Vendredi 16 novembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Aurélien Meunier : " J'ai provoqué ma chance "

Par emlyon business school | Publié le 23/08/2018 à 18:36 | Mis à jour le 24/08/2018 à 11:23
emlyon business school

Après 9 ans en poste au sein d'un grand groupe français, Aurélien Meunier décide qu'il est temps de donner un tournant à sa carrière. C'est ainsi qu'il choisit de prendre une année de césure pour réaliser le MBA d'emlyon business school. Son ambition : trouver un poste à responsabilités dans l'export, et ainsi travailler à l'international.

 

Une fois diplômé de son école de commerce, l'objectif d'Aurélien est clair : il souhaite construire une carrière à dimension internationale. « C'est lors d'une année Erasmus en Pologne que j'ai eu un déclic et que j'ai réalisé que je voulais travailler l'étranger. »

A la fin de ses études, le jeune homme trouve d'abord un poste en France, en tant que commercial au sein du groupe Legrand. Cette entreprise du CAC 40, l'un des leaders mondiaux dans la production et l'installation de systèmes électriques et numériques, est basée dans 90 pays, un critère déterminant pour le jeune diplômé. « J'ai intégré un grand groupe car je savais que cela m'offrirait plus d'opportunités à l'international.»

Année après année, Aurélien gravit les échelons en tant que Responsable commercial puis Manager des ventes de la région Bourgogne, travaillant ainsi dans plusieurs villes de France.

 

Une envie de sortir du parcours franco-français

 

Cependant, le jeune homme sent qu'il lui manque quelque chose. « Malgré mon poste à responsabilités, j'avais l'impression de tourner en rond ».  Après 9 ans au sein du groupe, Aurélien décide alors qu'il est temps de donner un nouveau souffle à un parcours « franco-français tout tracé ».

Le jeune homme souhaite se spécialiser dans l'export, et ainsi obtenir un poste à l'étranger. Mais le secteur, très compétitif, est difficile d'accès. « Beaucoup de personnes veulent faire de l'export, et pour réussir, il faut sortir du lot et créer sa chance ».

Convaincu que c'est en se démarquant qu'il atteindra son objectif, Aurélien décide de prendre une année de césure pour intégrer le MBA de l'emlyon business school.

 

Un pari payant

 

Cette année, « très formatrice », permet à Aurélien d'ajouter de nouvelles mentions à son CV, et surtout d'apporter de la crédibilité à son projet professionnel.

« J'ai provoqué ma chance et j'ai ainsi pu proposer à mon entreprise de nouvelles compétences, qui m'ont rendu plus légitime pour viser un poste dans l'export. »

Selon le jeune homme, sa décision de faire le MBA a en elle-même été très valorisée : « ce master a permis de révéler avant tout un état d'esprit : j'ai prouvé que j'avais une vision claire de mon projet professionnel, et que j'étais prêt à me remettre en question et à sortir de ma zone de confort, des qualités requises quand on vise un poste dans l'export ».

Cette année de césure aura finalement porté ses fruits. En effet, dès la fin du master, le jeune homme se voit proposer trois offres d'emplois à dimension internationale. C'est ainsi qu'il part, en décembre 2016, pour Nairobi, au Kenya, au titre de Directeur de Filiale. Sa mission : créer une filiale du groupe Legrand en Afrique de l'Est (au Kenya, en Tanzanie, et en Ouganda).

 

Une mission d'entrepreneuriat formatrice

 

Le jeune homme se retrouve alors à la tête d'une mission d’entrepreneuriat colossale.

« Travailler dans un pays en développement n'était vraiment pas facile. J'ai créé la filiale à partir de rien, et les codes étaient totalement différents de ceux que j'avais connus en France. J'ai dû effectuer du business à 360 degrés et gérer à la fois l'aspect RH, comptabilité, administratif... C'était un vrai défi. »

Durant sa prise de poste à l'étranger, le jeune homme peut alors appliquer les précieux outils acquis durant son MBA à l'emlyon business school.

« Lors du master, l'apprentissage se fait en immersion totale, ce qui constitue une véritable valeur ajoutée. Durant cette année, j'ai appris à gérer des projets en partant de zéro, avec des personnes d'horizons différents. Le master m'a permis de développer ma capacité à m'adapter et à appréhender des projets sur le tas. Cette formation a constitué un excellent point d'appui lors de ma prise de poste à l'étranger.»

Aujourd'hui, Aurélien dresse un bilan très positif de son expérience professionnelle à l'étranger : « j'ai maintenant une manière d'appréhender et de résoudre les problèmes totalement différente. C'est une expérience hautement formatrice qui m'a apporté un grand panel de compétences, dans tous les aspects du business ».

 

Nous vous recommandons

emlyon business school

emlyon business school

Fondée en 1872, emlyon business school accueille chaque année 5500 salariés et dirigeants d’entreprises. L’école détient la triple accréditation, un label qualité attribué à 1% des business schools et est classée 3ème Business School de France
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Anaconda 43 mer 27/06/2018 - 16:07

Ça c’est qq qui sait ce qu’il veut....👍 Vu au krystal ce we...motivé comme jamais.....y en a même qui l’ont vu voler et conduire un bus 😘

Répondre

Expat & Emploi

V.I.E./V.I.A.

9 jeunes Français sur 10 sont recrutés après leur contrat de VIE

C’est l’un des principaux résultats de l’étude menée récemment par Business France, en collaboration avec EDHEC Newgen Talent Centre. Entre croissance du nombre de contrats et élargissement...