Covid19 en Chine : De nombreuses villes réduisent la durée de la quarantaine

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 23/06/2022 à 21:30 | Mis à jour le 30/06/2022 à 11:33
un groupe de chinois

Dans une démarche qui, selon les experts, réduira l'impact des contrôles COVID-19 sur les échanges internationaux et la mobilité intérieure, au moins huit villes chinoises ont réduit les périodes de quarantaine centralisées pour les arrivées internationales de 14 jours à 10 ou 7 jours, les ambassades chinoises ont simplifié les demandes de visa pour les étrangers, et certaines villes ont baissé la garde pour les voyageurs en provenance de villes précédemment touchées par le COVID, comme Pékin et Shanghai.

 

La dernière en date à avoir raccourci les périodes de quarantaine pour les arrivées internationales est Nanjing, dans la province du Jiangsu. Un employé du service d'assistance téléphonique du gouvernement a confirmé que la période de quarantaine centralisée a été réduite de moitié et ramenée à sept jours pour les arrivées internationales, et cette politique est en place depuis près de deux semaines. Une règle supplémentaire de sept jours de quarantaine à domicile reste en place néanmoins. Les villes de Wuxi et Changzhou dans le Jiangsu ont fait de même.

 

Auparavant, Pékin et Wuhan avaient raccourci à titre d'essai les périodes de quarantaine pour les arrivées internationales, en les ramenant à sept jours de quarantaine centralisée et à sept autres jours de quarantaine à domicile.

 

Les arrivées internationales sont soumises à dix jours de quarantaine lorsqu'elles arrivent dans les villes de Chengdu, dans la province du Sichuan, de Xiamen, dans la province du Fujian, et de Ningbo.

 

Plusieurs autres villes, dont Guangzhou, Qingdao et Xi'an, s'en tiennent toujours à la politique des 14 jours de quarantaine centralisée pour les arrivées internationales.

 

« Atténuer l'impact de la prévention du virus en Chine sur les échanges avec d'autres pays »

La réduction de la durée de la quarantaine collective s'explique par le fait qu'il faut en moyenne sept jours pour que la variante Omicron quitte le corps humain, a déclaré un expert du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui a requis l'anonymat. Il s'agit d'une "mesure de prévention du virus plus équilibrée visant à atténuer l'impact de la prévention du virus sur les échanges avec d'autres pays."

 

Les ambassades chinoises dans de nombreux pays, dont la France, le Nigeria et l'Indonésie, ont également simplifié les procédures de demande de visa pour les étrangers. Ceux qui viennent travailler en Chine et qui ont été approuvés par les départements chinois concernés n'ont pas besoin de présenter une lettre d'invitation lorsqu'ils demandent un visa de travail.

 

Les membres de la famille de nationalité étrangère sont également dispensés de présenter une lettre d'invitation lorsqu'ils viennent rendre visite à leurs proches qui travaillent en Chine.

 

Les politiques de ces ambassades sont entrées en vigueur en début de semaine.

 

Bientôt davantage de vols?

L'Administration de l'aviation civile de Chine a déclaré vendredi qu'elle négociait avec certains pays pour augmenter progressivement et régulièrement les vols internationaux réguliers de passagers afin de répondre aux besoins des échanges de personnel.

 

À l'intérieur de la Chine, certaines villes commencent à desserrer les vis pour les personnes voyageant depuis des zones à haut risque, par exemple Pékin et Shanghai, qui ont déjà été durement touchées par Omicron.

 

Pékin et Shanghai ne sont plus coupés du reste du pays

Récemment, un certain nombre de villes de la province du Jiangsu, dans l'est de la Chine, ont repris leurs services quotidiens de navette vers et depuis Shanghai et ont assoupli les mesures de quarantaine pour les voyageurs en provenance de la mégalopole voisine. Des villes du Jiangsu comme Nanjing, Wuxi et Yangzhou ont même abandonné la quarantaine collective pour les personnes provenant des zones à faible risque de Shanghai, leur demandant seulement de faire des tests fréquents après leur arrivée.

 

Pour les voyageurs en provenance de Pékin, qui se remet à peine d'une flambée des cas, certaines villes élaborent des politiques ciblant différentes zones et évitent une approche unique. Un fonctionnaire de l'autorité sanitaire de Chengdu a déclaré que depuis le 13 juin, les voyageurs en provenance du district de Chaoyang, l'épicentre de la dernière épidémie, devaient être soumis à une quarantaine de sept jours à domicile, tandis que les autres étaient libres de partir.

 

Des villes comme Chongqing et Xi'an ont suivi le mouvement en appliquant des règles plus strictes uniquement aux voyageurs en provenance du district de Chaoyang.

 

Selon l'expert du CDC, tous ces assouplissements des politiques s'expliquent par le fait que la période d'incubation de la variante Omicron est plus courte et par la volonté d'alléger le poids des contrôles du COVID-19 sur la société et la vie des gens.

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale