Dimanche 20 septembre 2020

L’Urbs ou l’histoire d’un nouveau livre sur Rome

Par Karine Gauthey | Publié le 01/02/2019 à 06:17 | Mis à jour le 01/02/2019 à 06:23
IMG_2549

« Je me serais alors vanté comme le rapporte Suétone (Vie d’Auguste, XXVIII) « d’avoir trouvé une ville de briques et d’en avoir laissé une de marbre ».

- Auguste (empereur de Rome)

 

Célèbre archéologue français spécialiste de l’antiquité romaine, Alexandre Grandazzi est venu présenter son livre Urbs, Histoire de la ville de Rome des origines à la mort d’Auguste (paru aux éditions Perrin en 2017) mercredi 30 janvier à l’institut français centre Saint Louis, entouré de Rita Volpe (archéologue, responsable de la conservation et de la valorisation du patrimoine archéologique urbain et professeure de topographie antique à l’université Roma Tre), Adam Ziolkowski (historien, professeur à l’université de Varsovie) et Paolo Carafa (professeur des sciences de l’antiquité à l’université de la Sapienza).

Il est l’auteur de La Fondation de Rome (1991), Alba Longa, histoire d’une légende. Recherches sur l’archéologie, la religion, les traditions de l’ancien Latium (2008), et, avec Jacqueline de Romilly, Une certaine idée de la Grèce (2003).

Devenu une référence internationale à la suite de ses nombreuses recherches sur Rome (en particulier sur l’interprétation des vestiges du VIIIe siècle av. J.-C.), l’archéologue a décidé de rendre compréhensible pour tous l’acquis des fouilles romaines depuis un siècle et demi, qui peuvent se révéler souvent complexes pour un public non averti.

Il choisit la dénomination « Urbs » pour évoquer Rome, dans la mesure où, avant d’être un véritable empire, cette ville n’était, à l’origine, qu’une simple bourgade, devenue au fil des siècles, la cité la plus rayonnante du monde antique. Ainsi, c’est cette évolution que l’auteur nous propose de découvrir dans les nombreuses pages de son ouvrage, « une histoire où les événements se traduisent en monuments, et où les monuments sont autant d’événements ».

Une synthèse de divulgation

Plus qu’une œuvre de vulgarisation, Alexandre Grandazzi nous offre une véritable synthèse de « divulgation » (pour reprendre le terme employé par l’auteur) sur la cité de Rome qui, selon lui, n’existe pas, excepté dans des « beaux livres » ou des manuels universitaires.

De fait, il entreprend d’écrire l’histoire de la ville comme on écrit l’histoire de la vie d’une personne, c’est la raison pour laquelle il choisit de commencer par les origines de la Rome antique pour retranscrire cette biographie urbaine. Telle une biographie, il nous présente son ascendance (la situation géologique de la ville) et sa vie, les différentes villes qui se succèdent, se superposant, au fil des reconstructions (les romains n’hésitaient pas à détruire pour ensuite reconstruire nous dit-il), c’est ainsi qu’il veut nous faire prendre conscience de l’histoire de Rome, marquée par l’Histoire de l’Empire dont elle est le centre.

L’écrivain latin Martial la comparait au phœnix, renaissante toujours de ses cendres (après les guerres civiles ayant fait suite au règne de Néron, ainsi qu’au grand incendie) et louait les entreprises monumentales des empereurs Flaviens.

Ce livre est donc un bel arc de triomphe sous lequel s’engouffrer, pour redécouvrir les grandes entreprises édilitaires de la République, qui ont fait de Rome cette ville impériale à la culture monumentale.

 

Informations pratiques :

 

Alexandre GRANDAZZI, Urbs. Histoire de la ville de Rome des origines à la mort d'Auguste, Perrin, 2017, 768 p.

Karine Gauthey

Karine Gauthey

Rédactrice en chef et Directrice d'édition Lepetitjournal.com/Rome karine.gauthey@lepetitjournal.com
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

AEFE : une rentrée scolaire maîtrisée

Dans une situation mondiale inédite sur le plan épidémiologique, l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger a mis en œuvre un certain nombre de dispositifs pour préparer la rentrée scolaire.