Harcèlement moral au travail et violences conjugales en Allemagne

Par Lepetitjournal Berlin | Publié le 08/03/2022 à 10:00 | Mis à jour le 17/03/2022 à 10:15
Photo : © Artem Kovalev - Unsplash
Une femme de dos

Violences domestiques, harcèlement de rue, harcèlement au travail… en tant que témoins ou victimes, voici des pistes pour les identifier et en sortir, notamment en Allemagne.

 

Selon le collectif français noustoutes, il existe six formes de violences : administratives, économiques, psychologiques, physiques, gynécologiques et sexuelles. Elles peuvent être explicites ou au contraire sournoises, cachées. C’est souvent le cas du harcèlement moral au travail, domaine dans lequel Christine Maigné est experte. Accompagnante en reconversion professionnelle, elle dispense du conseil stratégique aux victimes de mobbing au travail avant de les aider à réorienter leur carrière.

 

Comment déceler les premiers signes de mobbing au travail ?

Il est important de souligner que le harcèlement moral au travail touche aussi bien les femmes  que les hommes. Cependant, comme le souligne la spécialiste Christine Maigné : « ce sont les hommes qui exercent le plus souvent les fonctions à responsabilités et le harcèlement provient, dans la grande majorité des cas, des supérieurs hiérarchiques même si un collègue peut également endosser le rôle du harceleur. »

Christine insiste sur le fait que la prévention devrait avoir une place bien plus importante, être enseignée en amont et généralisée car les personnes harcelées se rendent souvent compte trop tard des discriminations qu’elles subissent. Pour déceler les premiers signes d’une situation du mobbing au travail il est important de se poser les questions suivantes :

  • Le ton utilisé par mon/ma supérieur.e hiérachique est-il normal (ironique, cassant, agressif…) ? Les mots utilisés sont-ils déplacés ou humiliants  (blagues, allusions…) ? Les gestes et attitudes sortent-ils du cadre normal du travail qui devrait être neutre et courtois ?
  • Est-ce que mon supérieur me traite différemment  de mes collègues (pas de reconnaissance, rétention d’information, éloignement physique,  interdictions…) ?
  • Abuse-t-il de son pouvoir, de sa fonction ?
  • Est-ce que mon supérieur me donne des objectifs irréalisables ou au contraire ne me confie plus de tâches ou missions pour m’isoler, me dévaloriser ?

Le dernier stade avant  de se « débarrasser » de sa victime est la sanction (avertissement, blâme…). C’est alors l’ultime signal  pour enfin réagir et organiser une stratégie de défense et d’action.

 

Le harcèlement peut être « subtil » de manière à ce que les victimes ne se rendent pas compte de la situation. Il vise alors à déstabiliser et embrouiller la personne harcelée, lui faire douter d’elle-même,  de ses capacités et la pousser à la faute.

Le mobbing peut également être plus « direct », le harceleur allant jusqu’au dénigrement et à l’agressivité ou se livrant même à des attouchements. Dans ce dernier cas, le bourreau s’arrange  pour être seul avec sa victime et l’abuser sans qu’il n’y ait de témoins.

Le harcèlement moral au travail est caractérisé par des faits répétés et durables qui dégradent les conditions de travail, portent atteinte aux droits et à la dignité du/ de la  salarié.e et altère sa santé physique et mentale.

Christine constate : « Dans l’inconscient collectif et de par leur héritage familial, les femmes portent encore trop souvent en elles l’idée qu’elles doivent travailler plus dur qu’un homme pour s’imposer et réussir. Cela peut les rendre plus vulnérables aux harcèlements  ou contraire les faire basculer dans le rôle du bourreau pour être « l’égal des hommes ».

Contrairement à la France, l’Allemagne ne dispose pas de loi spécifique définissant et punissant le harcèlement au travail ce qui rend le travail de l’avocat plus délicat pour prouver les faits de harcèlement.

 

Quelles conséquenses pour les victimes ?

En cas de mobbing, c’est la santé physique, morale et psychique de la personne qui va petit à petit se détériorer. Perte de confiance, atteinte de l’estime de soi et burnout sont malheureusement très fréquents. Dans les cas les plus graves, les victimes de harcèlement moral au travail  peuvent sombrer dans la dépression ce qui peut entraîner des séjours en hôpital psychiatrique voire des tentatives de suicide.

 

Quels sont bons réflexes à adopter en cas de mobbing ?

Christine recommande de se munir d’un carnet pour noter et dater chaque jour les phrases et les situations humiliantes. Cette méthode peut aider la victime à se rendre compte de la gravité de la situation et les preuves pourront servir plus tard dans le cadre d’une procédure judiciaire.

