Dimanche 19 septembre 2021

VUE DES QUARTIERS-Wedding, le nouvel antre des artistes

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 29/03/2013 à 03:07 | Mis à jour le 18/12/2014 à 22:10

Quelques années auparavant, dans la Brunnenstrasse se côtoyaient magasins alimentaires, quelques boutiques de choses et d'autres, l'agence immobilière Degewo, grande maîtresse des lieux, et des immeubles d'habitation. En plus des quelques clubs et bars, il est frappant de voir aujourd'hui le nombre de petites galeries qui se sont ouvertes dans cette partie sud du quartier de Berlin, rattaché depuis 2001 à Mitte. Intiriguée, j'ai décidé de regarder plus en profondeur si cette « invasion » artistique s'était également propagée à d'autres parties de Wedding.

Si à première vue, la partie nord du quartier semble avoir gardé son atmosphère populaire et être peu touchée par cette gentrification, que connaissent d'autres parties de Berlin, comme Prenzlauer Berg, Friedrichshain ou encore Neukölln, on remarque en s'enfonçant dans le Kiez autour de la Pankstrasse que l'art a réussi à creuser son trou dans différentes petites rues du quartier et que des artistes ont pris possession d'endroits, parfois des plus atypiques. Parmi ces nombreux lieux culturels et galeries qui ont éclos un peu partour dans le quartier, deux ateliers d'artistes ont retenu mon attention pour leur situation géographique, leurs concepts et lieux insolites.


Du Stadtbad ou Stattbad

Pour se rendre compte de cette ébullition artistique, il faut parfois se hasarder dans les profondeurs de Wedding et se rendre dans des petites rues, où a priori, il ne semble n'y avoir rien d'autres que des immeubles d'habitation. Une fois que la curiosité nous a guidés jusque-là, il faut laisser son sens de l'observation faire le reste. Car lorsque l'on tombe devant un immeuble des années soixante semblant être à l'abandon et sur lequel seule l'inscription défraîchie « Stadtbad Wedding » (piscine municipale de Wedding) indique quelle fonction a pu avoir ce lieu, on est loin d' imaginer qu'à l'intérieur de nombreux artistes, de genres et nationalités diverses, ont investi les lieux pour en faire une sorte d'atelier géant.

Dans cet immeuble faisant plus de 7000 m2, chacun des trois étages a été divisé en plusieurs pièces regroupant les spécialités artistiques, comme la photographie, la peinture, le studio son et shooting ou encore un espace dédié au webdesign. "Cet endroit a été fermé en 2001 et vendu par la ville à un investisseur privé, explique Jan l'homme à tout faire de la maison, c'est Jochen, le manager du lieu, qui a convaincu le propriétaire de lui confier les clés du lieu pour en faire un centre artistique", poursuit-il. Jan et Jochen sont les plus anciens du Stattbad qui ouvert ses portes en 2009. Depuis, une soixantaine d'artistes ont élu résidence dans cette ancienne piscine qui a été conservée presque entièrement dans l'Etat jusqu'aux panneaux indiquant la salle de change (Garderobe). Celle-ci est désormais réservée aux expositions tandis que les deux piscines (une grande et une petite) sont utilisées soit pour des concerts ou des performances.  "La prochaine étape est l'installation d'un musée consacré aux sports de rue qui se situera au 3e étage", explique Jan, qui participe également à l'organisation des évènements. Au sein de ce gigantesque endroit dont l'organisation semble être confuse, chacun a un rôle bien défini et chaque atelier est loué à une personne en charge ensuite de trouver d'autres artistes pour partager les frais de location.

Un petit bistrot, le Stattbad Bar, a même été installé au rez-de-chaussée, servant à la fois de lieu d'accueil pour les visiteurs, et de lieu de rencontre pour l'ensemble des personnes qui travaillent dans cet antre artistique. Gérés par Jan et Beathe, ce café restaurant a été entièrement aménagé et décoré par des artistes résidents ou ayant résidé au Stattbad. "Quelques années avant l'ouverture du Stattbad et du café, cette partie de Wedding était classée parmi les plus dangereuse, confie Beathe, au départ, les habitants étaient méfiants vis-à-vis de nous et de notre style de vie, poursuit-elle, mais aujourd'hui nous vivons en très bonne harmonie avec nos voisins". En quatre ans, le Stattbad a réussi à se faire une belle réputation en organisant régulièrement des évènements comme des expos, des performances ou encore des soirées électro lors desquelles le lieu prend le nom de Stattnacht.

 

Quand le Stadtwerk devient Modulhome
Situé en face du Stattbad, dans la Gerichstrasse, le Stadtwerke Wedding (service municipal), nommé également Modulhome, demande un brin de de curiosité en plus pour être trouvé. Installé dans le fond d'une cour intérieure, cet autre atelier d'artistes s'est établi beaucoup plus récemment que le Stattbad, en mars 2012. C'est un français, Renaud, qui a eu l'idée d'ouvrir un lieu dans lequel différents artistes pourraient disposer d'un grand espace collectif pour travailler à la fois sur leur propre art mais dans un esprit de partage. "Nous avons préféré l'idée de travailler dans un open space plutôt que dans différents ateliers séparées afin de faire de cet endroit, un lieu d'échange et polyvalent", explique Renaud. 

Cet énorme espace d'environ 400 m2 a été divisé en deux. Dans une première partie se situe l'atelier commun aux artistes de différents collectifs (photo, peinture, musique et son) et de l'autre la salle réservée aux expos, performances et soirées. A la différence du Stattbad, plus organisé sous une forme entrepreneuriale, le Stadtwerke s'est constitué en association, à laquelle les artistes adhèrent s'ils le souhaitent. Le loyer, de 1400 euros, est lui réparti en fonction de l'utilisation de l'espace. "Nous sommes assez ouverts sur le mode de fonctionnement et nous accueillons régulièrement des artistes pour des périodes temporaires, explique Renaud, le président de l'association, nous sommes constamment à la recherche de nouveaux artistes avec qui travailler et développer de nouvelles idées". Cet atelier situé au deuxième étage d'un ancien bâtiment en brique est entièrement décoré des ?uvres d'artistes qui sont un jour passés par cet endroit.

"Nous avions le projet de mettre en place des résidences d'artistes mais nous avons appris que nous devions quitter les lieux pour des raisons de contrat rendu caduque entre la personne qui nous sous-loue les lieux et l'agence immobilière", confie Renaud, déçu mais pas abattu par cette nouvelle. "Nous allons trouver un autre endroit et reconstruire un atelier ailleurs, nous avons déjà quelques pistes", assure-t-il.

Pour quitter ces lieux comme il se doit, et fêter par la même occasion leur an, le Stadtwerke Wedding organise depuis hier, et jusque samedi un festival spontané au prix symbolique de 3 euros l'entrée. Au programme de ce week-end « bye bye Wedding », repas populaire (Volksküche), projection de films, performances, concerts, soirées avec djs. Et comme on dit : ce n'est qu'un au revoir?

Charlotte Lamy (lepetitjournal.com/Berlin) vendredi 29 mars 2013

Savoir plus :

http://www.stattbad.net/

http://berlinopenspace.blogspot.de/

soirée de fermeture du Sadtwerke : https://www.facebook.com/events/479081382161010/

0 Commentaire (s) Réagir

Vivre à Berlin

SANTÉ

La contraception en Allemagne : à quel prix ?

Jusqu'à lors réservée aux personnes mineures, la contraception gratuite sera désormais accessible à toutes les femmes de moins de 25 ans en France, à partir de 2022. En Allemagne : que dit la loi ?

Sur le même sujet