Samedi 27 novembre 2021
Édition Internationale
Édition Internationale
TEST: inter

THEATRE - Lorànt Deutsch dans "Victor ou les enfants au pouvoir"

Par | Publié le 12/10/2007 à 02:00 | Mis à jour le 09/01/2018 à 12:00

Au théâtre Antoine, Lorànt Deutsch joue Victor, un jeune garçon qui pour le jour de ses neuf ans, décide de mettre un terme aux faux-semblants des adultes qui l'entourent. Quand l'enfant modèle devient l'enfant terrible, c'est toute la maisonnée qui s'en retrouve bouleversée.
- Une rubrique réalisée en partenariat avec ruedutheatre, le magazine du théâtre en Europe

Après L'Importance d'être constant joué la saison dernière, Lorànt Deutsch revient sur les planches du théâtre Antoine. Il abandonne son rôle de gentleman pour celui d'un enfant en culotte courte prénommé Victor. Difficile de rentrer dans la pièce. D'abord parce qu'il n'est pas aisé pour un adulte de jouer le rôle d'un enfant même si l'on s'appelle Lorànt Deutsch. Ensuite, parce que Victor raisonne comme un adulte, comprend tout et manipule son monde pour parvenir à ses fins. Si jeune et si doué, c'est surprenant. Mais au bout d'un bon quart d'heure, la magie du théâtre opère et l'on est bien en présence d'un jeune garçon qui s'apprête à fêter ses neuf ans ce jour-là.
L'enfant modèle en a assez d'être le mignon Totor de sa maman, celui qui collectionne les prix d'excellence et qui ne dit jamais un mot plus haut que l'autre. Il veut être un homme, un vrai. Tout débute par un vase qu'il casse volontairement avant la fête. Son but ? Faire accuser la bonne dans un premier temps, puis sa meilleure amie et voisine Ester.

Une satire de la société bourgeoise
La fête d'anniversaire commence. Esther et ses parents sont conviés. On pourrait croire à un vaudeville. On repère le père adultère, la femme indigne, le cocu au bord de la crise de folie et la femme délaissée. A ceci près qu'un nouvel élément perturbateur s'ajoute à la situation classique : Victor. Ici, aucune porte ne claque et la légèreté disparaît derrière un sentiment de malaise. Le côté malsain de Viktor qui cherche à s'amuser en semant le trouble dans sa famille dérange. Satire du monde bourgeois du début du vingtième siècle, cette pièce surréaliste critique les faux-semblants de cette société qui vit dans l'apparence.
Les comédiens vivent pleinement leur rôle. On adhère sans problème au rôle de petite fille aux longues nattes joué par Caroline Maillard. Philippe Uchan, dans le rôle du mari adultère découvert, fait évoluer son personnage au fil de la pièce et parvient à dévoiler toute son intensité : du père calme et attentif à l'homme passionné en proie à des accès de rage qu'il a bien du mal à contenir. Alors que Cerise (Emilie) met en avant la froideur de celle qui a tout compris. Son homologue masculin joué par Urbain Cancelier sombre peu à peu dans la folie. Si le talent des comédiens n'est pas en cause, on ne peut pourtant s'empêcher d'être déçu en sortant de la salle. La pièce manque parfois de rythme et on ressent quelques longueurs. Même si le texte du poète et dramaturge Roger Vitrac méritait une nouvelle adaptation, il est ô combien difficile de faire oublier celle de Jean Anouilh.
Juliette CELLO. (
www.lepetitjournal.com &www.ruedutheatre.info ) vendredi 12 octobre 2007

Victor ou les enfants au pouvoir :
Texte de Roger Vitrac
Mise en scène : Alain Sachs , Avec : Lorànt Deutsch, Christiane Millet, Philippe Uchan, Cerise, Urbain Cancelier, Fabienne Chaudat, Isabelle Tanakil, Pierre Aussedat, Caroline Maillard.
Costumes : Pascale Bordet
Décors Jacques Voizot et Alain Sachs
Musique : Patrick Peyrieras
Lumières : Philippe Quillet
Chorégraphie : Brigitte Mazeres
Au théâtre Antoine : du mardi au vendredi à 20h30, samedi à 21h, matinées samedi à 17h et dimanche à 15h30

0 Commentaire (s) Réagir