Dimanche 18 février 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

COACH PAPÉ « Partager, améliorer la vie des autres: c’est ce qui donne un sens à ma vie »

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 26/06/2017 à 12:20 | Mis à jour le 27/06/2017 à 02:12

« J'AIME LE SPORT qui permet d'évacuer ce qui nous pollue et J'AIME LES ENFANTS, leur soif de liberté et leurs élans. Le sport est un moteur de leur développement moral et mental autant que physique ». Papé M'Baye a réussi à relier/allier ces 2 moteurs de vie en proposant, pendant les vacances scolaires, des camps pour les enfants à partir de 4 ans, sans négliger ses « grands » clients, adultes, bien entendu, pour qui il a des milliers d'idées.

www.lepetitjournal.com/singapour - Coach Papé, qu'est ce qui vous anime, vous donne envie de vous lever le matin?

Coach Papé - Partager, améliorer la vie des autres: c'est ce qui donne un sens à ma vie. Si quelqu'un mendie, je donne spontanément tout ce que j'ai sur moi. Non, je ne suis pas fou, ni inconscient, mais c'est plus fort que moi. Je sais que j'ai de quoi vivre, de quoi manger, un toit, un job? Alors, à quoi cela me sert-il d'accumuler si dans la rue, d'autres n'ont rien ? Je ne peux pas être heureux tout seul dans mon coin. Un de mes anciens clients, multi millionnaire, s'est suicidé en laissant deux petits enfants et sa femme. Il ne manquait pas d'argent. Il lui manquait un sens dans sa vie.

En Afrique, la tradition veut que les nantis aident ceux qui le sont moins dans les familles? qui sont souvent à rallonge!

Dans mon village, au Sénégal, mes parents, qui ont vécu majoritairement en France (mon père est officier de l'armée française) continuent d'aider matériellement la famille au sens large. Moi aussi, maintenant que je le peux. C'est normal. Franchement, vous ne le feriez pas, vous ?

Le coaching sportif, pour adultes et enfants, c'est votre façon d'aider les autres au quotidien?

- Oui! Je crois que chaque individu a un potentiel énorme. La plupart ne le savent pas ou n'y croient pas. Mon accomplissement, c'est d'identifier ce potentiel, même s'il est parfois bien caché et d'accompagner sa réalisation. Je ?sens? les gens; je fais tout à l'intuition. J'adapte mon approche et mes exigences en fonction du caractère et de l'état psychologique de mes clients. Je dis souvent que ?je rentre dans leur tête?! Sans malice ni machiavélisme! Pas de manipulation. Je me mets à leur place, comprends leurs peurs, leurs limitations, leurs émotions.

Comment êtes-vous devenu coach sportif?

- Fils de militaire ultra sportif, j'ai toujours adoré le sport [tous les sports]. Naturellement doué? pour tous les sports que j'essayais. A 14 ans, j'ai quitté ma famille pour une formation intensive de sports d'équipe, dominante football.

Plus tard, j'ai fait une formation d'ambulancier urgentiste et j'ai pratiqué pendant quelques temps. Pour moi, c'était cohérent avec ce qui m'a toujours motivé : transmettre aux autres mon énergie et ma foi en eux ! Je crois que je le tiens de mes parents, qui ont toujours eu des principes moraux non négociables et des valeurs humaines? qui nous pesaient franchement un peu, quand nous étions enfants. J'ai du, au bout du compte, les absorber, car mon credo aujourd'hui, c'est de redonner confiance aux gens: si d'autres peuvent le faire, c'est que c'est possible.

Faut avoir faim dans la vie. Faut avoir « la rage », la « niaque ». Autrement dit, le désir...

Vous avez un contact privilégié avec les enfants. Entraineur de football en AES au Lycée Français de Singapour jusqu'à l'an dernier, vous avez monté des stages pendant les vacances scolaires qui rencontrent un vif succès. Peut-on en savoir plus ?

J'ai adoré entrainer les équipes de football en AES au lycée. Nous avons gagné la coupe ESPZEN (Football amateur Singapour) et c'était une première pour une équipe de non singapouriens! Et qu'est-ce que vous croyez que je leur disais? « Si les autres en face, se défoncent et peuvent le faire, vous aussi! ».

Coach Papé - kids camp

Les Kids' camps, qu'est ce que c'est et comment ça marche?

- Les Kids' camps, c'est du pur bonheur. Pour eux, autant que pour nous. Les activités tournent autour du sport, mais aussi du jeu: chasse aux trésors, course en sac etc, notamment pour les plus petits.

Mais le plus important pour moi, c'est de leur transmettre des valeurs essentielles, autant humaines que sportives : le plaisir de partager, la volonté de l'effort sain (notamment, l'importance de la récupération pour maximiser les performances), du respect de l'autre comme de soi-même (en faisant jouer les petits de 4 ans avec les grands de 14 ans, on force les grands à protéger les plus petits, plus faibles, donc à maitriser leur force, leurs impulsions ! Quant aux petits, ils apprennent qu'ils n'ont pas la priorité absolue) et l'importance du plaisir, de la joie de vivre.

Plus tard, dans la vie, peut-être que les grands aideront spontanément la vieille dame à traverser la rue et que les petits, eux, regarderont à deux fois avant de traverser, ...  Peut-être qu'ils auront une meilleure capacité d'écoute de l'autre, mais aussi de leur corps. C'est le b-a-ba, mais 90% des adultes font tout le contraire!

Je leur inculque des valeurs, des principes, qui comptent bien plus que toutes les techniques sportives. 

Comment faites-vous avec les fortes têtes ?

- Je les prends entre 4 yeux, je les isole avec moi. Et ? on parle. On parle beaucoup. Souvent, ils ne veulent rien dire au début. Je les regarde droit dans les yeux. Sans les ?engueuler?. En leur disant que je les respecte, mais que je ne tolère pas telle ou telle attitude. Et en leur expliquant pourquoi. Et s'il faut une heure pour discuter, je la prends. Je reste avec le petit caïd. Parfois, c'est une caïd !

En fait, vous êtes une sorte de mentor pour ces enfants?

 - On peut dire ça.

 

Propos recueillis par Michèle Thorel, www.lepetitjournal.com/singapour, Mardi 27 juin 2017

 

COACH PAPÉ ? www.coachpape.com

 

0 CommentairesRéagir

Communauté

LE CHIFFRE DU JOUR – LA COMMUNAUTE FRANCAISE A SINGAPOUR

La communauté française de Singapour est en progression permanente depuis 2000, et elle a même triplé depuis 2005. Sa structure est très spécifique : elle est jeune, féminisée et familiale. En

Vivre à Singapour

TRIBUNE

L’expérience Bio à Singapour par Claire, professionnelle du secteur

En général, les consommateurs choisissent d’acheter et de manger bio parce qu'ils veulent une alternative plus saine et plus sûre aux aliments conventionnels et à tous les pesticides toxiques et au ri

Sur le même sujet