Vendredi 21 septembre 2018
Nouvelle-Calédonie
Nouvelle-Calédonie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Comprendre les référendums de 2018-2022 en Nouvelle Calédonie

Par Frédéric Angleviel | Publié le 05/02/2018 à 08:02 | Mis à jour le 18/09/2018 à 05:44
angleviel référendum

Lepetitjournal.com Nouvelle-Calédonie a décidé d'ouvrir à nouveau ces colonnes aux écrivains du Caillou. Cette semaine, Frédéric Angleviel nous présente son dernier ouvrage, un essai qui porte sur le ou les référendums de sortie de l’accord de Nouméa (2018-2022) et donc sur l’avenir institutionnel de cet archipel des antipodes qui fait partie des outremers de la République française.

 

Les indépendantistes Kanak (40% de l’électorat) ne souhaitent pas négocier de nouvel accord avant d’avoir compté leurs voix. Les non-indépendantistes savent qu’ils devraient normalement remporter ce ou ces référendums mais qu’il leur faut retrouver les voix du dialogue pour continuer à tracer la communauté de destin qui a vocation dans l’avenir à devenir un destin commun.

Le mot d’indépendance n’est plus un tabou mais il est probable que la Nouvelle-Calédonie fasse le choix d’un troisième accord dans le cadre d’une émancipation dans la République française.

Ce travail présente l’œuvre de décolonisation accomplie depuis 1945 avant de dresser un bilan de la situation socio-économique et politique de l’archipel néo-calédonien. Il propose ensuite des améliorations sociétales susceptibles de décrisper les antagonismes latents entre les Kanak indépendantistes et les autres communautés. Enfin, il expose cinq ou six solutions génériques possibles quant à l’avenir institutionnel du « Caillou », en sachant que les hommes politiques seront amenés à innover afin de concrétiser le rêve de destin partagé.

En effet, si les élus locaux et l’État français appliquent dans leurs visions de la Nouvelle-Calédonie de demain la devise française, « Liberté, Égalité, Fraternité », agrémentée d’une pointe de tolérance et d’un soupçon d’imagination constructive, l’empilement des bonnes volontés individuelles devraient bien finir par construire la grande case en matériau moderne susceptible de rassembler tous les Calédoniens sous le pilier central hexagonal.

 

Extrait :

Essai
Courtes(1) prémices

Notre propos se veut utilisable par un lecteur métropolitain découvrant notre Caillou et un lecteur calédonien connaissant de la plupart des faits développés et, autant que faire se peut, décortiqués ici. Les objectifs que nous nous sommes fixés sont simples : expliciter les enjeux du ou des référendums ainsi que donner des clefs de compréhension et une pluralité de grilles de lecture afin que chacun puisse faire sa propre analyse.

Nous commencerons par présenter les grandes lignes de l’histoire calédonienne nous permettant d’arriver à l’échéance du référendum d’octobre-novembre 2018.

S’agira ensuite de présenter les modalités générales de celui-ci et d’expliquer le pourquoi du comment. Pour cela, nous évoquerons les principes qui justifient ce référendum et les légitimités qui s’affrontent.

Puis, nous ferons un bilan des grandes questions calédoniennes liées peu ou prou à la question de l’indépendance.

Ces constats nous permettront de proposer des avancées politico-socio-économiques qui pourraient contribuer à réduire la fracture communautaire calédonienne qui recoupe souvent la fracture sociale locale. Enfin, nous évoquerons les différents scénarii qui peuvent sortir du chapeau du référendum, sachant qu’il est déjà prévu la possibilité d’en faire deux de plus si cela semblait nécessaire à la majorité des élus calédoniens.

Un essai ou un pamphlet a le rôle facile de tirer des plans sur la comète ou de critiquer sans avoir à payer. Nous ne connaissons aucune solution miracle ou miraculeuse mais nous avons voulu partager nos cogitations sur la situation actuelle, les événements passés qui l’expliquent a posteriori et sur les futurs possibles. Aussi, cet essai n’a-t-il aucune prétention à l’exhaustivité ni à la mise en place d’une vérité révélée. A contrario, il a vocation à poser des questions, à proposer des pistes et des potentialités de réponses et à tous nous amener à faire notre propre diagnostic.

Nous savons tous que si nous décidions majoritairement d’aller vers l’indépendance, il n’y aurait aucun retour en arrière possible ni aucune assurance sur les transitions éventuelles (vie quotidienne, situation de l’emploi, (dés)organisation des transports, cherté de la vie ; sécurité des personnes, fonctionnement des institutions et priorités communautaires ainsi que géographiques ; salaires, retraites, droits sociaux, accès à la santé et à l’école, entretien des infrastructures ; etc). En un mot comme en cent, nous savons que si nous faisons un tel choix il nous faudra réinventer une nouvelle société.

