Laurent Perrier:"Air France a su anticiper la forte reprise de la demande en Espagne" premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 07/06/2022 à 18:33 | Mis à jour le 09/06/2022 à 09:54
Laurent Perrier

Le directeur général pour l'Espagne et le Portugal d'Air France-KLM est arrivé à Madrid il y a moins d'un an, bien décidé à relever les nombreux défis qu'affronte la compagnie, dans un marché, la péninsule ibérique, prioritaire pour le groupe.

 

Laurent Perrier a débarqué en Espagne à un moment particulièrement compliqué pour le groupe Air France-KLM, mais aussi pour le secteur aérien en général. Il faut rappeler qu’à la suite de la pandémie le groupe a perdu quasiment 7 milliards d’euros en 2020. Et il est clair que sans l'aide de ses principaux actionnaires, les États français et néerlandais, Air France-KLM n'aurait pas pu aller de l'avant ni entreprendre les efforts qu'elle déploie actuellement pour redresser son modèle économique et sortir victorieuse de cette crise.

 

Mais attention, comme le signale Laurent Perrier, "ces aides ne sont pas des chèques en blanc, et Air France-KLM a d’ores et déjà commencé à rembourser ces emprunts". C'est ainsi que tous ses plans d'investissement d'avant la crise ont été gelés. Tous, sauf ceux concernant un sujet majeur: l'environnement.

 

 

Nous nous sommes fixés un objectif ambitieux, à la hauteur de l’enjeu. Décarboner notre activité n’est pas une option, c’est un impératif.

L'environnement, une priorité depuis 20 ans

"En fait, cela fait à peu près vingt ans qu’Air France-KLM travaille sur ce sujet fondamental – souligne le directeur général d'Air France-KLM en Espagne et Portugal. Il s'agit d'un défi mondial, propre à l'ensemble des compagnies aériennes. Et nous nous sommes fixés un objectif ambitieux, à la hauteur de l’enjeu. Décarboner notre activité n’est pas une option, c’est un impératif. Et nous n’y arriverons que si l’ensemble de la chaîne de valeur se mobilise et travaille de façon coordonnée, c’est-à-dire les compagnies aériennes bien sûr, mais aussi les aéroports, les énergéticiens, les fabricants d’avions, les pouvoirs publics, tout le monde". 

 

Concrètement, l'objectif d'Air France-KLM est de baisser les émissions nettes de CO2 de 12% d’ici à 2030 par rapport à 2019, "une ambition forte, concrète et basée sur la science" -signale Laurent Perrier-, et "pour 2050 notre but est d’atteindre la neutralité carbone".

 

la cabine de l'avion A 220
Le nouvel A220 est plus silencieux et lumineux  ©Air France

 

Priorité au renouvellement de la flotte

Pour atteindre de tels objectifs, Air France-KLM compte sur trois leviers majeurs. Tout d'abord le renouvellement rapide de la flotte d’avions: "La compagnie investit 1 milliard d’euros par an – explique Laurent Perrier- dans l'achat d'avions plus performants afin de réduire les coûts et l'empreinte carbone. L'A220 d'Airbus, qui est le dernier avion mis en service par Air France entre Madrid-Paris ou Barcelone, consomme 20% de carburant en moins que les modèles précédents, ce qui permet à Air France-KLM de réduire ses émissions et ses coûts".

 

 

On est en train de sortir de la crise beaucoup plus vite que prévu en Espagne et on voit que le trafic va être très important cet été. Au départ et à destination de l’Espagne, nous avons retrouvé le niveau 2019

Augmenter la proportion de carburant d’aviation durable

D'autre part, les compagnies aériennes sont tenues d'incorporer 1% de carburant aviation durable (SAF) dans leur consommation totale en carburant. Le SAF, plus connu sous le nom de bio Fuel, est notamment fabriqué à base d’huile de cuisson et de graisses usagées et émet 80% de CO2 en moins, mais il est très cher, car il y en a encore très peu. Or, cette proportion devrait passer à 2% d'ici 2025, 10% d'ici 2030 et 63% d'ici 2050.

 

Recours à l'écopilotage

La troisième mesure est l’écopilotage, c’est-à-dire une optimisation de la façon de piloter pour limiter la consommation de kérosène. Roulage sur un moteur, optimisation des trajectoires : les pilotes d’Air France sont particulièrement engagés dans ces actions qui permettent de réduire de 3 à 4% la consommation de carburant en moyenne.

 

un avion roule sur la piste
Le roulage sur un moteur est utilisé comme ecopilotage sur les pistes

 

Trafic aérien en Espagne: L'été sera chaud!

