CLASSIQUE CINEMA – "Amère récolte" d’Agnieska Holland

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 09/05/2013 à 22:00 | Mis à jour le 09/05/2013 à 13:05

Repartons à la découverte des grands classiques du cinéma polonais avec aujourd'hui le film Bittere Ernte ("Amère Récolte"), sorti en 1985 et fruit d'une collaboration germanico-polonaise. Amère Récolte, est en effet une production allemande dont le réalisateur est une des plus célèbres cinéastes polonaises, Agniezska Holland.

Le scénario retrace l'histoire d'un agriculteur polonais (Armin Mueller-Stahl) vivant sous l'occupation nazie. Malgré le contexte de guerre, le décor présente un monde paisible, loin des violences. Cela n'empêche pourtant pas le fermier de s'adonner aux pratiques de l'époque en toute impunité (confiscation des biens de son voisin par exemple). Agnieszka Holland évoque insidieusement les violences et les horreurs de la guerre tout en présentant un monde qui n'est pas sous le signe de l'urgence et du désespoir.

Léon, le personnage principal est un homme austère et renfermé, vivant seul. Jamais marié, il devient nerveux au contact des femmes. Un jour, alors qu'il est dans ses champs, une femme en manteau de fourrure (Elisabeth Trissenaar) se faufile et tente de lui voler du pain. Voulant la réprimander il s'aperçoit qu'elle est malade et fiévreuse et décide de la prendre sous aile en lui apportant quelques soins en secret dans sa cave. 

Il découvre rapidement que cette femme à l'agonie est juive et qu'elle est arrivée chez lui à la suite de l'évasion d'un train qui la conduisait vers les camps de la mort. Léon décide alors de la cacher et va entamer avec cette fugitive une relation qui bouleversera son quotidien.

Agnieszka Holland met en exergue la relation évolutive entre les deux protagonistes. Celle-ci débute sous l'influence d'un homme sauveur et humaniste qui retient ensuite cette femme contre son gré, et finit par en  tomber amoureux. Les différences extrêmes, irréconciliables sont les éléments les plus saisissants de cette rencontre. Peu à peu, la solitude, l'aliénation et le désespoir rapprochent les deux personnages, les encouragent à se découvrir et même à tisser un lien émotionnel fort.

Ce film, nommé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger est le second film de la réalisatrice polonaise. Il est d'abord sorti sur les écrans en 1985 en Suède (1985) en raison des lois martiales en vigueur en Pologne au début des années 80 (sortie en Pologne en 1986).

A propos d'Agnieska Holland
Passée par la prestigieuse école de la FAMU de Prague avant de devenir réalisatrice et scénariste au début des années 70, Agnieszka Holland a collaboré notamment à plusieurs reprises avec Andrzej Wajda (Danton, 1982, Un amour en Allemagne, 1983). Elle participera plus tard à l'écriture de Trois couleurs - Bleu de Kryzsztof Kieslowski avant de collaborer à la réalisation de films américains ou français. 

Antoine Roux (www.lepetitjournal.com/varsovie) - vendredi 10 mai 2013

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Varsovie !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Bénédicte Mezeix

Rédactrice en chef de l'édition Varsovie.

À lire sur votre édition locale