Il n’est donc plus temps de se fermer les yeux ou les oreilles mais nous devons laisser la parole circuler pour décider en toute clarté ce que nous voulons pour la génération future, qui elle-même pourra décider de ce qu’elle veut pour la génération suivante, car rien n’est inscrit dans la pierre, qu’elle soit pétroglyphique ou symboliquement sur la toile.

Et de fait, en cette période pré-référendum, tout un chacun est porteur de réflexions, d’idées, d’affirmations et d’interrogations. Nous ne sommes que 300 000 Néo-Calédoniens et nous avons donc seulement 300 000 visions différentes et pourtant si imbriquées et complémentaires, de ce que pourrait être notre avenir – demain et après-demain. Chacun de nous est porteur d’une pensée unique qui se fond dans des sensibilités, des a priori et des présupposés, qui finalement se cristalliseront un jour pour devenir un bulletin de vote autour d’un choix individuel et collectif qui répondra à une question lancinante tout en créant de nouvelles interrogations. Voulons-nous l’indépendance de notre archipel ou voulons-nous le maintien de liens organiques avec la grande France ? A partir de cette approche manichéenne des liens entre les hommes, on peut imaginer de nombreuses évolutions institutionnelles – plus ou moins médianes – qui permettraient de concilier les deux visions ancrées dans les imaginaires de ce territoire/pays et de faire un pari gagnant-gagnant sur l’avenir.

Et comme l’ont écrit d’autres observateurs avant nous, tel François Garde dans son ouvrage sur les institutions de l’archipel de l’éternel printemps, tant que la majorité absolue des Néo-Calédoniens ne fera pas le choix de l’indépendance, cette question sera toujours d’actualité – à moins que le nombre d’indépendantistes ne diminue de manière drastique comme cela a été le cas en Guyane ou en Guadeloupe.

Il serait donc logique que tous les « intellectuels » se penchent sur la question et jettent sur la table leurs idées, qu’elles soient réalistes ou idéalistes, idéologiques ou pragmatiques, proches de Sartre ou influencées par Camus, humanistes ou désabusées. C’était un des credo de Thierry Squillario lorsqu’il était le rédacteur en chef de l’hebdomadaire calédonien « Les Infos » ! Il se désespérait du manque de courage des Calédoniens.

Malheureusement, nous savons tous depuis l’ouvrage de Louis José Barbançon que la Nouvelle-Calédonie est le pays du non-dit car il est patent que nous avons tous « appris » que la vie en société implique de ne pas se « découvrir ».

S’exprimer c’est s’exposer. Et disons-le tout cru, qui ne se coule pas dans le moule correspondant à sa communauté et à sa place socio-économique, peut perdre ses amis ou bien ses clients. C’est ainsi que Jean-Claude Mermoud, auteur d’un ouvrage sur la culture caldoche, fut victime d’un ostracisme d’autant plus dévastateur qu’il n’était ni officiel ni exprimé. Et que lui reprochait-on : défendre l’identité des Calédoniens d’origines européennes ou métisses en reprenant un terme considéré par la majorité des membres de cette communauté comme péjoratif.

Et je dois dire que j’ai plusieurs fois hésité à continuer de rédiger cet essai qui a des relents de pamphlet ; de libération sans fard d’un discours longtemps ruminé ; et de l’expression directe d’une parole calédonienne qui se doit d’être toujours voilée pour être socialement acceptable. Les Kanak(2) savent depuis longtemps mettre en avant des personnes sans statut coutumier, en particulier des Blancs, pour exposer et défendre leurs arguments. Généralement, les Caldoches ne parlent pas afin d’éviter la fameuse caricature concernant l’affaire Dreyfus où la bataille fait rage dans une famille, l’explication étant donnée par une phrase lapidaire « Ils en ont parlé ». Et quand un Calédonien s’exprime, il le fait généralement devant un petit parterre de personnes de passage, si possible de « missionnaires » paraissant intéressés et surtout dans l’impossibilité de répandre dès le lendemain les propos honnêtes d’une discussion passionnée.

Dans le passé, nous avons l’exemple de Louis José Barbançon, devenu célèbre grâce à la libération de sa parole dans Le pays du non-dit. Il y avait montré les travers des Calédoniens et encouru durablement les foudres injustes de Jacques Lafleur. Aussi, les média et les élites métropolitaines « tropicalisées » avaient-ils porté cet essai au pinacle. Il écrivit un autre pamphlet intitulé Le javelot brisé, dans lequel il défendait une athlète calédonienne vis-à-vis d’entraîneurs métropolitains, montrant les travers des « Bonzozos » et des « Joinvilles »(3). Non seulement ce petit opuscule fit un flop, mais on nota un reflux évident de la vague de sympathie antérieure. La rivalité sourde entre les Métropolitains (aventuriers au petit pied, hyperactifs, souvent cultivés et pionniers) et les Caldoches (grandes gueules, hyper débrouillards, amateurs des « coups de chasse – coups de pêche » et héritiers) avait repris ses droits.

L’essai ci-après est donc une parole qui se veut à la fois la plus vraie possible tout en cherchant à ne pas froisser outre mesure (mais comment mesurer l’outrecuidance d’un propos se voulant honnête) telle ou telle sensibilité. Notre ambition consciente est d’éviter autant que faire se peut un catalogage immédiat, sans appel et couperet qui impliquerait de refuser de prendre connaissance des idées émises ou bien qui amènerait le possible lecteur à refermer rapidement ce document de réflexion. Il y a quelques années, Eric Douyère écrivit un manifeste pour l’indépendance(4). Il ne fut donc lu que par quelques partisans de cette évolution statutaire particulière, ne devenant par là-même ni un élément de réflexion ni un pavé dans la mare. De même, Joël Dauphiné rédigea un ouvrage intitulé Les spoliations foncières en Nouvelle-Calédonie. Son seul titre amena la directrice du Centre Territorial de Recherche et de Documentation Pédagogique à mettre cet ouvrage à l’Index. Il faut dire qu’il avait fait la bêtise ou la provocation tout aussi destructrice de l’ouvrir par une préface d’Edgard Pisani, l’ancien ministre de François Mitterrand qui voulait imposer en 1984 l’indépendance en la renommant « indépendance-association ». Il faut ajouter que Joël Dauphiné était métropolitain et qu’il venait de rentrer définitivement en France, ce qui libérait sa parole tout en le coupant des subtilités locales qu’il faut respecter si l’on veut participer au vivre ensemble, qui s’apparente souvent à une omerta basée sur le moins-disant. (Suite de cet extrait)

 

 


1) Pour sous-entendre que ce préambule-prélude-introduction aurait pu être bien plus long. J’espère, tel René Goscinny, être capable de vous proposer – sans pédantisme – plusieurs niveaux de lecture car il est logique de parler souvent entre les lignes et de laisser les lecteurs développer leurs propres réflexions. Nous avons fait le choix de limiter le nombre de notes de bas de page afin de ne pas alourdir outre-mesure le texte. La bibliographie, bien que cette pratique soit un de nos « dadas », se veut volontairement très succincte en fin de volume. Nous citerons au fil des pages, sans exclusive et sans volonté d’occulter tels ou tels acteurs, quelques noms d’auteurs dont les publications nous ont plus particulièrement marqué.
2) Longtemps, nous avons refusé d’harmoniser les graphies du mot canaque-Kanak car le vocable canaque s’avère aujourd’hui connoté comme anti-indépendantiste, le terme invariable Kanak est encore considéré comme indépendantiste, et la dénomination Kanak(e)(s) retenue par de nombreux scientifiques était perçue comme trop modérée par les uns et trop novatrice par les autres. Aujourd’hui, nous nous sommes rendu aux arguments de nos collègues littéraires qui considèrent qu’une harmonisation est techniquement nécessaire. Nous utilisons donc la graphie Kanak, qui était réclamée par la majorité des Mélanésiens et qui a été actée par l’Etat français lorsqu’il changea l’appellation de l’Agence de Développement de la Culture Kanak. Angleviel F. : « De Kanaka à Kanak : l’appropriation d’un terme générique au profit de la revendication identitaire » in Hermès, N°32-33, éditions du CNRS, Paris, 2002, pp. 191 à 196.
3) Surnoms amicaux donnés par le chansonnier François Ollivaud et le dessinateur Bernard Berger aux Métropolitains. Evidemment notre essai contient un certain nombre de références qui parlent à un Calédonien de ma génération, et qui peuvent être méconnues d’un Calédonien de la génération de mes filles ou d’un lecteur métropolitain. Toute ma génération a connu Jean-Pierre Ormand (le caricaturiste), les routes à horaires (aux redoutables sens alternés) et le Château Royal (ainsi que sa plage), comme celle de mes parents connaissait Charles Gaveau (première radio), Le Tivoli (premiers bals) ou le Rocher à la Voile (et les grands départs).
4) Douyère Eric : Nouvelle-Calédonie : quel avenir pour l’indépendance ?, Ile de Lumière, Nouméa, 1997,
 
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

Une meilleure réglementation des crèmes solaires est-elle possible?

Le gouvernement vient de mettre sur la table un projet de loi pour mai 2019 interdisant les couverts, pailles, barquettes et sacs plastiques en Nouvelle-Calédonie. Qu’en est-il des crèmes solaires ?

Communauté

TRADITIONS

Le rodéo, ADN du pays

La célèbre foire de Bourail vient de fermer ses portes. L’occasion pour nous de revenir sur l’une de ses attractions phares : le rodéo.