Samedi 8 août 2020
Andalousie
Andalousie

L’Amour au temps du COVID-19

Par lepetitjournal.com Andalousie | Publié le 09/04/2020 à 22:30 | Mis à jour le 10/04/2020 à 18:06
Boda en Ronda Confinamiento COVID-19

L’Andalousie, comme tout le reste de l’Espagne et du monde, vit des temps difficiles. Pourtant, le confinement a déjà démontré que les populations regorgent de créativité lorsqu’il s’agit de maintenir le lien social. Ces dernières semaines, on a vu bien des scènes cocasses et des moments curieux éclore des balcons. L’un d’eux – qui restera sans doute dans les mémoires de la ville de Ronda – a été la demande en mariage qu’Elena González a faite à son conjoint Juan Manuel Zamorano, ce mardi 7 avril en fin d’après-midi. 

 

Une demande en mariage durant les applaudissements en faveur des services de santé

Le quartier de La Feria est l’un des plus jeunes de Ronda et aussi l’un des plus animés. Chaque jour, à vingt heures, les voisins sortent nombreux sur les balcons pour rendre grâce au travail des professionnels de santé et de toutes les personnes qui travaillent dur pendant le confinement.

 

Ronda Confinamiento Boda
Le passage Vicente Aleixandre, à Ronda, ce mardi 7 avril vers 20 h // Nicolas Delforge

 

En ce Mardi saint, les voisins avaient décoré la rue avec des tissus blancs et aussi, parfois, des croix rouges. Mais ce qui avait commencé comme une salve d’applaudissements désormais « habituels », accompagnés cette fois de musique – la chanteuse Vanessa Gazaba, une proche voisine, a interprété l’hymne d’Andalousie – s’est rapidement transformé en un événement encore plus spécial lorsque la Protection civile a fait son arrivée dans une émotion palpable.                      

Sirènes allumées de la Protection Civile

Toutes sirènes allumées, les voitures de police se sont arrêtées à la hauteur de l’immeuble dans lequel vivent Elena et Juanma. Mis dans la confidence, ils ont lu au mégaphone un émouvant message écrit par Elena, dans lequel celle-ci narrait brièvement l’histoire de leur rencontre à Huelva, cinq ans plus tôt. Et la même Protection civile, jouant avec plaisir ce rôle d’entremetteur, de finir par brandir une bannière de plusieurs mètres, exhibant aux yeux de tous la question rituelle : ¿Quieres casarte conmigo? (« Veux-tu m’épouser ? »).

 

Guardia Civil Ronda COVID-19 Boda
La bannière brandie par la Protection civile // Manolo Guerrero

 

La surprise fut grande...

C’est certain, la surprise fut grande pour le principal intéressé, qui avait été persuadé par les voisins et sa compagne que tous ces préparatifs, ainsi que la présence de la police et des médias, étaient simplement une façon supplémentaire de rendre grâce aux travailleurs. Or, tous étaient complices, à part lui qui pensait encore sortir en survêtement, avant que sa petite amie arrive à le convaincre de s’habiller de façon un peu plus formelle.

Mais le oui fit vibrer toute la rue!

Pour le bonheur de chacun, Juanma a accepté et a répondu un « sí » fort et vibrant dans toute la rue, auquel les habitants du passage Vicente Aleixandre ont répondu par des applaudissements et des hourras répétés. Pour sceller leur engagement, les amoureux se sont donnés un baiser depuis les hauteurs du balcon de leur appartement où tous deux vivent confinés... en espérant des jours meilleurs.

 

Boda Ronda Confinamiento
Le baiser des amoureux, depuis le balcon de leur appartement // Pedro Chito

 

Pour tous, un moment inoubliable!

Celle qui s’était initialement décidée à demander la main de son petit ami lors des 101 kilomètres de Ronda – une course à laquelle il était prévu que son cycliste de compagnon participe – s’est dite très heureuse. Malgré l’annulation de cet événement, Elena a réussi à mettre son idée originale en œuvre grâce à l’aide précieuse des voisins et de la Protection civile. Un soutien que le couple n’oubliera pas de si tôt. Elle conclut : « c’est beaucoup plus que ce à quoi je m’attendais. » 

COVID-19 Confinement Sa Casan en Ronda
Les fiancés, préparant ensemble les remerciements // Nicolas Delforge

 

 

 

Les fiancés prévoient de se marier au printemps ou à l’été 2021, quand la pandémie aura pris fin. Une nouvelle et belle preuve que le COVID-19 n’arrête ni l’entraide, ni l’amour.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publication de Nicolas Delforge

Nicolas Delforge LePetitJournal.com

Philosophe spécialisé dans l’étude des relations “Sciences, Technologies, Sociétés”, j’ai choisi de prendre des chemins de traverse et de découvrir les nouveaux métiers du Web. Ma direction ? La rédaction freelance et le nomadisme digital !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir