Mardi 22 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Sabine Mouyal « le yoga est une philosophie de vie qui rend heureux »

Par Rachel Brunet | Publié le 17/05/2019 à 15:52 | Mis à jour le 17/05/2019 à 16:31
Photo : Classe de yoga de Sabine Mouyal
Yoga à New York

Le Petit Journal est parti à la rencontre de Sabine Mouyal, professeure de yoga à New York. Nous avons souhaité comprendre ce qui se cache véritablement derrière cette activité qui séduit de plus en plus de citadins pressés et stressés. 

 

Lepetitjournal.com New York : Est-ce que le yoga est un sport ou un art de vivre ? 

Sabine Mouyal : Le yoga est un art de vivre indien. C’est plus qu’une activité sportive puisque c’est une philosophie de vie. En Occident, nous sommes tentés de voir le yoga comme une activité sportive parce que nous nous arrêtons à la pratique des postures. Mais en réalité, la pratique sportive du yoga est faite pour que l’on arrive à être physiquement fort et souple pour justement libérer son corps de tous les problèmes physiques de manière à élever son esprit, ce qui est l’objectif du yoga. Travailler le corps permet de libérer l’esprit.

Le yoga c’est aussi des règles de vie et du bon sens. 

 

On parle de piliers dans le yoga, de quoi s’agit-il ?

Yamas et Niyamas sont les deux premier piliers. Comme je le disais, le yoga c’est aussi des règles de vie et du bon sens. Bien se comporter, ne pas faire de mal, respecter la vie. Et ces fondements sont ces deux premiers piliers.

Asanas, les postures en yoga, est le troisième pilier. Le contrôle de sa respiration est le quatrième pilier, il s’appelle Pranayama. Savoir respirer, savoir ralentir sa respiration est une technique de respiration que l’on trouve aussi dans d’autres branches holistiques. Une légende indienne dit qu’une personne, à la naissance, est programmée pour avoir un certain nombre de cycles respiratoires dans sa vie. Le jour où ce nombre de cycles est atteint alors la personne s’éteint. Aussi, on dit que plus on contrôle sa respiration, et plus on arrive à respirer lentement, plus on rallonge son cycle de vie et donc, plus on vit longtemps. 

La concentration, Dahrana est le cinquième pilier. Il s’agit de passer du « monkey mind », à savoir passer d’une idée à une autre à un état où l’on arrive à contrôler ses pensées.

Ensuite, il y a la méditation, Dyana. L’objet est d’arriver à se connecter avec une source universelle, Samadhi. Certains l’appellent dieu, d’autre l’univers, chacun a ses croyances. Pour ma part, je ne suis pas encore arrivée là, donc je ne peux pas en parler, je m’arrête à la concentration et à la méditation.

 

Comment se passe une séance de yoga ?

Le yoga, c’est tout ça, mais quand on parle du yoga en occident, c’est pratiquer une activité une séance par semaine, voire deux, on ne va pas aussi loin dans la recherche spirituelle, on pratique des postures de force, de souplesse, d’équilibre pour permettre de renforcer le corps mais aussi pour calmer l’esprit en même temps. Dans une séance de yoga, on pratique le contrôle de la respiration, pramyana, et on fait aussi de la méditation. On essaie d’inclure dans une séance d’une heure, une heure et demi, le plus de choses que l’on peut, et d’une pratique beaucoup plus large. Pour ma part, je propose des cours de yoga particuliers ou en petits groupes de 7 ou 8, en français ou en anglais. Mes cours sont mixtes, avec presque autant d’hommes que de femmes. Il faut savoir que les hommes sont de plus en plus demandeurs de yoga. D’ailleurs, j’aimerais monter un cours que pour les hommes parce qu’ils ont des besoins différents de ceux des femmes.

 

Comment êtes-vous devenue professeure de yoga ?

Par accident ! C’est quand on ne cherche pas que l’on trouve. J’ai toujours été dans le marketing et je ne connaissais rien au yoga, et je pensais d’ailleurs que ce n’était pas pour moi. À Singapour, j’occupais un poste très important dans une société très importante, et avec l’importance du statut vient l’importance des problèmes et du stress. J’ai pensé que j’étais en burn out. Une copine m’a offert une séance de yoga, et je me suis dit, après la séance, que quelque chose se passait. Puis, j’ai eu besoin d’y retourner, puis je me suis abonnée, puis la séance hebdo est devenue quotidienne. J’en avais besoin en sortant du travail, c’était un sas de décompression entre ma vie professionnelle et ma vie privée. Puis, j’ai démissionné de mon poste. Mon professeur de yoga m’a proposé de suivre une formation pour enseigner le yoga. Et comme je voulais comprendre pourquoi le yoga me faisait autant de bien, j’y suis allée. J’ai fini ma formation en Inde, dans un centre spécialisé. Mon esprit a complètement été ouvert à quelque chose de nouveau. Le yoga, c’est du bon sens et c’est surtout mettre le bien en avant.

J’ai proposé à mes amis, connaissances de venir gratuitement faire du yoga chez moi. Il fallait que je m’entraîne, puis ils ont adoré et ont demandé s’ils pouvaient revenir. Puis j’ai eu mon diplôme et j’ai créé mon entreprise.

 

Qu’est-ce qu’on peut attendre du yoga ?

Au niveau physique, on fait du renforcement musculaire, on devient plus fort. On renforce les épaules, le ventre, le dos ce qui donne un meilleur alignement de la posture. On est plus droit, plus ouvert, on respire mieux. On développe aussi la souplesse. On a donc des mouvements plus amples. Il faut savoir que le renforcement musculaire, l’équilibre ainsi que la souplesse permettent aux systèmes internes d’être améliorés. Par exemple, quand on est vouté, que les épaules partent en avant et que l’on est avachi, alors les poumons sont compressés dans la cage thoracique et la respiration se fait moins bien. Le yoga apprend justement à ouvrir les épaules, à renforcer les muscles du dos qui ouvrent la poitrine, ce qui permet aux poumons de prendre toute leur place et la respiration se fait beaucoup mieux. Donc en travaillant l’extérieur, on travaille aussi l’intérieur.

C’est un exemple, mais il y en a d’autres. Certaines postures peuvent aider à améliorer les problèmes de digestion ou de transit. Le yoga travaille sur la machine interne et améliore le système nerveux, respiratoire, musculaire, lymphatique et hormonal.

Les bienfaits sont aussi thérapeutiques et anti-stress.

 

À qui s’adresse le yoga ?

À tout le monde ! Il y a différents styles de yoga et différents objectifs. Et c’est ce que j’aime dans les petits groupes, c’est que l’on peut vraiment focaliser sur les besoins de chacun. Il y a des gens hyper stressés pour qui il faut faire des séquences spéciales avec des postures adaptées. D’autres personnes ont besoin de se renforcer musculairement. Il existe aussi du prenatal yoga, parce que les femmes enceintes ont des besoins différents. Pour les personnes âgées, on travaille sur le renforcement musculaire, des os et sur le cerveau. On va aussi travailler l’équilibre.

Le yoga aide aussi les enfants à se focaliser sur quelque chose, à capter leur énergie et à  développer leur confiance.

Le yoga s’adresse aussi aux sportifs de haut niveau qui ont besoin de préparer des compétitions. Une personne en surpoids peut aussi faire du yoga parce que toutes les postures sont adaptables. Il y a d’ailleurs des professeurs de yoga qui sont eux-mêmes en surpoids et je suis toujours épatée de les voir faire des choses que je n’arrive pas à faire moi-même.

Il n’y a pas de restriction. Ce que je conseille c’est de toujours commencer une première séance avec un cours particulier pour bien savoir ce qui attend l’élève. Et puis, ça permet aussi d’avoir une attention bien particulière du professeur. La première expérience fait tout et il faut qu’elle soit bonne, donc adaptée. C’est pour ça que j’offre toujours une première séance à ceux qui veulent essayer.

Certaines postures peuvent aider sur certains problèmes comme le diabète, les problèmes de thyroïde... D’ailleurs, il faut toujours prévenir le professeur de ses bobos comme une tension basse, haute ou un glaucome... Mais attention, le yoga ne remplace pas le docteur.

 

Est-ce que le yoga rend heureux ?

Ah oui le yoga rend heureux ! Moi, ça m’a changé complètement. Plus on pratique, plus on crée des qualités que l’on a pas. On devient plus à l’écoute, et de fait, on entend des messages que l’on n’entendait pas auparavant. Je suis très contente de l’orientation qu’a pris ma vie grâce au yoga.

Je conseille à tout le monde d’essayer. Je conseille à tout le monde de trouver le professeur qui peut aider à faire grandir. Et ne surtout pas s’arrêter à une mauvaise expérience. Une mauvaise expérience n’a rien avoir avec le yoga, elle peut être du au fait que l’on n’ était pas bien ce jour là, que le professeur a fait une séquence qui ne correspondait pas à la personne ou autre. Il faut absolument réessayer. Le yoga apporte une quantité de bénéfices physiques, psychologiques, ça serait dommage de passer à côté.

 

 

Pour en savoir plus sur les classes de yoga de Sabine Mouyal

https://www.yogasana.nyc

Sabine Mouyal

 

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après avoir travaillé de nombreuses années dans la presse économique et spécialisée, Rachel Brunet est la rédactrice en chef de l’édition New York du Petit Journal
0 Commentaire (s)Réagir