Un autre défi pour Air-France-KLM est lié à la crise. "On est en train de sortir de la crise beaucoup plus vite que prévu en Espagne – souligne le directeur général. En ce qui concerne l’Espagne, on voit que le trafic va être très important cet été. Au départ et à destination de l’Espagne, nous avons retrouvé le niveau 2019. Nous avons d'ailleurs une offre plus importante qu’avant la crise COVID".  

 

On constate un changement de comportement post pandémie. Nos clients préfèrent voyager à l’intérieur de l’Europe et ne pas trop s’éloigner

Anticiper la reprise du trafic aérien

En effet, Air France-KLM a anticipé cette reprise et décidé d'augmenter de plus de 2% la capacité en Espagne par rapport à l’été 2019. Les compagnies du groupe ont ainsi ouvert des lignes vers et au départ de l’Espagne, comme par exemple les Canaries ou Palma-Paris Orly. Actuellement onze aéroports espagnols sont connectés à Paris. Et depuis Paris, 300 destinations sont offertes. Pour l’Amérique latine, le réseau est particulièrement important car il y a un gros potentiel pour les Espagnols, vers 28 destinations telles que Mexico, La Havane, Buenos Aires ou encore Bridgetown.

 

Covid: un changement dans la façon de voyager

Pour revenir à l'Espagne, "c’est vraiment un défi de proposer à nouveau une telle offre -affirme Laurent Perrier-. Mais la demande vers l’Espagne est très forte. On constate un changement de comportement post pandémie. Nos clients préfèrent voyager à l’intérieur de l’Europe et ne pas trop s’éloigner". 

 

Reprise des voyages d'affaires

C'est clair, les gens ont envie de voyager, aussi bien les particuliers que les entreprises d'ailleurs. "Les entreprises ont besoin de reprendre le contact avec leurs clients ou avec leurs employés – raconte le responsable d'Air France KLM en Espagne. Après deux ans de visio, les gens ont envie de se revoir. Notre métier, c’est d’être là pour proposer les meilleures façons de voyager".

 

Interrogé sur les conséquences du conflit en Ukraine, Laurent Perrier signale qu'ils restent "prudents mais l’impact sur le transport aérien est pour l’instant minime au départ de l’Espagne. Par contre l’impact sur le marché de l’énergie, et donc sur les coûts est évident, et pour l’instant nous n'en avons répercuté qu'une partie sur les prix".

 

Après deux ans de visio, les gens ont envie de se revoir. Notre métier, c’est d’être là pour proposer les meilleures façons de voyager

Avoir une offre de prix compétitive fait en effet partie de la stratégie d'Air France-KLM, mais pas que. "La compagnie – explique Laurent Perrier- a toujours eu dans son ADN la proximité avec le client pour lui offrir le meilleur service possible. Il faut lui donner envie d'utiliser nos services. Ce qui est particulièrement apprécié, au-delà de nos produits, et notamment nos nouvelles cabines de voyage, c’est 'l’atmosphère' et le service à bord, car les clients français, quand ils sont dans un avion Air France, se sentent comme à la maison".

 

le salon vip d'Air France avec des gens assis
Le nouveau salon au terminal 2F à Paris-CDG, d'où partent la plupart des vols pour l’Espagne/ photo Virginie Valdois

 

Engagement solidaire des employés du groupe Air-France-KLM

En outre, cette proximité avec les clients a été particulièrement visible il y a deux ans. "Pendant la crise se souvient Laurent Perrier-, c’est-à-dire même au plus fort de la pandémie, quand tout était fermé, Air France et KLM, on a continué de voler parce que pour nous, c’était important que nos clients puissent revenir chez eux. Le personnel a toujours été volontaire et nos clients nous remercient d'avoir permis de conserver ce lien pendant cette période difficile".

 

C'est ainsi que pour maintenir une "ligne de vie" avec les grandes métropoles européennes et mondiales, Air France et Transavia ont rapatrié près de 500.000 passagers coincés un peu partout dans le monde. En définitive, un engagement envers le client et envers la planète qui devraient permettre au groupe de sortir plus fort de ces turbulences.

 

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

Emmanuel mer 08/06/2022 - 09:33

"On est en train de sortir de la crise beaucoup plus vite que prévu en Espagne et on voit que le trafic va être très important cet été. Au départ et à destination de l’Espagne, nous avons retrouvé le niveau 2019" 

Et pourtant toujours pas de vol direct Madrid-Lyon....!

Répondre
À lire sur votre édition locale