Lundi 9 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Avec Eat Small, Véronique met des criquets dans les croquettes

Par Justine Hugues | Publié le 21/05/2019 à 10:45 | Mis à jour le 22/05/2019 à 10:52
Eat Small aliments chiens insectes

Franco-canadienne expatriée à Berlin depuis plus d’une décennie, Véronique Glorieux a mis son expérience vétérinaire et ses préoccupations environnementales au cœur d’un projet entrepreneurial original. 

 

Les souvenirs de la ville de Nouakchott, entre désert et mer, fouettée par l’harmattan, Véronique Glorieux les a toujours emportés dans ses bagages. Tombée très tôt dans la marmite de l’expatriation - grâce à sa double nationalité et son enfance en Mauritanie - la franco-canadienne le confesse : « La vie à l’étranger, c’est quelque chose qu’on a toujours eu en nous ». Il y a 12 ans, avec son mari ayant aussi bourlingué, enfant, du Guatemala au Mali, elle quitte le Québec pour Berlin. « L’idée était de partir pour une courte période, et puis chaque année, on prolongeait notre séjour », raconte-t-elle. 

 

Curieuse de tout, elle s’éloigne temporairement du métier de vétérinaire pour butiner dans les médias et la culture. Réalisatrice de documentaires un jour, illustratrice de livres pour enfants le lendemain, elle nourrit aussi ses talents de photographe et chroniqueuse, via un blog et un journal francophone. « Prendre du temps pour faire autre chose, sans savoir où on va, c’est quelque chose je ne l’aurais pas pu réaliser dans mon pays d’origine », admet-elle. Même la maternité n’était pas dans ses plans. Et pourtant, elle suit les premiers pas de sa fille avec bonheur. Jusqu’à ce qu’un jour, dans une école de Kung Fu, elle croise le chemin de Gema, graphiste espagnole également expatriée dans la capitale allemande. Toutes deux partagent le même amour des animaux, le militantisme écolo et l’envie de se lancer dans un nouveau défi professionnel. 

 

Fais le bio, Médor !

 

« J’avais lu un article dans la presse canadienne sur une start-up qui produisait de la nourriture pour chiens à base de grillons, se souvient-elle. J’en ai parlé à Gema et face à son enthousiasme contagieux, on a décidé de monter notre projet ». Eat-Small est née.  Convaincue de la nécessité de trouver des alternatives écologiques et durables à l’élevage industriel et la consommation de viande, Véronique se jette à corps perdu dans le développement de la toute jeune entreprise : « On appelait plein d’éleveurs d’insectes de la région, des experts en nutrition animale. On s’inscrivait à tous les ateliers gratuits sur l’entrepreneuriat ». Objectif : développer une gamme de croquettes nutritives pour chiens et chats, sans souffrance animale ni gaz à effet de serre.  

 

Elle est alors loin d’imaginer les embuches qui l’attendent. « Lorsqu’on participait à des foires, les gens nous regardaient avec des yeux ronds. J’avais aussi beaucoup de difficultés à comprendre la documentation en allemand ou les producteurs. Combien de fois me suis-je dit que ça aurait été tellement plus facile dans ma langue maternelle ! » Qu’importe, elle y arrivera.  « Quand les personnes voient que nos produits sentent bon, que 90% des chiens les aiment et qu’on explique les enjeux, alors les réticences se dissipent », se réjouit-elle aujourd’hui. Bien qu’Eat-Small ne soit pas encore rentable - du fait de coûts de production très élevés - les perspectives sont prometteuses. Depuis la mise sur le marché des quatre premiers produits pour chiens à base de mouches soldat noir, il y a un an, la gamme des croquettes comme le réseau des distributeurs ne cessent de s’étendre. Une trentaine de magasins en Allemagne, en Espagne au Benelux proposent ses produits aujourd’hui. En Suède et en Norvège, à base de ver à farine et à destination des félins, demain. « Les gros joueurs de l’industrie observent des entreprises comme la nôtre, confie Véronique. Sceptiques, ils attendent de voir comment évolue le marché ». Avec des centaines de millions d’animaux domestiques en Europe, les chiffres de production pourraient donc bientôt décoller.

 

croquettes pour chiens à base d'insectes Eat Small
Véronique Glorieux (à gauche) et son associée Gema Aparicio

 

 

L’écologie, fer de lance de son combat

 

Véronique, qui roule à vélo, fabrique ses cosmétiques et produits d’entretien, mange très peu de viande, et « seulement de la viande heureuse », est convaincue qu’une révolution des usages est en train de voir le jour. « Aujourd’hui, on pêche des poissons pour alimenter des poissons d’élevage, c’est complètement absurde. Il ne se passe pas une seule journée sans que l’on se questionne sur nos modes d’alimentation et sur la façon de faire des choix plus écologiques, observe-t-elle.  Par contre, on pense encore rarement au fait qu’un chien, même lorsqu’il pèse 15 kg, consomme presqu’autant de viande qu’un homme ». 

 

Visionnaire ou inconsciente ? L’irréductible optimiste tendrait à choisir la première option : «  On croit en notre projet, même si on a encore beaucoup de chemin à parcourir, notamment sur la sensibilisation ». Quel que soit l’avenir d’Eat-Small, la fierté de Véronique « d’avoir réussi dans une langue étrangère, sans avoir jamais dirigé d’entreprise » n’a pas de prix. 

