Bushido et le clan Abou Chaker : destins liés entre rap et gang

Par Guillaume Tarde | Publié le 14/12/2021 à 16:53 | Mis à jour le 14/12/2021 à 16:53
Photo : © CC - Philipp von Ostau
Bushido

À l’occasion de la sortie du documentaire « Unzensiert - Bushido's Wahrheit », retour sur la vie du rappeur polémique et sur ses liens avec le clan Abou Chaker impliqué dans la criminalité organisée.

 

Bushido, un artiste à succès

Anis Mohamed Youssef Ferchichi naît à Bonn en Allemagne le 28 septembre 1978. Il grandit cependant à Berlin, y fait son école primaire et son lycée. Le jeune garçon se fait vite remarquer par ses infractions répétées comme la possession de stupéfiants. Il comparaît devant le tribunal qui lui offre le choix de suivre une formation comme peintre vernisseur plutôt que d’aller en prison. Dans ce cadre, il fait la connaissance du rappeur Fler qui va lui donner envie d’emprunter la voie de la musique.

 

En 2001, son premier album King of Kingz lui ouvre les portes d’un premier label : Aggro Berlin. Bushido y côtoie plusieurs artistes comme Fler avec qui il sort un album un an plus tard, Carlo, Cokxxx, Nutten. Il poursuit en 2003 avec un album solo Vom Bordstein bis zur Skyline qui sera le dernier avec son premier label. En effet, en 2004 Bushido signe avec Urban / Universal après des désaccords artistiques avec son précédent label.

 

Les succès s’enchainent par la suite pour le rappeur qui empile les récompenses, comme la meilleure performance live, deux MTV Europe Music Award pour le"Meilleur artiste allemand" et des disques d’or et de platine. Bushido, surfe sur son statut de plus grand rappeur allemand et publie une biographie du même nom en 2008, qui se classe sur la plus haute marche du podium des bestsellers du Spiegel. Le rappeur se lance également dans l’industrie cinématographique avec un film autobiographique, Zeiten Ändern Dich dans lequel il occupe le premier rôle. En 2012, il va même jusqu’à annoncer à Bild qu’il souhaite fonder un parti politique afin de briguer la mairie de Berlin.

 

Des polémiques jalonnent son parcours

Bushido connaît dans sa carrière de nombreuses polémiques qui font de lui un artiste souvent sous le feu des critiques.

 

À la sortie de son album en 2003, les médias accusent l’artiste d’homophobie après la diffusion du morceau Berlin. En effet, dans cette musique Bushido chante «Berlin wird wieder hart, denn wir verkloppen jede Schwuchtel (Berlin va de nouveau refaire sa loi, parce qu'on va tabasser chaque pédale) ».

 

En 2005, Bushido passe deux semaines derrière les barreaux après avoir été reconnu coupable d’une agression sur un jeune homme lors d’une fête. Il sort sur caution après avoir déboursé 100 000 €.

 

En 2013, Bushido critique différent élus allemands dans un single de Shindy, ce qui lui vaudra plusieurs plaintes. L’administration de la ville de Berlin porte plainte à son tour pour discours de haine et incitation à la haine.

Les critiques pleuvent également sur l’artiste après des propos déplacés au sujet des attentats du 13 novembre 2015.

 

Destins liés avec le clan Abou Chaker

Le clan Abou Chaker, désigné ainsi par les enquêteurs et les journalistes, est un groupe de personnes principalement issues de la famille Abou Chaker. Entre 200 et 300 membres de cette famille sont installés à Berlin et certains d’entre eux font partie du monde de la criminalité organisée. Différents membres du clan ont ainsi été reconnus coupables de trafic de drogues et d’armes, de blanchiment d’argent, de vols, d’actes avec violence, de proxénétisme, chantage…

 

En 2013, Stern dévoile que le rappeur Bushido, qui entretient des liens étroits avec des membres du clan Abou Chaker, et Arafat Abou Chaker ont conclu un accord. Le rappeur et Arafat Abou Chaker se sont ainsi donnés une procuration générale sur l’ensemble de leurs biens. Une partie des revenus de Bushido revenait donc directement au clan Abou Chaker.

 

En 2017, Bushido aurait voulu en finir avec ce contrat mais se détacher du clan n’est pas aussi facile que de s’y attacher. Le clan Abou Chaker aurait donc refusé de mettre fin à cet accord. La femme de Bushido, Anna-Maria Ferchichi, est donc allée porter plainte car elle savait alors qu’ils n’y arriveraient pas seuls. Entendue au tribunal dans le cadre de cette affaire, la jeune femme a fait plusieurs déclarations.

 

Tout d’abord, le 18 janvier 2018, Arafat Abou Chaker aurait enfermé Bushido dans un bureau avant de l’agresser avec une chaise et une bouteille. C’est après cet incident qu’elle décide d’aller porter plainte.

 

Le 3 septembre 2018, un ami de la jeune femme et du rappeur, Sary H., serait arrivé au domicile du couple afin de les prévenir qu’Arafat préparait « quelque chose de gros ». D’après Anna-Maria, Sary H. était nerveux et elle a craint pour sa vie. Elle retourne alors au commissariat pour être placée ainsi que Bushido, sous protection policière.

 

Interrogé par le tribunal, Sary H., propose une version légèrement différente. Selon lui, il n’a plus de lien avec la famille Abou Chaker et ses informations provenaient d’une source peu fiable et c’est pourquoi il n’aurait pas été paniqué ni nerveux contrairement à ce qu’affirme Anna-Maria.

 

Le procès est toujours en cours et d’après le juge en charge de l’affaire, « une de ces versions est vraie, la question, c’est de savoir laquelle ».

 

Pour recevoir gratuitement notre newsletter du lundi au vendredi, inscrivez-vous !

Pour nous suivre sur FacebookTwitter et Instagram.

Portrait Guillaume Tarde

Guillaume Tarde

Guillaume a rejoint l’équipe de la rédaction de Berlin en septembre 2021. Il est diplômé d’un master de marketing et communication. Passionné de voyages et de vélo, il aime tenir des carnets sur ses aventures.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Berlin !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Emma Granier

Rédactrice en chef de l'édition Berlin.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale