Festival des 5 Continents : À la rencontre de Gabriel Robichaud

Par Guillaume Parodi | Publié le 28/03/2019 à 17:52 | Mis à jour le 02/04/2019 à 20:16
Photo : Gabriel Robichaud
Gabriel Robichaud

Comédien avant tout, Gabriel Robichaud est aussi poète, chanteur et dramaturge. Originaire du Nouveau-Brunswick (Canada), ce fier Acadien participe à de nombreux festivals lorsqu’il n’est pas en tournée. Il a déjà présenté ses textes au Canada, aux États-Unis, en France et en Côte d’Ivoire et, sera de retour à New York pour une session de lecture de ses deux œuvres phares, Acadie Road et Les Anodins.

 

Lorsqu’on lui posait la question de savoir ce qu’il voulait faire plus tard, Gabriel Robichaud répondait toujours de la même manière : acteur, écrivain et une autre profession (avocat, programmeur informatique, chimiste, etc.). Même s’il a depuis laissé tomber cette dernière idée, les efforts de Gabriel ont fini par payer pendant ses études à l’université de Moncton. Il est repéré en mars 2009 pendant une session de lecture publique et s’engage à plein temps dans les métiers de l’écriture et du théâtre.

Depuis, Gabriel oscille entre l’écriture, il publie plusieurs recueils de poésie et plusieurs pièces de théâtre, et le jeu de scène, à l’instar de Love is in the Birds: une soirée francophone sans boule disco, une pièce jouée au Québec, en Ontario et en Acadie. Il définit aussi au cours de ces dernières années son engagement en tant qu’artiste et en tant que figure publique, lui qui est un francophone originaire d’une région où l’anglais est la langue majoritaire. L’écriture devient un espace de liberté immense et permet à Gabriel de défier ce qu’il nomme « les impossibilités », qu’il s’agisse de renouer les relations entre des populations divisées par une frontière linguistique, ou bien de prendre position sur des événements publics tels que l’annulation des Jeux de la Francophonie 2021 dans la province du Nouveau-Brunswick.

La question de la langue française est une problématique particulièrement épineuse en Acadie et au Nouveau-Brunswick. L’Acadie représente la partie francophone de l’Est du Canada (Nouveau-Brunswick, Nouvelle-Écosse, Terre Neuve, Ile du Prince Édouard, Gaspésie, Iles de la Madeleine et Saint-Pierre-et-Miquelon en France) peuplée par des populations françaises au début du 17ème siècle, mais suite aux nombreuses guerres qui agitent le continent nord-américain au cours du 18ème siècle, les Acadiens sont soumis à une déportation de masse et se retrouvent dispersés entre l’Acadie, la Louisiane et le Maine. Ce traumatisme est vif dans la mémoire acadienne et les francophones souvent forcés d’abandonner leur langue natale au bénéfice de l’anglais. C’est d’ailleurs la communauté acadienne de Louisiane qui sera affublée du mot argotique « cajun », qui par extension se retrouve aujourd’hui dans nos assiettes.

Pour Gabriel, cette identité acadienne se définit à travers l’écriture puis la publication d’un recueil dont il a déjà fait une première lecture au Cornelia Street Café, dans le West Village, en avril 2018. Acadie Road est un cri de colère et un cri d’amour, un recueil imparfait qui traduit son expérience de l’Acadie, ses routes et ses villages, ses frontières mouvantes et ses paradoxes linguistiques et culturels. Gabriel taquine sa terre natale qu’il aime avec et malgré ses défauts, dans l’espoir d’un jour voir la population francophone légitimée sur la place publique. Il ne s’agit pas de renier l’identité anglophone du Nouveau-Brunswick, mais d’aller contre ceux qui imposent des idéologies nationalistes et de générer une prise de conscience chez ses compatriotes. Il est important de dire les choses, de travailler à ce que le mot « acadien » ne soit pas une simple ligne folklorique en bas de page d’un Guide du Routard, à souligner la force tranquille d’un peuple minoritaire. L'Acadie du Nouveau-Brunswick est d'ailleurs en haut de la liste des destinations touristiques dans Le Monde cette année.

Le 6 avril prochain, Gabriel Robichaud donnera à entendre son Acadie Road et ses Anodins, un hommage à la banlieue de Moncton où il a grandi. Il repartira ensuite en tournée au Canada pour la pièce Je cherche une maison qui vous ressemble dans laquelle il incarne Gérald Godin, un député et poète indépendantiste québécois.

 

À New York, samedi 6 avril à 20h Lecture publique Studio 151, 151 Avenue C, New York, NY 10009

Entrée gratuite

 

Plus d’infos sur le Festival des cinq continents : 

http://as.nyu.edu/frenchcenter/festival5continents.html

 

DD4C7625-EEFC-46AA-AD2C-AFF39045410A

Guillaume Parodi

Guillaume Parodi est Assistant to the Chair, Department of French Literature, Thought and Culture et Assistant to the Director, Center for French Language and Cultures New York University
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale