Mardi 21 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Ecole Vatel Bangkok, une coopération franco-thaïe toute en saveurs

Par Manger français en Thaïlande avec El Mercado | Publié le 05/12/2018 à 00:00 | Mis à jour le 07/03/2019 à 06:52
Ecole hoteliere Vatel Bangkok

Née il y a quinze ans d’un partenariat avec l’université de Silpakorn, la branche bangkokoise de l’école française Vatel forme chaque année environ 150 jeunes thaïlandais à tous les aspects de l’hôtellerie avec un succès qui ne cesse de se confirmer. 

Lorsqu’en 2001 le Président de l’Université de Silpakorn a émis le souhait de créer une école hôtelière à Bangkok, il a demandé à la Dre Sompid Kattiyapikul, Vice-Présidente en charge des affaires internationales, de travailler à l’élaboration de ce projet. Elle est donc partie visiter plusieurs établissements d’enseignement susceptibles de convenir à leurs attentes en Angleterre ou en Australie. Lors d’une rencontre, le président du groupe Accor à Bangkok lui a suggéré de se rendre en France pour découvrir l’école Vatel.

Cela tombait plutôt bien, puisque Dre Sompid est non seulement francophile mais elle maitrise parfaitement le français (elle a fait une partie de ses études à Besançon). Il ne lui en fallut donc pas beaucoup à son retour de voyage pour convaincre le Président et les membres de l’université de se tourner vers l’école Vatel. 

"L’art de l’hôtellerie est différent en France", explique-t-elle. "Les Français savent comment gérer la relation avec la clientèle et les anglophones n’ont pas le même sens du contact".

Après deux années de réflexion et de préparatifs, l’école Vatel de Bangkok a pu ouvrir ses portes en 2003. Pour attirer des candidats, convaincre des familles thaïlandaises de confier leurs enfants à l’école Vatel, les dirigeants de l’université ont eu l’idée ingénieuse d’instaurer un double diplôme. À la fin de quatre années de formation, les étudiants reçoivent un diplôme de l’université de Silpakorn et le diplôme Vatel. Cette reconnaissance de Silpakorn a apporté du crédit à Vatel qui avait encore à se faire connaître en Thaïlande.

Au fil des années, le nombre d’élèves a progressé continuellement. De 30 la première année, on est passé à 60, puis 100, pour arriver à 120, ce qui constitue le maximum pour une promotion. 

Ecole hoteliere BangkokRéseau international et innovation pédagogique

L’un des points forts de Vatel est son réseau. Comptant 46 écoles à travers le monde, il a permis la création d’un programme de mobilité international donnant aux étudiants la possibilité d’effectuer leur 2e année sur un autre campus qu’ils peuvent choisir parmi 32 pays. Baptisé Marco Polo, ce programme vient de se voir décerner le titre de "Meilleure Innovation pédagogique" aux Worldwide Hospitality Awards.

"Une étroite collaboration avec l’Ambassade de France nous permet d’envoyer chaque année 40 à 60 étudiants pour des stages de cinq mois dans des hôtels de différentes villes en France comme Paris, Mulhouse, Nice, Cannes. Cela leur permet d’améliorer leur connaissance de la langue", s’enthousiasme Dre Sompid. Et d’ajouter : "cette année, nous avons à Bangkok huit étudiants venus de pays occidentaux comme l’Espagne ou la Belgique. Cela donne l’occasion à nos élèves d’être confrontés à d’autres cultures".

La méthode Vatel n’est pas le moindre des atouts de l’école. Une vingtaine de professeurs thaïlandais et occidentaux y enseignent toutes les matières de l’hôtellerie : cuisine, service, gestion des aliments et boissons, réception, finance, marketing, gestion du personnel, etc. La moitié du temps est passée à l’apprentissage de la théorie, l’autre à sa vérification par les travaux pratiques que permettent le restaurant et le café de l’école, laquelle est installée depuis 2012 dans le quartier de Bang Rak, à deux pas de l’ambassade de France.