 

 

Véronique Glorieux eat small croquettes pour chiens à base d'insectes
Les deux associées et leurs produits

 

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Kriss mer 22/05/2019 - 13:31

Manie de notre époque de consommation à outrance et hop pour les toutous itou. Ainsi on innove en recherchant pour les chiens un petit ailleurs marketing farfelu qui fait parler de soi alors qu’on ne fait rien pour l’énorme gaspillage devant soi qui fait parler les autres! L’écologie, le féminisme, l'animal sont actuellement des vecteurs de non sens du simple bon sens! Ajoutons une bonne dose de larmes à l’œil pour surtout troubler la vue pour ne pas les ouvrir! Ces personnes ont-elles déjà évalué l’énorme gaspillage des produits frais (viande poissons laitages en particulier) qui sont incinérés chaque jour car ayant dépassés leurs dates de péremption voire même quelques jours avant? Sait-on qu'il est mis aux ordures un simple pack de lait, yaourts, pâtisserie etc.. dont l’un seulement a été endommagé sur 6, 8 12 qui restent consommables? Plus bons pour les humains certes peut-être et encore mais pas bons pour les chiens non plus? Alors à quand un "@metoutou.fr" médiatique mesdames? A moins que comme aujourd’hui certains humains cherchant dans les poubelles soient considérés comme des chiens? Les grandes surfaces n'aspergent-elles les produits de Javel avant même de les détruire? Ignoble, non? L'expression de vos Droits à la parité de l'hyper sensibilité féminine où sont-ils? Bien beau tout ça pour nos toutous mais il serait peut-être mieux de considérer l’humain à sa porte, femmes et hommes sans parité de la faim ? Or qui s’informe de cet ahurissant gaspillage auprès des organisations humanitaires concernées qui ne sont pas même autorisées à tout distribuer si d'un jour la date est passée? Qui demande une réglementation contre de tels éhontés actes inhumains des grands distributeurs...les chiens? Qui va modifier un jour simplement en simple droit de l'homme, un droit au travail pour pouvoir se nourrir soi-même dignement en dehors des poubelles? Pas nécessaire de parcourir l’Afrique mesdames tout est en France, invraisemblable c’est bien là sous les yeux de votre féminité! Non seulement perte du produit mais perte de carburant pour le brûler et tout le tintouin coûteux du transport, de l’organisation, de la gestion ! Qui dénonce? Alors écologie, femme, animal et bébettes d'Afrique, les goûts et les couleurs de chacun certes est un droit mais vérité quotidienne sous nos yeux, simple vérité de tels faits feront un jour virer vert de rage un gilet jaune ! Cela ne fera pas du bleu mesdames mais du rouge et on attend toujours l'action de votre sensibilité féminine sur ces questions principales pas sur un "bébettes show"!

Répondre
Commentaire avatar

Julie mar 11/06/2019 - 12:57

Ce commentaire de "kriss" me semble aberrant et inutilement haineux et sexiste. Vous critiquez beaucoup, mais vous ne donnez pas un seul lien pour éviter le gaspillage (lisez cet autre article du petit journal, par exemple, https://lepetitjournal.com/expat-politique/arash-derambarsh-risque-une-guerre-de-lalimentation-259062 , et recherchez -et utilisez!- les applications de TooGoodToGo, de Phénix etc.). Vos arguments sont falacieux aussi: pourquoi donner des invendus alimentaires aux animaux si on peut les utiliser justement pour les êtres humains avant leur péremption? Pourquoi faire le jeu de l'élevage intensif, très peu respectueux de l'écologie, pour le bénéfice d'animaux de compagnie quand on on a suffisamment de reproches à lui faire pour les êtres humains? Donc, dans le secteur des animaux de compagnie (qui existe, même si ça ne vous plaît pas), c'est une excellente idée d'utiliser les farines d'insectes. Bravo, un article très intéressant!

Répondre

Actualités

Heidelberg Mannheim Appercu
GASTRONOMIE

Le vin chaud, tradition et dégustation maison

Boisson emblématique autour de Noël, le vin chaud non seulement réchauffe mais présente de nombreux bienfaits pour la santé. Depuis quand la recette existe-t-elle et comment la préparer soi-même ?

Communauté

Francfort Appercu
INTERVIEW

Les Barbeaux, « Notre musique permet de réfléchir et faire la fête ! »

C'est un groupe du sud de la France, aux accents idoines, fort de 15 ans de tournée et mû par des influences multiples. Calou, membre de cette joyeuse bande et chanteur des Barbeaux nous en dit plus.

Que faire à Berlin ?

Heidelberg Mannheim Appercu
GASTRONOMIE

Le vin chaud, tradition et dégustation maison

Boisson emblématique autour de Noël, le vin chaud non seulement réchauffe mais présente de nombreux bienfaits pour la santé. Depuis quand la recette existe-t-elle et comment la préparer soi-même ?

Vivre à Berlin

Cologne Appercu
VIE PRATIQUE

10 MOTS POUR ... - Se faire couper les cheveux en Allemagne

Qui ne s'est pas déjà retrouvé coi en cherchant à dire un mot particulier qu'il ne retrouve plus ou dont il ignore la traduction en allemand ? Pour éviter cette gêne, le présent article se propose de

Expat Mag

Auckland Appercu
ALERTE INFO

White Island: des touristes sur un volcan à risque ?

Les secours ne peuvent toujours pas intervenir car le risque de nouvelles éruptions est encore trop élevé. Pour l'instant nous savons que 5 personnes sont décédées.

Sur le même sujet