Dimanche 25 février 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

E. Macron: un discours de conquête adressé aux Français de l'étranger

Par Marie-Pierre Parlange | Publié le 03/10/2017 à 18:50 | Mis à jour le 03/10/2017 à 18:52
Photo : Emmanuel Macron à l'Assemblée des Français de l'étranger le 2 octobre 2017
Emmanuel Macron à l'Assemblée des Français de l'étranger

Pour la première fois, un Président de la République s’est adressé directement à l’Assemblée des Français de l’étranger réunie à Paris. L’occasion pour Emmanuel Macron de rappeler l’importance à ses yeux de la communauté expatriée et d'annoncer, entre autres, le retour du vote électronique pour 2020.

 

Devant les élus de l’AFE, Emmanuel Macron a souhaité exposer son projet impliquant « chacun de nos concitoyens » où qu’il vive. Ce sont des « histoires particulières » qui font que les Français partent, « les uns ont des histoires amoureuses, les autres des histoires familiales, ce sont parfois des histoires de plusieurs générations, ce sont d’autres fois des histoires professionnelles. Mais vous représentez des femmes et des hommes qui portent un bout de France à travers le reste du monde. » a-t-il dit aux élus de terrain.


Devant cette assemblée, le président s’est voulu pédagogue. « Penser que l'on pourrait avoir une politique de rayonnement de la France sans réformer la France, cela n'est pas possible » a expliqué le chef de l’Etat qui estime que les «transformations » sur les plans économique, social et éducatif en France sont la condition de la «crédibilité » de la France à l'étranger.  

« Pour avoir une ambition européenne véritable, pour être audibles nous devons être un pays fort en Europe », a-t-il dit.

«Une politique de conquête éducative»

Les Français de l’étranger ne sauraient rester à l’écart des « transformations » souhaitées par le Président. Pour autant, Emmanuel Macron a souhaité rassurer l’Assemblée sur les crédits accordés à l’enseignement français à l’étranger. « Les crédits de l’AEFE seront préservés à partir de 2018, ce qui veut dire à mes yeux pour les deux années consécutives parce qu’il faut de la visibilité pour développer une stratégie ». Le chef de l’Etat suggère « le développement de solutions innovantes » comme le développement des MOOC en appui des méthodes pédagogiques. « C’est une politique de conquête éducative du modèle français et de promotion de la francophonie partout dans le monde que nous devons avoir. »

Modernisation du service public consulaire


Sur le plan administratif, le président « souhaite que la vie à l'étranger ne soit pas synonyme de complications administratives sans fin et c'est pourquoi la modernisation du service public consulaire sera engagée dès les prochaines semaines ». Il appelle de ses vœux des solutions « plus mobiles, plus rapides, plus innovantes ». Une mission parlementaire travaillera donc sur la simplification des démarches administratives à l'étranger, sur les questions de sécurité sociale et de fiscalité.


Vers un retour du vote électronique

Le président s’est engagé à rétablir le vote électronique pour les prochaines élections consulaires de 2020 puis les législatives de 2022. « Si nous ne sommes pas en capacité pour les prochaines élections de nous organiser pour avoir un système de vote étanche à toute attaque, ça ne s'appelle plus la France, notre pays ! » a-t-il déclaré sous les applaudissements de l’Assemblée. Conscient que la possibilité de voter par internet ne règlera pas le problème de faible participation des Français de l’étranger aux élections, il a regretté qu’il s’installe parfois « une distance avec le pays, une distance avec les grands débats du pays parce qu'à ce moment-là quelque chose de nous est perdu » et appelle donc les élus consulaires à faire vivre les débats partout dans le monde.

 

 Je ne veux plus qu’on parle de la France à l'étranger, simplement en expliquant pourquoi on l'a quittée ; je veux que les Françaises et les Français qui vivent à l'étranger expliquent pourquoi ils ont envie d'y revenir, pourquoi ils sont fiers de leur pays 

 

Un dispositif d’accompagnement du tissu associatif

« Nous devons nous protéger, sans rien céder sur notre présence, sur notre ouverture, sur nos activités culturelles et scolaires parce que c'est une bataille pour nos valeurs. » a expliqué le Président. La sécurité reste donc une priorité budgétaire.

