Un nouveau duo à la tête de la Hamburger Bahnhof

Par Apolline Lamy | Publié le 07/03/2022 à 10:30 | Mis à jour le 07/03/2022 à 10:30
Photo : Till Fellrath et Sam Bardaouil, Directeurs de la Hamburger Bahnhof © Nationalgalerie - David von Becker
Till Fellrath et Sam Bardaouil, Direktoren des Hamburger Bahnhof - Museum für Gegenwart - Berlin, 2022 © Nationalgalerie - Staatliche Museen zu Berlin : David von Becker

Deux nouveaux directeurs, Sam Bardaouil et Till Fellrath ont pris la tête du musée Hamburger Bahnhof. Ils partagent leurs concepts sur l’orientation artistique des prochaines collections.

 

Tout d’abord, Sam Bardaouil et Till Fellrath souhaitent continuer à faire résonner l’identité première du lieu. Hamburger Bahnhof, comme l’indique le nom, était auparavant une gare assurant la liaison entre Berlin et Hambourg. Ainsi, le musée doit être appréhendé comme un voyage, avec des départs, des arrivées et des retours.

 

Le musée comme un voyage

Le but est qu’il y ait un mouvement constant, on le ressent dans la disposition des salles, on a l'impression de voyager lorsqu’on visite le bâtiment. En avançant le long des couloirs, on se dirige vers l’inconnu, ne sachant pas ce que nous réservent les prochaines oeuvres.

 

Les 5 nouvelles lignes directrices du musée seront : l’histoire, l’architecture, le lieu, la diversité et l’innovation.

Les deux nouveaux dirigeants du musée ont insisté sur la complémentarité de Hamburger Bahnhof avec la Alte Nationalgalerie et la Neue Nationalgalerie car toutes trois balayent les collections modernes et contemporaines allemandes.

Le musée se trouve à proximité du lieu de passage crée par la gare centrale, cela doit permettre d’attirer des visiteurs d’horizons variés.

 

Le musée comme lieu du souvenir

Lorsqu’on entre dans le musée, on pourrait penser qu’il est authentique, mais il ne faut pas oublier que pendant la Seconde Guerre mondiale, il a été entièrement détruit. De plus, durant la guerre froide, il est devenu un endroit stratégique car il est non loin de la frontière entre Berlin est et Berlin ouest.

 

Dans les prochaines années, le musée se fixe différents objectifs. Tout d’abord, Hamburger Bahnhof s’efforcera d’être à l’image de Berlin, le musée doit refléter la dynamique berlinoise. Sam Bardaouil le dit lui-même: « Lorsqu’on travaille dans l’art contemporain, on est obligé de connaître, de passer par Berlin, c’est tellement créatif ». Le duo d’organisateurs souhaitent mettre en scène la révolution artistique. Selon eux, l’art est un échange, une conversation, une communication entre l’artiste et le spectateur.

 

Dans ce but, il n’y aura pas de collection permanente, mais deux expositions sont à venir. Une aura pour thème la construction, tout ce qui est en cours d'élaboration, avec des installations, des créations, sculptures en papier. La deuxième exposition s’intéresse au thème de l’équilibre sous le prisme des artistes avant-gardistes et des artistes du pop art.

Une autre de leurs visions est de ne pas considérer l’art comme obligatoirement fixe.

Ainsi, ils veulent mettre en place des espaces d’art collaboratif au sein du musée, comme dans le couloir qui mène à la Rieckhalle où chacun est invité à dessiner sur l’espace dédié.

 

Oeuvre collaborative
© LPJ Berlin - Lamy Apolline

 

In fine, leurs prochains enjeux résident dans la réussite du partenariat avec la Biennale berlinoise et d’assurer une continuité digitale des collections du musée.

 

Lors de votre prochain passage à Hauptbahnhof, nous vous invitons d’ores et déjà à venir admirer les expositions.

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

 

Sur le même sujet
photo Apolline Lamy

Apolline Lamy

Etudiante toulousaine en Erasmus à Berlin, Apolline a plaisir à partager ses découvertes et excursions ainsi que les dernières actualités berlinoises.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale