Après l’inflation, le douloureux impact de la sécheresse sur les cultures italiennes

Par Lepetitjournal Milan | Publié le 19/07/2022 à 18:30 | Mis à jour le 20/07/2022 à 13:00
sécheresse plant de tomate

Fruits, légumes et produits d’origines animales, les agriculteurs et éleveurs italiens sont démunis face aux fortes chaleurs. Le syndicat agricole, Coldiretti, présente plusieurs chiffres alarmants.

 

L’été est rude pour les campagnes italiennes. La vague de chaleur qui s'abat actuellement sur l’Europe, cause de sérieux dégâts aux cultures du pays. Dans un rapport, le principal syndicat agricole national, Coldiretti, estime que les pertes s’élèvent jusqu’à 70 % des récoltes dans certaines régions. Soit plus de trois milliards d’euros de déficit. Poivrons, aubergines, tomates, melons, pastèques ou abricots, ces espèces très gourmandes en eau peinent à survivre sous le soleil brûlant. Pour les plans les plus résistants, la maturation arrive de plus en plus tôt. Alors pour sauver les fruits et légumes les récoltes sont lancées en avance par rapport au calendrier habituel.


Les tomates, la fierté italienne fragilisée

Icône du régime alimentaire méridional, la tomate pourrait se montrer plus discrète dans nos assiettes cet été. Le bassin méditerranéen compte de nombreux consommateurs de ce fruit transformé : en purée, pelé ou concentré.  On compte en moyenne 20 kilos de passata di pomodoro par famille italienne.  La péninsule est le premier producteur européen et fournit 15% des réserves mondiales de tomates Or, les températures caniculaires ont amputé les récoltes de 5,4 milliards de kilos de cet « or rouge ». A cela, vient s’ajouter le prix des matières premières et de l’énergie. Pour une bouteille de coulis par exemple, le verre a augmenté de 30%, le diesel pour le transport de 129%, les étiquettes de 35%… et la liste s’allonge. Le légume ne représente plus que 8% du prix dans les rayons du supermarché. De ce fait, il y aura environ une bouteille de coulis de tomates sur 10 en moins à la vente.

Un marché en détresse

Face aux conditions météorologiques désastreuses, les produits d’origines animales aussi vont être touchés. Le cours du maïs a bondi de 45% cette année et 30 % pour le blé qui sont des composants essentiels pour nourrir le bétail. En ce qui concerne la pêche, les poissons périssent ou fuient dans certaines zones avec la hausse des températures. Les moules ou les palourdes péchés dans le delta du Pô ont diminué de 20%. L’agriculture en Italie, représente plus de 12 millions d’hectares de terres cultivés avec comme principales régions productrices la Campanie, l'Émilie-Romagne, la Lombardie et les Pouilles. C’est aussi plus d’un million d'entreprises et leurs salariés qui génèrent un chiffre d’affaires de 3,7 milliards d’euros dont la moitié est dû aux exportations à l’étranger. Aujourd’hui, plus d’une entreprise sur 10, selon Coldiretti se trouve « dans une situation tellement critique qu'elle conduit à la cessation d'activité ».


Jocelyn Florent
 

 

Sur le même sujet
lepetitjournal.com Milan

Lepetitjournal Milan

LePetitJournal.com de Milan, c'est le média de référence en français sur Milan et l'Italie.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Milan !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Marie Astrid Roy

Rédactrice en chef de l'édition Milan.

À lire sur votre édition locale