Mardi 19 novembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Trottinettes électriques bannies des trottoirs à Singapour

Par Catherine Zaccaria | Publié le 04/11/2019 à 14:15 | Mis à jour le 04/11/2019 à 17:52
Photo : @pixabay
e scooter Trottinettes électriques

Suite à de trop nombreux accidents et des limitations de vitesse non respectées, Singapour a décidé d’interdire les trottinettes sur les trottoirs de Singapour à partir du 5 novembre.

Depuis 2017, beaucoup d’efforts ont été déployés pour faciliter et promouvoir l’utilisation de ces trottinettes électriques. Il y a eu l’introduction de normes de conformité, des limitations de vitesse sur les trottoirs et un contrôle strict du respect des ces normes. Malgré cela, plus de 350 personnes sont arrêtées chaque mois et le nombre d’accidents est en hausse continuelle. Des accidents graves, voire mortels. C’est donc avec regret que le gouvernement a pris une telle decision.

Evidemment, le non-respect de cette interdiction sera sévèrement puni. Une période « d’acclimatation » à cette nouvelle règlementation courra jusque fin décembre avec des avertissements aux irrespectueux, puis dès janvier 2020, « les auteurs d’infraction seront passibles d’une amende pouvant aller jusqu’à 2000 SGD et/ou d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 3 mois » a déclaré le ministre d'État chargé des Transports, Monsieur Lam Pin Min.

Les « e-scooters » ne sont autorisés à rouler que sur les pistes cyclables (peu nombreuses), ou sur les PCN (park connector networks). Cette interdiction ne s’applique pas aux vélos ou aux fauteuils roulants ou autres véhicules aidant les personnes à mobilité réduite.

D’ici le début de l’année prochaine, d’autres véhicules électriques seront bannis des trottoirs, tels que les Hoverboards et les monocycles électriques.

En outre, LTA (Land Transport Authority) ne renouvellera pas les licences des PMD (personal mobility device) en partage, ainsi que toute nouvelle demande de licence.

Le gouvernement est bien conscient que cette interdiction va toucher tous les livreurs, notamment ceux de l’industrie de la restauration comme Deliveroo, Grabfood ou FoodPanda pour ne citer qu’eux. Toutefois, il s’engage à trouver des solutions pour permettre à ces travailleurs de continuer leur activité professionnelle comme par exemple en les aidant à passer au vélo ou à la moto. (Moins écolo)

piste cyclable sentosa
piste cyclable à Sentosa

Le gouvernement prévoit d’augmenter les pistes cyclables d’ici 2025 et de construire pas moins de 750km utilisables par les trottinettes électriques. Ils seront utilisables en toute sécurité, car il y aura une séparation nette entre les piétons et les véhicules roulants.

Des interdictions similaires ont été prononcées en France ou les mêmes problèmes de sécurité pour les piétons ont été observés. L’incivilité d’un bon nombre d’utilisateurs de véhicules électriques a entrainé cette interdiction alors que ce sont des véhicules non polluants, peu couteux et extrêmement pratiques pour se déplacer en ville. Mais la sécurité des piétons prime et c’est avec regret que le gouvernement singapourien a dû prendre cette décision.

Selon Monsieur Lam, c’est une étape nécessaire pour que le piéton se sente en sécurité sur la voie publique et le développement de pistes cyclable permettra aux « e-scooters » de se développer.

 

cfa8e6ee-7c8d-492d-b42e-9fd83446f1ef

Catherine Zaccaria

Après une longue relation amicale avec le Petit Journal, Catherine a rejoint l’équipe comme relectrice, correctrice, puis contributrice, avant de reprendre le poste de Rédactrice en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Singapour

Épopée des naturalistes français à Singapour au XIXeme siècle

A Singapour, le 8 novembre 2019, a été lancé le livre « Voyageurs, Explorateurs et Scientifiques, The French and Natural History in Singapore ». Ce recueil d’histoire fournit une description détaillée

Expat Mag

TÉLÉTHON

Jonas : "La maladie m'emprisonne, mais je crois au traitement"

Jonas, jeune étudiant de 22 ans, a été diagnostiqué d’une calpaïnopathie à l’âge de 6 ans. Une maladie qui s’est installée progressivement et qui depuis l’adolescence grignote peu à peu ses muscles