Mardi 23 juillet 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SHEMS’Y : des enfants des rues, à la formation d’artistes mondiaux

Par Olivier Delagarde | Publié le 04/09/2018 à 13:02 | Mis à jour le 04/09/2018 à 13:08
Photo : Crédit Nathalie Delagarde-Truchot
SHEMS’Y : des enfants des rues, à la formation d’artistes internationaux du cirque au Maroc

L’Ecole Nationale de Cirque SHEMS’Y propose au Maroc la première formation artistique professionnelle en alternance.

 

Les arts du cirque regroupent aujourd’hui tous les talents dans des spectacles complets d’une grande variété esthétique. Les besoins en recrutement d’artistes confirmés sont en fort développement à travers le monde.

 

L’équipe de l’Ecole Nationale du Cirque Shems’y, qui a désormais une expérience de plusieurs années en formation artistique et en production de spectacles, a créé en 2009 une nouvelle filière de formation validée par des diplômes d’état d’artistes de cirque du Ministère de la Formation Professionnelle.

 

Former des artistes professionnels marocains

Cette formation vise à préparer à toutes les compétences attendues d’un artiste : la maîtrise professionnelle d’une spécialisation de cirque (disciplines aériennes, acrobatiques, d’équilibre, de manipulation d’objets…), une qualité de mouvement fine et intelligente, des capacités de jeu et d’interprétation solides ainsi que la capacité à situer son travail et sa recherche artistique dans l’évolution de la société.

 

Plus qu’une formation, un projet social

L’école de cirque Shems’y existe depuis 1999. En quinze ans, l’expérience Shems’y a permis l’implication de centaines d’enfants déshérités dans leur propre trajectoire de vie par les vertus éducatives et socialisantes des arts du cirque.

 

Le besoin crucial des quartiers défavorisés est devenu la formation professionnelle des jeunes comme point d’appui de la mutation des territoires et des populations et vecteur de développement durable.

 

La démarche Shems’y, qui vise à renforcer par la formation les capacités des individus là où ils vivent, est la preuve que les projets réels ancrent les bénéficiaires sur leur territoire par l’action positive et constructive qu’ils deviennent à même de porter du fait de leur nouvelles compétences. Les lauréats de Shems’y, qui auraient pu devenir des clandestins franchissant la Méditerranée, sont désormais des ambassadeurs culturels qui circulent librement d’une rive à l’autre, véhiculant les valeurs d’ouverture pour un meilleur vivre ensemble.

 

Depuis 2015, Shems’y compte 14 lauréats, 100% d’insertion professionnelle, 45 apprentis artistes en formation professionnelle, 80 jeunes en classe préparatoire au concours d’entrée et 200 enfants en socialisation.

 

 

Partez à la découverte en regardant notre grand reportage en images :

 

 

 

 

Plus d’infos :

https://www.karacena.net

 

 

©2018 la Petite Presse Productions

 

 

 

olivier delagarde lepetitjournal.com casablanca rabat

Olivier Delagarde

Journaliste - Rédacteur en chef des sites lepetitjournal.com Casablanca et Rabat
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Rabat

Conduire à l’étranger : avez-vous besoin du permis international ?

Expatriation rime avec démarches administratives. Parmi les papiers à emporter dans sa valise, le permis de conduire français est bien souvent indispensable. Mais est-il suffisant ?

Expat Mag

"Pires que la prison": les centres pour mineurs philippins sont le théâtre d'abus

Le crime de Jerry, un Philippin de 11 ans? Avoir violé les lois sur le couvre-feu des mineurs après avoir fui la violence à la maison. Son châtiment? Un séjour en centre de détention pour la ...