Convaincre les parents d’élèves du bien-fondé de cette méthode qui enseigne tout de A à Z est parfois un travail délicat, précise Dre Sompid. "Nombre de nos étudiants ne sont pas habitués à prendre part aux tâches ménagères dans leurs foyers. Lorsqu’on leur demande de faire un lit ou de laver de la vaisselle, ils n’en voient pas forcément l’utilité et nous devons expliquer à leurs familles que nous les préparons à devenir dirigeants, cadres du secteur : comment expliquer à des équipes ou des élèves la meilleure façon de laver parfaitement un verre si l’on ne possède pas cette expérience à titre personnel ?"

Et force est de constater que la méthode Vatel donne des résultats, puisque l’on retrouve aujourd’hui d’anciens élèves de l’école à des postes de direction dans les hôtels de renom tels que Mandarin Oriental et Park Hyatt ou encore chez Paul à Bangkok, voire à l’étranger dans des établissements appartenant à de grands groupes, tels que le Novotel de Lombok. 

Pour étoffer leur expérience et mettre en application ce qu’ont appris les élèves, l’école organise prochainement deux événements pour les faire se confronter à la réalité. Ils devront alors tout prendre en charge intégralement, afin de mieux comprendre la globalité du processus d’organisation d’une soirée autour d’un thème qu’ils auront à déterminer. Cela leur permettra d’aborder toutes les étapes, les fera réfléchir aux moindres détails, et les amènera à anticiper les éventuelles difficultés en prévoyant des solutions pour chaque type de problème. 

"Dans ce travail de groupe, ils auront à se répartir les tâches à accomplir", indique Isabelle Ferchaud, directrice du département Aliments et Boissons de l’école. "Certains devront jouer un rôle de leader : directeur général, responsable de salle, chef de cuisine, chef pâtissier, responsable du marketing, des finances ou de la décoration".

Le premier événement, intitulé "Semaine française" concernera les élèves de deuxième année. Afin de mieux connaître la culture française avant d’avoir l’opportunité de se rendre en France pour un stage de 4 mois et demi, ils devront choisir une région de l’hexagone. Ils auront ensuite à faire des recherches sur ses plats typiques qu’il leur faudra reproduire le plus fidèlement possible durant une semaine. Cela nécessitera d’utiliser leurs connaissances de la région pour réaliser un plan de commercialisation incluant marketing, création d’une affiche à l’effigie de la région choisie, réalisation d’une décoration-centre de table, etc.

Les étudiants de troisième année, auront, eux, à organiser un dîner de gala selon le même processus de recherche, d’organisation au sein d’un groupe.  "Mis à part que, cette fois, ils seront libres dans le choix du thème et de leur menu, tout en respectant des règles bien précises. Il faudra par exemple que le dressage des plats soit digne d’un restaurant gastronomique !", précise-Isabelle Ferchaud.

Invités à ces dîners, les parents pourront se rendre compte concrètement de leurs propres yeux, tout ce que leurs enfants ont appris. "Après quinze ans d’existence, tous ces échanges et le dialogue avec les familles ont permis d’instaurer entre elles et l’école un rapport de confiance porteur de résultats. Et c’est une véritable source de fierté", conclut Dre Sompid.

Le programme de la "Semaine française" se déroulera selon le calendrier suivant :
-    Du 3 au 7 décembre 2018 : Région Centre (Limousin, Dordogne, Auvergne)
-    Du 8 au 12 avril 2019 : Région Nord (Normandie, Picardie, Nord-Pas-de-Calais)
-    Du 22 au 26 avril 2019 : Région Sud Est (PACA, Languedoc, Rhônes / Alpes)
-    Du 1er au 5 juillet 2019 : Région Centre Est (Champagne, Bourgogne)
-    Du 8 au 12 juillet 2019 : Région Est (Alsace, Franche-Comté)

Les diners de gala des étudiants de 3e année seront servis aux dates suivantes :
-    1er février 2019 - Thème : festival mexicain « Dia de los muertos »
-    15 février 2019 - Thème : 4 éléments (terre, eau, air et feu)
-    1er mars 2019 - Thème : Harry Potter
-    15 mars 2019 – Thème : Jardin secret

En savoir plus sur le site Internet Vatel Bangkok

Par Régis LEVY

3000
0 Commentaire (s)Réagir