Agnès Varda l’Américaine nous a quittés

Par Rachel Brunet | Publié le 29/03/2019 à 18:28 | Mis à jour le 01/04/2019 à 11:54
Photo : Agnès Varda
Agnès Varda

Elle s’est éteinte dans la nuit du 28 au 29 mars. Pendant qu’à New York, nous célébrions les femmes, la réalisatrice s’est éteinte à Paris, entourée de ses proches. Rare femme cinéaste de sa génération, Agnès Varda était aussi une féministe engagée.

Agnès Varda effectue une partie de sa carrière aux États-Unis, avec son mari, le réalisateur Jacques Demy. C’est en Californie qu’ils posent à plusieurs reprises leurs valises. En cette terre de l’Ouest des États-Unis, Agnès Varda voit un lieu d’inspiration. « Los Angeles, les plages de Venice et de Santa Monica, on les a connues, Jacques et moi, à chacun de nos séjours. Elles ont été nos décors de vie et de films, dont pour moi, un film hippie et un film triste. »

Sous le soleil californien, Varda tourne 6 films. Uncle Yanco en 1967, Black Panthers en 1968, Lions Love (... and Lies) en 1969, Mur Murs en 1980 ou encore Documenteur en 1980/81. 

Varda, une affaire de style

Le style d’Agnès Varda est empreint d’humanité, à l’image de la réalisatrice. Elle montre les détails, la proximité, elle montre la vie et son aspect cru. 

Féministe engagée, elle fait partie des femmes qui signent le “Manifeste de 343” - aussi dit “Manifeste de 343 salopes”- en 1971, dans lequel elles sont 343 femmes a affirmer ouvertement avoir eu recours à l’avortement à une époque où la loi l’interdisait.

Féministe jusqu’au bout de la caméra, Varda dénonce. C’est sur un plateau de France 3 que la réalisatrice aborde la question du retour du sexisme et de la misogynie dans notre société. Elle déclare alors : « Les femmes ne doivent pas baisser les bras, c’est à elles de continuer à faire réfléchir. On n’est pas forcément obligé de hurler, de jeter les soutien gorges dans la rue et d’être lesbienne, je crois qu’on peut être féministe de façon intelligente et harmonieuse, mais il faut tout le temps le dire, le redire et agir ».

Une seconde jeunesse avec JR

En 2015, elle se trouve un nouveau compagnon de route, et de délires. JR et Varda se lancent dans des projets communs, le jeune artiste offre alors à la réalisatrice accomplie une seconde jeunesse et tous deux se retrouvent autour d’une amitié authentique, entière et sincère.

JR sera tout autant heureux que Varda, lorsqu’en 2017, elle reçoit un Oscar pour l’ensemble de sa carrière. L’affaire Weinstein vient d’éclater. Celle qui vient de nous quitter avait alors déclaré « Dans les rapports sexués, l’humiliation est toujours du côté des femmes. Ça ne changera que si on fait bouger les opinions des hommes. On peut crier mais il faut convaincre, cela commence par l’éducation, l’école, les mères… Je suis d’une nature révoltée et radicale. Sans cela, il n’y a guère de salut.”

Varda s’en est allée, mais ses oeuvres cinématographiques restent. Varda nous a quitté, mais ses propos engagés sont avec nous.

Au revoir Madame Varda !

Et merci !

Rachel Brunet

Rachel Brunet

Après être passée par la presse économique et la presse spécialisée, Rachel Brunet est l'ancienne directrice des éditions New York et Miami
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction New York !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale