont ceux qui m'ont demandé le tome 2. 

 

 

 

Les enfants ont apprécié le côté aventure, du style Indiana Jones, mais ont aussi retenu de petites informations sur l'Inde qui leur donnent envie de creuser un peu plus. Voici quelques uns des commentaires que j'ai reçus : "J'aime bien Ganesh”, “J'ai cherché sur une carte où se trouvait Pondichéry”.

Les adultes le voient comme un roman initiatique, un roman autour de l'harmonie et du respect de la nature. Le récit leur a aussi fait découvrir le site d’Ellora et je suis contente d’avoir atteint ce but.

 

 Cette lecture du manuscrit par des “testeurs” m'a confortée dans mon idée que le sujet pouvait intéresser les lecteurs.

 

Le manuscrit a été relu par plusieurs personnes qui connaissent bien l'Inde, et j'ai aussi eu la chance d'avoir l'encouragement positif de Navi Radjou, indien-français-américain, sur mon texte.



Vous vous êtes auto-publiée, pour quelles raisons ?

Le marché de l'édition en France en littérature jeunesse ou science fiction est compliqué. J’ai tenté de contacter des éditeurs, mais sans succès. Convaincue que mon roman pouvait intéresser les jeunes et les moins jeunes, j'ai finalement décidé de me lancer dans l’auto-édition. J'ai donc composé une équipe pour publier le livre et une illustratrice jeunesse, emballée par le manuscrit, a créé la belle couverture.

 

L'Ambassade de l'Inde à Paris a bien accueilli mon roman et m'a aidé dans sa promotion en le diffusant sur ses réseaux sociaux. Je les remercie de leur réactivité.

 

Depuis le lancement du livre, le bouche à oreille a bien fonctionné et j’ai déjà vendu 500 exemplaires. Cela prouve que le sujet et le genre intéressent les lecteurs. Il ne me reste que quelques dizaines d'exemplaires à vendre pour tout l'été.

 

 


 

Le roman Ellorâ et les 4 runes de régénération est vendu sur le site la perruche verte.  Les épisodes du podcast Ellorâ Tradag et les 4 runes de régénération sont écoutables sur le site Ausha.


 

Nous vous recommandons
isabelle bonsignour

Isabelle Bonsignour

Directrice de la publication et responsable éditoriale. Expatriée au long cours et fervente lectrice du site lepetitjournal.com, elle a rejoint l’équipe en créant l’édition de Bombay.
0 Commentaire (s) Réagir