Lundi 23 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Football : Dis-moi qui tu supportes je te dirai qui tu es

Par Bolat Kutlu | Publié le 04/06/2019 à 01:41 | Mis à jour le 04/06/2019 à 01:51
Fenerbahce, Galatasaray, Besiktas, Basaksehir, football, Istanbul, politique

En Turquie, tous les grands clubs de football sont politisés ou l’ont déjà été dans leur histoire. Les quatre clubs phares d’Istanbul, Galatasaray, Fenerbahce, Besiktas et Başakşehir ne dérogent pas à la règle.

Passionnés, fous, démesurés… Les qualificatifs viennent à manquer pour décrire les supporters anarchistes de Beşiktaş qui, depuis 2013, détiennent le record du monde du nombre de décibels enregistré dans un stade. Parmi les nombreux groupes qu’ils comptent en leur sein, le plus connu est celui des ultras de Çarçı (ce qui signifie « le bazar » en turc). Ces derniers ne se contentent pas de chanter des hymnes à la gloire de leur équipe. Ardents militants politiques, ils ont activement participé aux protestations anti-Erdoğan durant les émeutes de Gezi,  allant même jusqu’à former les autres manifestants à la guérilla urbaine.

Le derby intercontinental

Durant cette période de contestation du pouvoir, les irréductibles de Beşiktaş faisaient front commun avec les supporters des deux plus grands clubs de Turquie, Galatasay et Fenerbahce. Une chose suffisamment rare pour être soulignée au regard de la rivalité qui oppose ces deux institutions du football turc depuis leur création au début du siècle dernier.

D’un côté, le club « des riches », Galatasaray, fondé par les étudiants de la prestigieuse école francophone éponyme. De l’autre, le club des classes populaires, Fenerbahce, créé dans le quartier de Kadikoy. Pour Allan Kilic, fondateur du site Turcofoot, « c’est un club qui revendique les valeurs de l’indépendance, tandis que Galatasaray a une image plus européenne ».

Erdoğan et le numéro 12

Depuis peu, un nouveau venu conteste la suprématie de ces trois clubs historiques : l’İstanbul Başakşehir. Créé en 1990, ce club appartenait à la municipalité d’Istanbul jusqu’à son accession à la première division en 2014. Il est présidé par Göksel Gümüşdağ, à la fois membre de l’AKP et marié à la nièce de Recep Tayyip Erdogan. En 2014, l’ancien footballeur semi-professionnel avait été invité à inaugurer le nouveau stade du club, alors qu’il était en pleine campagne pour devenir le 12ème président de la Turquie. A cette occasion, le numéro 12 de l’équipe de Başakşehir lui avait été attribué. C’est encore le cas aujourd’hui.

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Istanbul

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Expat Mag

ENSEIGNEMENT

Rémunération des profs : la France peut mieux faire !

De nombreux enseignants publient sur les réseaux sociaux leurs rémunérations sous le hashtag #balancetafichedepaiedeprof. Pourquoi ? Pour protester contre leurs salaires et leurs conditions de travail