L’impératrice sur Netflix, Sissi ou Elisabeth, quelle réalité historique ? 

Par Natacha Marbot | Publié le 15/10/2022 à 17:10 | Mis à jour le 20/10/2022 à 16:01
imperatrice netflix

Alors que les séries d’époque séduisent de plus en plus le public, la petite dernière de Netflix, L’impératrice, propose une version rafraichie du mythe entourant Sissi, l’impératrice Elisabeth d’Autriche. À quel point la série est-elle fidèle à l’Histoire ? 

 

« Sissi », Elisabeth de l’Impératrice refuse ce surnom, qu’elle trouve infantilisant. Cela plante le décor de cette série qui propose une interprétation du personnage très loin de celle de Romy Schneider des années 1950. Bien moins timorée, Elisabeth (incarnée par Devrim Lingnau) y apparait libre, maligne, rêveuse, torturée et féministe. Sans être une interprétation tellement plus réaliste que celle de Romy Schneider, la série L’impératrice s’impose dans un sous-genre très en vogue dans le monde du cinéma actuellement : la réinterprétation des grandes figures féminines de l’Histoire. 

 

Lire aussi : Sur les traces de Sissi : où a été tournée l’Impératrice, que peut-on visiter ? 

 

Devrim Lingnau en Elisabeth d'Autriche
Devrim Lingnau en Elisabeth d'Autriche 

L’Impératrice, une romance plutôt qu’une série historique 

La série, qui ne se veut pas réellement une série historique au sens strict, s’intéresse plutôt à la romance entre Franz (l’empereur François-Joseph 1er) et Elisabeth. Si la manière particulière dont les deux futurs époux se sont rencontrés est exacte, la série n’insiste pas sur l’âge d’Elisabeth lors de cette rencontre, 15 ans (22 ans pour Franz), ni sur le fait qu’ils soient cousins. L’histoire d’amour passionnée entre l’empereur et l’impératrice rythme la série, certes, mais édulcore tout de même les grandes tensions qui existaient entre les époux. Rien n’assure d’ailleurs de la réciprocité du coup de foudre de l’empereur pour sa jeune cousine, elle aurait pleuré dans le carrosse l’emmenant à son mariage. Très rapidement après les noces, Franz et Sissi s’éloignent et ne se comprennent pas, et ce en dépit de la naissance de leurs enfants. 

Elisabeth d’Autriche était écrasée par le poids de l’étiquette de la cour de Vienne et par la figure de sa belle-mère, l’archiduchesse Sophie. Cette dernière reproche à sa belle-fille de refuser de sacrifier sa vie privée et ses goûts à ses devoirs de souveraine. Contrairement à ce que la série montre, Elisabeth n’était pas très populaire à Vienne, à la cour tant que dans la ville, auxquels elle affiche un mépris en réaction. 

 

Elisabeth d'Autriche par Franz Xaver Winterhalter (1865) et Elisabeth le jour de son couronnement en 1867
Elisabeth d'Autriche par Franz Xaver Winterhalter (1865) et Elisabeth le jour de son couronnement en 1867

Sissi, une femme au destin sombre et tragique 

La temporalité de la série ne permet pas encore de savoir comment Elisabeth évoluera, mais on peut douter que le scénario puisse être compatible avec les réelles difficultés que Sissi rencontrait : anorexie, dépression, neurasthénie, hypocondrie … Les prémices de ces troubles sont tout de même évoqués au long des épisodes, mais pas encore dans l’ampleur qu’ils auraient occupés dans la vie de Sissi. 

 

Duchesse en Bavaria Elisabeth (15 ans), de Karl von Piloty et Impératrice Elisabeth d'Autriche en robe de gala de Georg Martin Ignaz Raab
Duchesse en Bavaria Elisabeth (15 ans), de Karl von Piloty et Impératrice Elisabeth d'Autriche en robe de gala de Georg Martin Ignaz Raab 

 

Elisabeth était réellement une femme allant au devant de son époque. Elle pratiquait de nombreux sports, était très érudite, fumait, se passionnait pour la Hongrie et pratiquait la chasse (la scène avec le tsarévitch dans la série laisse d’ailleurs songeur). Mais sa vie, ponctuée d'événements malheureux et de la mort de plusieurs de ses proches, a fait d’Elisabeth d’Autriche une héroïne tragique. 

Une notion est toutefois absente de la série diffusée sur Netflix. Même s’il ne s’agissait que d’une partie de sa personnalité, Sissi était connue pour sa beauté, qui s’avéra être un réel cadeau empoisonné. Obsédée par sa silhouette, elle ne mangeait que des aliments liquides et faisait au moins deux heures de gymnastique par jour. Sa chevelure - à laquelle elle consacrait trois heures par jour, pesait 5kg, l’empêchant de se tenir droite et lui causant de nombreux maux de tête. Toutes ces raisons font qu’on la diagnostiqua (de manière posthume) d’anorexie mentale. 

 

Sissi (au milieu) interprêtée par Devrim Lingnau (gauche) et Romy Schneider (droite)
Sissi (au milieu) interprétée par Devrim Lingnau (gauche) et Romy Schneider (droite)


Si les puristes de l’interprétation de Romy Schneider n’ont pas été séduits par celle de Devrim Lingnau, l’Impératrice est tout de même agréable à regarder et incite à se pencher sur la figure passionnante de ce personnage mythique, dont l’histoire est peut-être trop sombre pour être véritablement portée à l’écran.

Avez-vous vu la série l'Impératrice ?
Choices
natacha marbot

Natacha Marbot

Natacha Marbot, originaire de Rennes et diplômée d’un master de Relations internationale à l’Inalco en 2022. Russophone et spécialisée sur l’espace post-soviétique. Elle a rejoint l’équipe de rédaction internationale en avril 2022.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Vienne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale