Economies d'énergie : quel avenir pour les événements culturels énergivores ?

Par Clara Le Divenach | Publié le 09/08/2022 à 16:10 | Mis à jour le 10/08/2022 à 04:32
Photo : © Karsten Hoffmeyer - Wikimedia Commons
Festival of lights à Berlin

Des illuminations de Noël au Festival des Lumières prévu en octobre, de nombreux événements sont compromis par la hausse des prix de l'énergie. 

 

Des illuminations de Noël et un festival des Lumières sur la sellette

Dans un discours du mardi 26 juillet, le sénateur de l’économie Stephan Schwarz (sans parti) a déclaré ne pas exclure un nombre restreint d’illuminations de Noël cette année.

Chaque kilowattheure que nous économisons est une contribution, a-t-il ajouté.

Le Sénat avait déclaré vouloir faire des économies d’énergies d’au moins 10% dans ses administrations, et cela inclut aussi les projets et événements subventionnés par la ville : les marchés de Noël touchent chaque année des aides du Sénat par exemple.

 

Le maintien du festival des Lumières, qui éclaire tous les ans en octobre les bâtiments de la ville avec des spectacles lumineux, est lui aussi remis en question.

Lundi dernier, Birgit Zander, la directrice du festival, a déclaré dans une interview accordée à Rbb24 vouloir le maintenir. "Notre décision s'applique indépendamment des récentes décisions du Sénat de réduire l'éclairage des bâtiments publics", a-t-elle déclaré. L'éclairage public est une chose, l'art lumineux temporaire en est une autre.

Il est juste et important que l'art et la culture continuent à avoir une place dans notre vie à tous.

Pour cette 18e édition, les organisateurs ont annoncé que les bâtiments ne devraient toutefois pas être illuminés jusqu'à minuit comme les années précédentes, mais seulement jusqu'à 23 heures.

Par ailleurs, comme les éditions passées, le festival sera alimenté par des énergies renouvelables et non du gaz russe.

 

Berlin est le Land qui consomme le moins de gaz

Selon le sénateur Schwarz, Berlin est dans une situation différente de celle des autres Länder : le Land, avec 48 450 térajoules, serait selon lui celui qui consomme le moins de gaz par habitant. La Sarre, Land le plus énergivore, en comparaison, en consomme 3 fois plus. Cela s’expliquerait par la nature de l’industrie berlinoise, moins énergivore, et par son parc plus important de logements rénovés. 

 

Dans sa déclaration du 26 juillet, Schwarz a annoncé que l’impact social et économique de ces mesures sera pris au sérieux : "En définitive, il faut peser le pour et le contre : voulons-nous éteindre toutes les lumières dans la ville ? Voulons-nous ainsi mettre en difficulté les commerçants à Noël ? Est-ce que cela vaut la peine, si cela entraîne des pertes d’emploi ?" 

 

D’autres solutions sont également envisagées pour réduire la consommation de la ville, comme baisser l’éclairage ou la température dans les salles de spectacle ou de concert. Certaines ont déjà été mises en place, comme éteindre l’éclairage des bâtiments publics la nuit. Il reste encore de nombreuses questions en suspens : les décisions du Sénat sur les mesures pour économiser l’énergie ne seront connues que le 16 août.

 

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Clara le divenach

Clara Le Divenach

Etudiante en master de relations internationales, Clara fait partie de la rédaction berlinoise depuis juin 2022. Attirée par l'histoire et la culture berlinoise, elle aime vivre et partager de nouvelles expériences.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale