Jeudi 24 juin 2021

Que célèbre-t-on le 2 mai, fête officielle de la Communauté de Madrid?

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 29/04/2021 à 17:00 | Mis à jour le 30/04/2021 à 11:34
Photo : "Le trois mai 1808 à Madrid" de Francisco de Goya
Peinture "Le trois mai 1808 à Madrid" de Francisco de Goya

Date choisie par la Communauté de Madrid pour sa fête officielle, le 2 mai est aussi la célébration du soulèvement espagnol contre l’invasion napoléonienne et le commencement de la guerre d’Indépendance à coups de Guerilla.

Le 2 mai est le jour de la fête officielle de la Communauté de Madrid depuis qu’elle est devenue autonome. Les célébrations en l’honneur des héros de l’époque se tiennent principalement dans la capitale autour de la Plaza del Dos de Mayo, dans le quartier de Malasaña. Centre de la movida madrilène dans les années 80, cette place est entourée de nombreux bars et de tavernes... Au centre se dressent les statues de Daoiz et Velarde, deux héros du 2 mai 1808 qui sont morts durant l’attaque française du Cuartel de Monleon, dont on peut observer le portique sur la place.

Les Madrilènes se soulèvent contre les Français

C’est en 1808 que les troupes de l’Empereur Napoléon Bonaparte ont envahi Madrid. Arrivé depuis peu de temps au pouvoir, après une conspiration contre son père Carlos IV, le Roi Fernando VII est séquestré par Napoléon Bonaparte. Afin de consolider son pouvoir dans le pays nouvellement envahi, ce dernier impose son frère José Bonaparte. La réputation de ce dernier ne tarde pas à dégénérer et est vite surnommé par les Espagnols Pepe Botella, pour son penchant vers la bouteille… Chassé par les résistants puis revenu au pouvoir, il y perdure jusqu’en 1812, date à laquelle l’armée anglo-espagnole reprend enfin les rennes d’un pays définitivement libéré des Français le 27 mai 1813.

Le peuple de Madrid s’était soulevé le 2 mai 1808, mais le lendemain, l’armée française fusillait les leaders de la rébellion, comme l’a représenté Goya dans ses deux tableaux, Dos de Mayo et Tres de Mayo, exposés à Madrid dès le départ de Napoléon.

A la fin de la guerre d’Indépendance, en 1814, après six ans d’occupation française et d’incessantes et acharnées guerrillas du peuple espagnol, Fernando VII retrouve son trône.


Gaëlle PATIN LALOY

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet