TEST: 3277

À New York, clubs de strip-tease et Covid ne font pas bon ménage

Par Rédaction - New York | Publié le 09/04/2021 à 20:45 | Mis à jour le 09/04/2021 à 20:56
Une danseuse dans un club de strip-tease à New York

Un an après le début de la pandémie à New York, les clubs de strip-tease et autres danses exotiques sont toujours fermés alors que restaurants, bars et lieux festifs ont été progressivement autorisés à réouvrir et à accueillir un peu plus de clients et de public. Avec portes closes et barres de danse vides, ces clubs se rebiffent et portent plainte. Sans doute pour le plus grand « bonheur » de leur clientèle masculine.

 

Ces clubs de strip-tease à New York

Un groupe de clubs de danse exotique de la ville de New York poursuit l'État de New York, affirmant qu'il n'est pas juste qu'ils gardent portes closes alors que les bars avec musique live et casinos soient réouverts. Le procès intenté devant le tribunal fédéral de Manhattan met en avant la cause des milliers d'employés se trouvant au chômage faute de réouverture. Ensemble, «Starlet’s», «Sugar Daddy’s» et «Gallagher’s 2000», ont demandé au tribunal de reconnaître la violation qu’ils subissent en gardant leurs clubs fermés alors que d’autres établissements à caractère festif sont ouverts.

En décembre, un juge californien avait laissé deux clubs de strip-tease de San Diego prendre leurs propres décisions concernant la création d'un environnement sûr tant pour les danseuses que pour les clients en plein milieu de la pandémie. C’est bien ce que réclament les clubs new-yorkais.

 

La danse exotique non-autorisée

Dans l’État de New York, un porte-parole du bureau du Gouverneur Cuomo a déclaré que le procès tentait de saper les « mesures de santé publique basées sur la science ». «Alors que nous travaillons à rouvrir autant de facettes de l'économie aussi rapidement et en toute sécurité que possible, la science, les données et le bon sens dictent que la danse exotique n'est pas autorisée pour le moment », a ainsi déclaré le porte-parole Jack Sterne dans un communiqué.

Ces clubs qui demandent des dommages-intérêts, en plus de leur réouverture, soutiennent  être prêts à ouvrir leurs portes dans le plus grand respect des protocoles de sécurité contre le Covid-19.

Les danseuses ne pourraient alors pas enlever leurs masques, mais est-ce leur visage que les clients de clubs de strip-tease viennent voir ?

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com