Mardi 17 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les six conséquences directes d’un Brexit dur pour l’Espagne

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 11/09/2019 à 17:58 | Mis à jour le 12/09/2019 à 10:01
Photo : John Cameron on Unsplash
Brexit Espagne

Boris Johnson semble toujours décidé à rompre les liens avec l'Union européenne le 31 octobre, avec ou sans accord. L'Espagne est l'un des pays les plus exposés aux conséquences d'un Brexit dur entre Londres et Bruxelles. Voici en résumé les plus importantes, certaines déjà visibles.


 
Certains effets du Brexit sont bien connus. D’autres le sont moins, sans parler de ceux encore impossibles à prévoir. Ainsi, Federico Steinberg, chercheur du Real Instituto Elcano estime qu’il est difficile d’anticiper toutes les répercussions d’un Brexit sans accord puisqu’il s’agit d’une situation inédite. "Sans accord –explique Steinberg- il pourrait même se produire un chaos international dans les aéroports le 31 octobre prochain. Pour des questions techniques, aucun avion ne pourrait décoller de Londres vers les Canaries par exemple". Cette situation serait bien sûr vite réglée, mais il s’agit bien là d’un des nombreux contrecoups d’un Brexit chaotique. 


Moins de touristes britanniques

Plus d’un touriste sur cinq en Espagne vient du Royaume-Uni. Or, l'Espagne a reçu 120.000 touristes britanniques de moins entre janvier et juin par rapport à 2018. A Benidorm, par exemple, la baisse est proche de 10%. Moins de touristes signifie également moins de consommation et d'acheteurs potentiels. Ainsi, les achats d'appartements par des citoyens britanniques se sont effondrés. 


Plus de contrôles aux frontières

Sans accord, tout transport de marchandises en provenance d'Espagne serait traité comme s'il venait d'un pays tiers et il devrait alors subir toutes sortes de contrôles obligatoires. Il est toujours question de la frontière avec l’Irlande mais on parle peu de Gibraltar où une frontière plus dure aurait un impact négatif immédiat  dans la région.


Augmentation des tarifs

Les exportations espagnoles vers les îles britanniques baissent progressivement depuis 2017. Un Brexit sévère engendrerait des droits de douane, qui affecteraient environ 20% des exportations espagnoles vers le Royaume-Uni, autrement dit la bagatelle de 18 milliards d'euros par an. Inutile de dire que nombre d’exportateurs en Espagne recherchent déjà activement d’autres marchés pour vendre leurs produits.


Travailleurs illégaux

Comme le signale Steinberg, les 130.000 Espagnols qui résident au Royaume-Uni deviendraient des "illégaux", de même que les 250.000 Britanniques en Espagne. "Au lieu de la libre circulation actuelle, -explique-t-il- les Espagnols travailleraient au Royaume-Uni avec des visas spécifiques". 


Fini Erasmus ?

Sans accord, le Royaume-Uni cesserait d'appartenir à l'espace européen de l'enseignement supérieur, ce qui concrètement veut dire que tous les programmes de bourses internationales et Erasmus ne seraient plus renouvelés. Il faudrait renégocier des accords en matière d'éducation, un processus long et laborieux.


70.000 emplois perdus en Espagne

La Banque d’Espagne prévoit qu’un Brexit chaotique entraînerait un coût économique d'environ 10 milliards d'euros. Plus de 70.000 emplois seraient détruits, selon une étude de l'Université catholique de Louvain (cette même étude est plus pessimiste pour la France, qui en perdrait le double). Quant aux entreprises espagnoles implantées au Royaume-Uni, elles souffriraient de la baisse de la livre sterling et d’une forte récession au Royaume-Uni, en cas de Brexit dur. 

Nous vous recommandons

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Pierre jeu 12/09/2019 - 15:05

Je ne pense pas que les anglais vont suite au brexit arrêter de vivre, il faut bien ne serait-ce que manger et boire.

Répondre
Commentaire avatar

JP jeu 12/09/2019 - 11:14

Bonjour! À toujours mettre en seule option le pire, vous agissez comme si « avant l’U.E. rien n’existait ». Tout redeviendra comme avant avec des améliorations dues aux 10 / 15 années d’expérience passées sous la dictature européenne, avec des irresponsables et non élus, exonérés de toute poursuite. Irresponsables, car il existe une clause de non-responsabilité en faveur de tous ces dirigeants, fussent-ils alcooliques comme JUNKER ! Jean Claude Juncker: la honte de l'Europe https://www.youtube.com/watch?v=nhfL2shVrjY C’est tout, ni plus ni moins de problème avec un Brexit ! Je vous souhaite le meilleurs.

Répondre
Sur le même sujet