De même, la vigilance et le discernement sont de mises : en qui puis-je avoir confiance, ai-je des alliés qui vont pouvoir me soutenir ? Ai-je besoin d’une aide stratégique pour m’épauler ? Quelles traces écrites puis-je rassembler pour organiser ma défense ? Il est primordial de bien prendre soin de soi en situation de harcèlement : consulter un thérapeute, bien s’entourer dans sa vie privée, faire du sport, rester en contact avec la nature, se faire plaisir et se relaxer dès que possible.

 

Pourquoi est-on harcelé ? Comprendre le harcèlement pour agir !

Mais quelles sont les motivations du harceleur ? Là encore, la réponse dépendra de la situation. Selon Christine, le harcèlement vise, dans la grande majorité des cas, à se débarrasser de la personne ciblée. Cela peut être le fruit d’une politique de l’entreprise pour réduire ses effectifs à moindre coût.  En effet, la stratégie la moins coûteuse pour la société est de pousser la personne à bout afin qu’elle s’en aille d’elle-même. Dans d’autres cas, il pourra s’agir d’un  harceleur isolé qui s’en prend à une ou plusieurs personnes parce que le manager n’est pas suffisamment compétent et se retrouve en situation d’insécurité. Le dernier cas de figure est plus rare mais extrêmement dévastateur : c’est la personne qui aime dominer et ou détruire autrui. Ce type de profil se rencontre notamment dans les cas de violences dans la sphère privée (pervers narcissique).

Que faire si l’on est victime de harcèlement au travail ? Christine donne plusieurs recommandations. Il est très important de mettre rapidement en place une stratégie de sortie de crise et de défense. En Allemagne, il est très utile de souscrire, en amont du conflit, une assurance juridique qui pourra prendre en charge les éventuels frais juridiques. Il est également souvent nécessaire de rechercher une aide juridique, (avocat) pour faire valoir ses droits.

Que faut-il éviter en situation de harcèlement ? Il ne faut jamais démissionner sous peine de perdre tous ses droits en apportant  à l’employeur la « victoire » qu’il attendait. Il faut également garder son sang-froid face à son harceleur pour que la situation ne se retourne contre soi. Enfin, Christine  recommande de ne jamais abandonner son poste et de ne signer aucun document sans l’avis préalable de son avocat.

 

Les chiffres sur les violences dans la sphère privée sont en hausse

Les mécanismes du harcèlement moral au travail sont très similaires à la manipulation qui peut se dérouler dans la sphère privée, dans le cas d’une relation amoureuse par exemple. Le monde du travail reste, malgré toutes les dérives possibles, un lieu plus ou moins cadré et ouvert tandis que les violences dans la vie privée peuvent se dérouler à l’abri des regards en toute impunité.

Selon le rapport de l’Office fédéral de police criminelle (Bundeskriminalamt, BKA) publié en fin 2021, la violence conjugale augmente chez les Allemands depuis le début de la pandémie. Pour la sixième année de suite, le nombre d’agressions commises par le conjoint ou l’ex-conjoint d’une femme a augmenté de presque 5 %. Selon ce même rapport, une femme subit une agression toutes les cinq minutes en Allemagne et une femme meurt tous les trois jours des blessures causées par son conjoint ou ex-conjoint. Mais selon le BKA, le rapport ne prend en compte « que les cas qui ont été enregistrés par les policiers » et que « selon certaines études », le nombre réel de violences contre des femmes pourrait en fait représenter plus du double du nombre officiellement enregistré. De manière générale, les décomptes des violences sont imprécis puisque les méthodologies de recensement des féminicides par exemple diffèrent selon les pays comme l'indique Le Monde.  Entre sources officielles, qui en France comme en Allemagne ne recensent que les féminicides commis dans la sphère intrafamiliale, et les associations, qui incluent les féminicides hors du couple, les chiffres diffèrent également. En 2020, selon les données officielles, 139 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en Allemagne. Le décompte s’élève à 102 en France.

 

 

Chercher de l’aide face aux violences sexistes et sexuelles

Que faire si l’on est victime ou témoins de violences conjugales (violences psychologiques, physiques ou sexuelles) en Allemagne ? Il existe en Allemagne comme en France différentes ressources pour demander de l’aide. En voici une liste non-exhaustive :

 

A Berlin :

  • LESMIGRAS : informations sur les violences et conseils notamment à destination des personnes Queer (disponibles en français)
  • Le Frauenkrisentelefon
  • LARA - Centre de crise et de consultation pour femmes victimes de viols ou de harcèlements sexuels (en français)
  • TARA

 

 

Portrait Christine Maigné
© Christine Maigné - Révélateur de talents cachés

 

Vous pouvez également contacter Christine Maigné. Toutes les informations sur son site internet, revelateurdetalentscaches.com

 

 

 

 

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale