Samedi 19 septembre 2020
Singapour
Singapour

Découvrez les lauréats des Trophées des Français d’Asie-Océanie 2019 !

Par Laurence Huret | Publié le 05/12/2019 à 20:00 | Mis à jour le 11/12/2019 à 18:08
laureats trophees asie

Le jury des Trophées des Français d’Asie-Océanie a choisi ses lauréats pour cette seconde édition 2019. La cérémonie de remise des prix s’est tenue le 5 décembre dans la Résidence de l’Ambassadeur de France à Singapour. Découvrez les grands gagnants des Trophées Entrepreneur, Innovation, Culture/Art de vivre, Social Humanitaire, Prix du public et Prix Spécial du Jury. 

 

Vous avez été nombreux à déposer votre candidature pour cette seconde édition des Trophées des Français d’Asie-Océanie et nous vous en remercions.  Cela témoigne de votre intérêt fort pour le continent, de vos actions quotidiennes, qui participent au rayonnement de la France à l’étranger. Néanmoins, malgré une multitude de profils intéressants et variés, il a bien fallu trancher...

Au milieu de plus d’une centaine de convives prestigieux, lors d’une soirée d’exception dans le cadre magnifique de la Résidence de l’Ambassadeur de France, son Excellence M. Marc Abensour,  le jury a révélé hier soir les 6 lauréats de cette édition. Découvrez en exclusivité les grands gagnants des Trophées des Français d’Asie-Océanie 2019.

Pour voir la vidéo de la cérémonie, cliquez ici

 

 

Jean-Luc Voisin - Lauréat du Trophée Entrepreneur,  remis par l’Edhec Business School

edhecjean luc voisin

 

Jean-Luc Voisin a arpenté durant trente ans les pays « difficiles » pour le compte de l'industrie agro­alimentaire. En 2000, il décide de poser ses valises au Vietnam pour construire une entreprise de transformation de fruits et de café, LES VERGERS DU MEKONG, en s’appuyant sur le secteur agricole local fait de petits exploitants, en partenariat avec un torréfacteur français, les CAFES-FOLLIET. « Comment faire vivre une famille qui ne produit que du riz avec 3 ha ? Grâce à la conversion du riz aux fruits, la production de fruits permet de rapporter entre 2 et 4 fois plus de revenus. » 

En vingt ans, le bilan est le suivant : une usine dans le Delta du Mékong à Cantho et un projet de nouvelle usine d’ici 2022 ; des agences dans tout le pays (Hanoi, Danang, Nha Trang, Hochiminh Ville, Phu Quoc) et au Cambodge (Phnom Penh) ; plus de 200 employés ; la création d'une marque protégée française de jus de fruit et de confiture (Le Fruit) ; le développement de la marque française CAFES-FOLLIET pour les cafés et thés en Asie du Sud Est ; un marché d'exportation à Singapour, Hong Kong, Malaisie, Emirats Arabe Unis, Japon, Corée ; une reconnaissance de qualité de produits par les hôtels 4 et 5 étoiles (Sofitel, Mercure, Sheraton, Hilton, Hyatt, Intercont) et les chaines de distribution (Big C, Metro, Coopmart, Circle K, Eon, Seven Eleven) ; un réseau de 2000 petits producteurs.

Jean-Luc propose des produits sains, jamais d'adjuvants, pas d'OGM. Il apporte son assistance aux paysans pour produire en agriculture "raisonnée" et suit des projets agricoles BIO avec certains producteurs ; Il met en place un système de traçabilité, « avec une application smartphone utilisée par nos producteurs pour mieux les suivre et les aider. » 

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Jean-Luc Voisin, cliquez ici 

 

Frédéric Tardieu - Lauréat du Trophée Innovation, remis par LPA

LPAfrederic tardieu

 

Parti à l’aventure avec son épouse en 2010, Frédéric Tardieu se pose sur Pangatalan, une minuscule île abandonnée aux Philippines. Il découvre  un territoire totalement dévasté, meurtri et amputé de toute biodiversité.  Avec la création de la fondation SULUBAAÏ, plus de 60.000  arbres et arbustes sont plantés. L'espace terrestre réhabilité, il s'attaque ensuite au territoire marin qui ceinture l’île. Dans une aire marine protégée de 50 hectares, il imagine avec des scientifiques un modèle de récif artificiel simple et innovant pour remplacer les habitats naturels des poissons disparus à cause des techniques de pêche à la dynamite, dévastatrices pour la biodiversité. Ils inventent une méthode de bouturage de corail, afin de redonner une renaissance au récif corallien détruit en ces  lieux.

L’aire marine protégée devient un lieu d'expérimentations pour de nombreuses missions scientifiques (photogrammétrie 3D, acoustique du récif, élevage des posts larves de poissons méthode PCC, identification des espèces par caméra, inventaire des coraux, etc). L’UNESCO publie un premier article sur leur travail. Toutes ces innovations technologiques confirment que l'on peut, en très peu de temps, recréer les ressources disparues des océans. Le déclin drastique des masses halieutiques, particulièrement préoccupant, menace la sécurité alimentaire des populations, au point qu’aujourd’hui les pouvoirs publics s’en inquiètent.

Face à ce constat, Frédéric met en action un grand projet : "l'Académie de la mer", qui a pour objectif de restaurer la biodiversité et les quantités de poissons disparues dans la baie de Shark Fin à Palawan, au bénéfice des populations locales, et ce par la mise en place d’aires marines protégées communautaires, par l’abandon des pratiques de pêche non durables, par la sensibilisation du public à la dégradation continue de l’environnement.

Aujourd'hui, le Fond Français pour l'Environnement Mondial soutient Sulubaaï, ainsi que Veolia, Blancpain Ocean Commitment et la Fondation Prince Albert de Monaco.

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Frédéric Tardieu, cliquez ici 

 

Sébastien LATHUILE - Lauréat du Trophée Culture/Art de vivre,  remis par Courrier International

courier internationalsebastien lathuile

 

A 6 ans, Sébastien Lathuile savait déjà qu’il voulait devenir fleuriste. Rassemblant les fleurs sauvages de la vallée des Belleville en Savoie, le jeune garçon confectionnait des bouquets qu’il offrait à sa grand-mère. Ses études de fleuriste finies, Sébastien part à Londres et travaille en free lance, pour des fleuristes, à la mise en fleurs d’évènements prestigieux: soirées chez Elton John, famille royale, noces dans les palaces de Mayfair, mariage de l’acteur Pierce Brosnan ou celui de la fille du géant de l’acier Mittal.

Mais le rêve de Sébastien, c'est une boutique à lui. C’est dans l’Empire du Milieu qu’il décide de se lancer en 2004. A Shanghai, il est chargé de fleurir le gala de la CCFIC au Shangri-La, où il  rencontre Madame Chirac. Un an plus tard, la société SEBASTIEN® French Floral Design est créée et signe avec le Shangri-La Pudong. Au fil des ans, l’équipe monte à près de 50 personnes, sur 4 villes : Beijing, Shanghai, Jinan, Shenzhen. Les 5 étoiles sont les premiers clients de Sébastien : Shangri-La, Ritz-Carlton, Sofitel, Hilton, Four Seasons, Intercontinental, Fairmont…

Convaincu que toute personne est dotée de manière égale d’habilités artistiques, Sébastien veille à employer des personnes sourdes et muettes. En 2010, celles-ci représentaient 17% de ses effectifs. Désireux d’enseigner sa passion, Sébastien a ouvert sa propre école de formation en 2017 au Lippo Plaza sur Huaihai Lu, juste en face de la Maison Hermès. Invité à former et à partager l’excellence du savoir-faire français avec 300 vendeurs de la prestigieuse société Louis Vuitton, et afin de, Sébastien leur enseigne l’Art de l’Attention aux Détails, indispensable dans un artisanat aussi délicat et subtil que le travail de la fleur.

Fin octobre 2019, Sébastien était présent à Changchun pour des démonstrations, lors de la sélection chinoise de la Coupe Interflora monde.

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Sébastien Lathuile, cliquez ici 

 

Georges Blanchard - Lauréat du Trophée Social & Humanitaire, remis par l’Ambassade de France de Singapour

ambassade de france a singapourgeorges blanchard

 

Arrivé à Saigon fin 1992, Georges Blanchard n’accepte pas de voir les enfants dormir dans la rue, se battre contre les rats pour de la nourriture et ne pas être scolarisés. Il rejoint l’association "Enfants du Monde Droits de l’Homme" et scolarise plus de 300.000 enfants.

En 1995 des fillettes de ses écoles, âgées de 8 et 9 ans, sont kidnappées pour être vendues à un réseau de prostitution pour pédophiles au Cambodge. « J’ai alors créé les premiers programmes de lutte contre l’exploitation sexuelle des mineurs, puis en 1998, les premiers centres de réhabilitation pour les prostituées. » 

Il crée l’ONG "ALLIANCE ANTI TRAFIC" en 2000, et lance le premier réseau de coopération régional existant en Asie du Sud Est. Son travail sert de référence pour l’établissement de trois Memorandum of Understanding entre le Vietnam et le Cambodge, la Thaïlande et la Malaisie et deux lois sur la prostitution, la migration et le trafic humain au Vietnam. En 2003, le Vietnam reconnait officiellement l’existence du trafic humain de femmes et enfants pour l’exploitation sexuelle et accepte les victimes comme des victimes et non plus comme des criminelles.

Dès 2004, AAT réalise les premiers sauvetages et rapatriements de victimes vietnamiennes. En vingt ans, plus de 5.500 femmes, hommes et enfants ont été secourus, plus de 60.000 femmes et mineurs ont reçu l’aide de AAT, 120.000 enfants et leurs parents ont été éduqués à la prévention. AAT a fait tomber des dizaines de réseaux internationaux de trafic pour l’esclavage sexuel et fait fermer plus de 400 bordels de mineurs. AAT a aidé plus d’un demi-million de Vietnamiennes. 

En juin 2019, Georges était invité comme expert lors d’un séminaire organisé à Singapour par le Ministère de l’Intérieur français et Interpol, sur le sujet de l’exploitation sexuelle des mineurs.

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Georges Blanchard, cliquez ici 

 

Norbert Binot - Lauréat du Prix du Public, remis par Banque Transatlantique

banque transatlantiquenorbert binot

 

Alors ingénieur à Singapour, Norbert Binot en voyage dans la famille de sa fiancée interroge son oncle sur les opportunités de business au Cambodge. Le poivre de Kampot est évoqué, au même titre que le bois ou la pisciculture. Norbert se rend au Cambodge et a un gros coup de cœur vis-à-vis du produit, de sa culture ancestrale, de son histoire, mais aussi du peuple Khmer. « Je redécouvre aussi les valeurs de la paysannerie que je connais bien de par ma famille. Mes grands-parents étaient éleveurs-cultivateurs en Picardie.»

Les allers-retours se multiplient, Norbert visite des dizaines de terrains et trouve la perle rare. « Niché au bas d’une petite montagne, un terrain sauvage somptueux avec une terre magique et une vue à couper le souffle. » Fin 2014, avec l’aide de sa fiancée Céline et son ami Frédéric, il crée Fair Farms. « Un nom choisit pour montrer notre volonté d’être équitables. »

Commence alors un travail de titan pour préparer le terrain, mettre en place le réseau d’irrigation et planter le poivre ! « 4 ans plus tard, notre succès témoigne d’un engagement sans faille pour que notre petite entreprise fleurisse tout en aidant la population locale.  Nous sommes maintenant une équipe composée d’une vingtaine de membres. » En 2018 Fair Farms devient la première société certifiée commerce équitable Fair For Life du Cambodge. « Cette certification témoigne de notre engagement pour améliorer le quotidien des gens qui travaillent avec nous, mais aussi pour soutenir le développement du Royaume du Cambodge. A ce titre nous travaillons sur un projet de recyclage, et sur des sujets comme l’éducation. Nous avons également reçu notre certification biologique, le graal des paysans qui respectent la terre et l’environnement. »

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Norbert Binot, cliquez ici 

 

Julien Royer - Lauréat du Prix Spécial du Jury, remis par Lepetitjournal.com

le petit journaljulien royer

 

Agé de 37 ans, ce natif de Riom-ès-Montagnes a fait ses études à l’école de Chamalières, près de Clermont-Ferrand. Ancien élève de Michel Bras en France, il a ensuite parcouru le monde, dans les cuisines d'Antonin Bonnet à Londres, puis il est parti à Bora-Bora. Arrivé à Singapour en 2008 pour l'ouverture de l'hôtel St Régis, il a exercé ensuite son métier de Chef de cuisine au restaurant Jaan.

En 2015, Julien se lance et ouvre son propre restaurant avec l'aide d'un partenaire local. « Nous sommes situés au coeur de l'iconique 'National Gallery Singapore'. ODETTE est le fruit de mon histoire personnelle bien sûr (hommage à ma grand-mère Odette, cuisinière intuitive et généreuse, qui m’a donné le goût… du goût !), mais surtout une fabuleuse histoire humaine que j'ai pu réaliser grâce à une équipe fantastique d'environ 30 collaborateurs. »

L’ascension de ce Chef est fulgurante. Moins d’un an après l’ouverture, le guide Michelin lui accorde 2 étoiles. En 2017, il apparaît dans le palmarès des meilleurs restaurants d’Asie. En 2018, il grimpe à la 28e place dans le cercle très fermé  du "World's 50 Best Restaurants".

2019 est une grande année pour Julien Royer. Son restaurant ODETTE termine en tête du classement "Asia's 50 Best Restaurants", passe à la 18e place du "World's 50 Best Restaurants" et décroche la 3ème étoile Michelin. « C’est un bel accomplissement. Cette reconnaissance globale repose sur l’énergie et le talent de tous les membres de l’équipe. Elle nous a permis de découvrir le continent asiatique et je suis de plus en plus invité à cuisiner dans de nombreux pays et villes de la région. Aujourd'hui, nous nous apprêtons à fêter notre 4ème anniversaire. »

 

Pour en savoir plus sur le parcours de Julien Royer, cliquez ici  

 

 

Laurence Huret

Laurence Huret

Co-Directrice de l'édition. Avocate de formation, Laurence multiplie les engagements auprès de la communauté française à Singapour : Elue Conseillère consulaire, elle est membre du CA de l’Alliance française et du Conseil d’établissement du Lycée français
3 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

sylvie ven 06/12/2019 - 13:30

oui, c'était le trophée masculin des français asie-océanie. Pour les femmes, il faut attendre le spécial trophée féminin. mais, ce n’était pas préciser!

Répondre
Commentaire avatar

Maelle ven 06/12/2019 - 10:48

Une belle sélection bien masculine.... Quels ont été les critères de sélection ?

Répondre
Commentaire avatar

Benoit ven 06/12/2019 - 05:25

Bravo à eux. Pas de projets menés par des femmes en compétition?

Répondre

Expat Mag

Tel Aviv Appercu

Israël reconfinée pour trois semaines

Israël se reconfine ce vendredi 18 septembre à 14h, pour une durée de trois semaines. C’est le premier pays à connaître un deuxième confinement depuis le début de la Covid-19.