Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE", un voyage à l’avant-garde du design

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE", un voyage à l’avant-garde du designAu CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE", un voyage à l’avant-garde du design
Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE", un voyage à l’avant-garde du design

Cette exposition - une Première en Espagne! - dont les commissaires sont Mmes Marie-Ange Brayer et Céline Saraiva, comprend des pièces issues des collections du Centre Pompidou (Musée national d'art moderne-Centre de création industrielle et Bibliothèque Kandinsky), et met l'accent sur la notion de "design magique" de Sottsass (Innsbruck 1917 - Milan 2007), qui s'oppose au rationalisme et revendique une expérience émotionnelle des objets, en se référant à leur présence rituelle et symbolique.

Ettore Sottsass a été un précurseur tout au long de sa vie de designer, d'architecte et d'écrivain. 

J'ai toujours pensé que le design commence là où les processus rationnels s'arrêtent et où les processus magiques commencent

La visite commence par ses premières œuvres des années 1940, inspirées par l'avant-garde artistique et architecturale.

La création de céramiques à "fonction thérapeutique", commencée en 1956, est un élément durable de l'œuvre de Sottsass, qui s'inspire de la philosophie orientale et des cultures ancestrales.

En 1958, il devient designer-consultant pour la société Olivetti, où il développe le premier ordinateur italien, suivi de nombreuses machines à écrire et de mobilier de bureau.

Les années 1960-1970 ont été des années d'expérimentation radicale. Sottsass dépasse l'échelle de l'objet pour concevoir des environnements domestiques et des céramiques monumentales. Il considère le design comme un moyen de repenser l'architecture et de forger un nouveau lien entre l'homme et l'objet.

En 1981, il fonde à Milan le groupe Memphis, dont la perspective iconoclaste met l'accent sur la dimension sensorielle des objets et la liberté créative du designer.

Je suis curieux des autres cultures. C'est pourquoi j'ai beaucoup voyagé, beaucoup lu et beaucoup observé. J'ai aussi beaucoup photographié pour savoir, pour découvrir ce qu'il y a au-delà du mur de mon jardin. La connaissance élargit et ouvre nos points de vue.

L'avant-garde

Après avoir suivi une formation de peintre tout en étudiant l'architecture, Ettore Sottsass se tourne dans les années 1940 vers l'avant-garde artistique. Il s'intéresse au cubisme, à la peinture métaphysique, aux œuvres de Paul Klee, Jean Arp, Anton Pevsner et Alexander Calder, ainsi qu'à l'architecture moderne. “Disegno astratto", réalisé en 1938, évoque la peinture métaphysique de Giorgio De Chirico. Ses surfaces colorées structurent l'espace, cadencé par le rythme de ses motifs. “Plastico spaziale" (1947), qui utilise des matériaux industriels, est une expérience spatiale inspirée du constructivisme. L'œuvre crée un mouvement en projetant ses surfaces planes dans l'espace et en enroulant sa tige métallique colorée.

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"

Lors de son voyage aux États-Unis en 1956, Sottsass découvre l'abstraction gestuelle américaine, qui influence la création de ses motifs textiles ("Fosforescenza"). À la même époque, il expérimente la plasticité du métal en utilisant l'aluminium anodisé et coloré, qui n'était pas encore utilisé dans la production d'objets quotidiens. Il crée une série de petits objets quotidiens destinés à promouvoir la notion d'"intérieurs modernes".

La céramique

Ettore Sottsass produit ses premières céramiques en 1955. Elles représentent pour lui une culture de l'objet anonyme, qui fait écho à son intérêt pour l'anthropologie, l'architecture vernaculaire et la culture populaire. Ces œuvres sont liées au geste primordial qui relie l'être humain au cosmos.  

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"

L'expérimentation des premières pièces comme le bol "Ciotola" ou les différentes coupes à fruits révèlent l'importance de la perspective sensorielle des objets pour Sottsass. Ainsi, les formes de base sont associées à des surfaces mates ou brillantes, lisses ou rugueuses, et à différents motifs répétitifs.

