TEST: 3715

Des hôteliers proposent d’interdire la vente d’alcool après 18h

Par lepetitjournal.com Andalousie | Publié le 23/11/2020 à 22:16 | Mis à jour le 23/11/2020 à 22:57
Photo : Canarias ahora sur Twitter 
Hosteleros de Sevilla Alcohol 18h

Le président de l'Association des hôteliers de Séville, Antonio Luque, se félicite du changement d'heure de collecte des commandes dans les bars et restaurants annoncé par la Junta de Andalucía, jusqu'à 21h30, soulignant qu'il s'agit d'une "boule d'oxygène", mais précise que "nous savons tous que c'est insuffisant” et il demande l’interdiction des boissons alcoolisées au début du couvre-feu. 

Antonio Luque, a demandé au gouvernement andalou d'interdire la vente d'alcool dans tous les commerces à partir de 18 heures face à la situation " ahurissante " que cela entraîne compte tenu du fait qu’à partir de cette heure les bars et restaurants sont fermés et de l'achat important de boissons dans les supermarchés à partir de cette heure par leurs clients quel que soit leur âge.

Dans ce contexte, il juge " inacceptable " que le secteur doive fermer ses portes à 18 heures, " alors que le public, non seulement les jeunes, mais aussi les quadragénaires et quinquagénaires, remplissent les supermarchés en achetant beaucoup de boissons alcoolisées ". 

Luque trouve bien sur positif l’allongement de l'heure de retrait des commandes dans les bars et restaurants jusqu'à 21h30. Mais il trouve cette décision "insuffisante" et il insiste sur sa proposition d’interdiction de vente d’alcool après 18h car les hôteliers et restaurateurs souhaitent sauver leur entreprise...car "chaque jour" de nouveaux bars et restaurants ferment.

 

81032085_103364314503303_1224241506731163648_o

lepetitjournal.com Andalousie

La rédaction du site lepetitjournal.com Andalousie, le quotidien de référence dédié aux Français expatriés et francophones en Andalousie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Andalousie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bernard Frontero

Rédacteur en chef de l'éditon Andalousie.

À lire sur votre édition locale