Les expatriés représentent « un peu plus qu’eux-mêmes » à l’étranger a conclu le Président. « En même temps qu'ils ont leur quotidien à gérer, les Français de l’étranger ont une part de France à représenter. Et ils sont nos capteurs pour nous stimuler mais chacune et chacun un peu de nos ambassadeurs pour nous représenter. »

Rappelant que nos compatriotes font partout preuve d'un esprit d'entraide, de solidarité, d'initiative, il a reconnu que la réserve parlementaire était un élément important du financement des associations à l’étranger. Il a donc promis la mise en place d’un dispositif d’accompagnement du tissu associatif avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Marie Pierre Parlange

Marie-Pierre Parlange

Diplômée de l'EM Lyon, de chinois et d’Histoire de l'Art, elle a vécu de nombreuses expatriations, de Milan à Singapour en passant par Istanbul, Casablanca, Pékin ou Bangkok. Elle a rejoint lepetitjournal.com en 2008 et en est la directrice éditoriale.
11 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

Fankhmer jeu 05/10/2017 - 07:51

Merci Alex d'avoir pris le temps d'expliquer pourquoi j'ai également choisi d'élire domicile en Asie, où je suis heureux sans souci, sans tracas, sans craindre chaque jour de recevoir une mauvaise nouvelle de plus dans ma boîte aux lettres. Je vis simplement mais serein et cela n'a pas de prix.

Répondre
Commentaire avatar

Pierre jeu 05/10/2017 - 03:35

J'en remet une couche sur la CSG-RDS: Anne GENETET (député REM 11ème circonscrption) a écrit dans sa profession de foi (dispo sur le net) et parafée par le 1er ministre: "Nous défendrons l'équité fiscale entre citoyen européens au regard des prélevements CSG-CRDS, quel que soit le lieu de résidence (hors ou dans l'UE)" www.annegenetet2017.fr/projet Maintenant, l'augmentation de 1,7% va nous tomber dessus! Quant aux promesses de campagne, ON ATTEND TOUJOURS, Mr le Président.

Répondre
Commentaire avatar

Annie mer 04/10/2017 - 21:04

ordure ! tu ferais mieux de t'occuper des Français qui viennent de tout perdre lors du passage d Irma sur st Martin et Saint Barthélemy. ...que fais tu ? honte a toi Macron

Répondre
Commentaire avatar

Cyril mer 04/10/2017 - 19:20

C'est super... et il en est quoi du retour de la gratuité de l'enseignement pour les enfants français dans les lycées français de l'étranger (comme joliment annoncé par les candidats élus lrem lors des dernières élections législatives)?

Répondre
Commentaire avatar

Alex mer 04/10/2017 - 18:00

Alors pour faire revenir un français voici la check liste : -Diminuer les charges sociale : de 45% à 20% -Laisser le choix au français de leur façon de cotiser au social. (Liberté) Fin du monopole sécu. -Fin du monopole de la SNCF -Passer de 90% de salariés à 50% de salariés 50% d'entrepreneurs -Fin des taxes sur le carburant, la cigarette, le sejour touristique, foncière, 50% des fonctionnaires non renouveler (démerder vous, car moi je fais comment pour diriger mon entreprise à votre avis ? ) -Fin des amendes et du permis à point. -Diminution des impôts d' au moins 45% sur les tranches moyennes de 1500 a 2500 € par mois. -Tout le monde paie des impôts meme au chômage : 10€ si chômeur x 3 millions c'est pas mal quand meme. -Passer la TVA à 12% -Remplacer toutes les aides par une seule unique par un seul organisme. Donc fin de la CAF, Pole emploi ect... et des erreurs de trop perçus. Et puis économie car moins de fonctionnaire pour faire marcher tous ces organismes. -Réduire vos frais Monsieur le président, ceux de vos ministres, ceux des députés, ceux des sénateurs, ceux des fonctionnaires et tout ce qui nous coûte trop cher à nous dans le privé. On est pas votre porte monnaie. Trouver votre pognon par vous même comme nous le faisons mais pas sur notre dos. Bref : tirez-vous une balle dans le pied mais pas dans le notre. -Et passer vraiment en Démocratie. C'est à dire un pays ou le peuple décide sans un leader comme vous. -Fin du système pyramidale et début du système égalitaire ou chacun est responsable de soi. Chacun peut voter pour des lois proposés par les citoyens par voie electronique. Pas besoin de députés, ni de sénateurs pour ca. Et là j'ai pas tout dit, si certains veulent compléter, je vous laisse leur faire un dessin. Et alors la, ca vous fera marrer je suppose mais vous aller rendre le pays hyper attractif si vous allez dans ce sens, je veux bien revenir en France et quitter l'Asie du coup. Car en Asie, je vie comme un roi, en France je vis comme un mendiant.

Répondre
Voir plus de réactions

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ
Sur le même sujet