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"
Au retour de son premier voyage en Inde en 1961, Sottsass tombe gravement malade. Après cette épreuve, pour évoquer symboliquement la mort, il crée la série "Ceramiche delle tenebre" (1963), suivie de "Ceramiche offerte a Shiva", dans laquelle chaque assiette est une offrande à la divinité indienne. La série "Yantra", dont les formes sont inspirées de l'architecture indienne, utilise la céramique comme moyen de méditation, dans une dimension archaïque mais spirituelle.

 

Olivetti, design industriel

Tout en poursuivant ses projets d'architecture d'intérieur, produisant des céramiques et divers objets pour l'environnement domestique, Ettore Sottsass devient en 1958 designer-consultant pour l'entreprise de design industriel Olivetti. En collaboration avec des ingénieurs, des techniciens et des informaticiens, il est d'abord responsable de la définition formelle du premier ordinateur italien ("Elea 9003"), puis de la conception de machines à écrire ("Tekne 3", "Praxis 48"), de calculatrices et même du développement d'un système complet d'environnement de bureau ("Synthesis 45").

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"

La machine à écrire portable "Valentine", créée en 1968, est devenue l'une des icônes du design industriel, représentant un nouveau mode de vie par sa légèreté et sa couleur rouge.

Sottsass Malaga

Sottsass adopte une approche globale du design industriel, explorant les propriétés sensibles de la couleur et le toucher des matériaux, pour aboutir à une expérience sensorielle de l'objet. Outre ses qualités fonctionnelles et esthétiques, la machine contribue activement à renouveler le sens de l'environnement de travail.  

Une expérience radicale

De son premier voyage en Inde en 1961, Ettore Sottsass a retenu des flashs de couleurs, de matériaux et de formes qui renforcent sa perspective rituelle et symbolique des objets. Les projets d'armoires "Superbox" (1966) sont le fruit de cette immersion en Inde. En même temps, ils font partie de son "contre-design", marqué par une architecture radicale (Superstudio, Archizoom) et la crise des systèmes de pensée rationalistes. Les "Superboxes" sont des instruments pour l'espace de pensée, qui se situent à la frontière entre le rationnel et le magique, entre le design et l'architecture. Dans ce cas, Sottsass expérimente la stratification, qui deviendra le matériau de prédilection du groupe Memphis.

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"

Les "Superboxes" sont présentées en 1969 dans l'exposition "Miljö för en ny planet" (Paysage pour une nouvelle planète) au Musée national de Stockholm (Suède) avec des céramiques monumentales ("Grande Altare", "Tempio azzurro") qui évoquent l'architecture primitive. La collection de théières "Indian Memory" (1972), qui reflète également l'influence de la culture indienne, est présentée comme de petites architectures dont la charge figurative conduit à de nouveaux comportements domestiques.

Le groupe Memphis
Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE”

Memphis, point culminant d'une réflexion critique entamée avec le design radical des années 1960, a vu le jour une nuit de décembre 1980, à l'écoute de la chanson de Bob Dylan "Stuck Inside of Mobile with the Memphis Blues Again". Ettore Sottsass a réuni des architectes et des designers de différentes générations, dont Michele De Lucchi, Aldo Cibic, George Sowden, Nathalie Du Pasquier et Martine Bedin. Barbara Radice est chargée de la direction artistique du mouvement.

Au CENTRE POMPIDOU MALAGA, exposition "ETTORE SOTTSASS. LA PENSÉE MAGIQUE"

Dans le sillage du Pop Art, Memphis est apparu en réaction au fonctionnalisme et au rationalisme du modernisme et au postmodernisme naissant. Le groupe prône une perspective libératrice du design et une nouvelle forme de narration qui révolutionne le langage du design, avec des pièces aux formes géométriques asymétriques, des couleurs vives et l'utilisation de nouveaux matériaux tels que la stratification. Il met l'accent sur la dimension émotionnelle et sensorielle des objets, ainsi que sur la liberté de prescription du designer par rapport à l'industrie.

Informations pratiques
Fini le25févr.

Jusqu'au 25 févr. à 20:02

Adresse

Pasaje Doctor Carrillo Casaux s/n.
Málaga
Malaga

Horaires

Du mercredi au lundi de 9h30 à 20h

En cours de chargement…

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024