Lundi 16 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les portes de Milan, vestiges d’époques lointaines

Par Alicia Breuil | Publié le 19/08/2019 à 22:09 | Mis à jour le 19/08/2019 à 22:09
Photo : Arco della pace à Milan | Wikimedia commons, Luca Volpi
Arco della pace milan

Milan a toujours été protégée par un cercle de murs, d'abord romains, puis médiévaux et enfin espagnols. Visite guidée des portes de la ville qui commémorent les murs entourant autrefois la capitale lombarde.

Baladez-vous dans Milan et observez son architecture, ses restes d’époques lointaines et d’une ville d’une autre époque. Dispersées dans les quartiers de la capitale lombarde, les portes de Milan entourent la ville et donnent leurs noms à ses quartiers. De l’époque médiévale, romaine ou encore espagnole, les murs et leurs portes se différencient en catégories de style et d’époque bien que rénovées durant la période napoléonienne. Onze portes, dont sept encore visibles aujourd’hui, s’identifient avec les noms des quartiers que la ville se partage.

 

Porta Garibaldi Milan

Porta Garibaldi

Les noms des portes de Milan indiquent pour la plupart la direction du chemin que l’on empruntait par cette sortie de la ville, le nom de Porta Comasina, aujourd’hui Porta Garibaldi, provient de la direction empruntée : Côme. Située dans le nord de Milan, cette porte se caractérise par la présence de l'arc néoclassique dessiné par l’architecte Giacomo Moraglia en 1807. Celui-ci a conçu un arc de triomphe entouré de deux colonnes, porches, se tenant face à la route principale au centre de la Piazza XXV Aprile et à la sortie du Corso Garibaldi. En 1860, la Porta prit son nom actuel, en souvenir de l'entrée, quelques années plus tôt, de Giuseppe Garibaldi, venant de Côme.

porta nuova milan

Porta Nuova

L’une des six portes principales de Milan, elle s’oppose à la Porta Vecchia, près de la via Manzoni. Sculptée dans les remparts de la ville, elle se situe au centre de la piazza Principessa Clotilde, à la sortie du Corso di Porta Nuova. Construite à l'époque romaine et restaurée pendant la domination espagnole de Milan. Elle fut ensuite démolie à l'époque napoléonienne, lors du projet visant à convertir les portes principales en une barrière douanière et décorative. En 1840, Porta Nuova devint la première gare de la ville après son inauguration.

 

porta romana milan

Porta Romana

Située au sud-est de Milan, au centre de la Piazza Medaglie d'Oro et à la sortie du Corso di Porta Romana, elle tient son nom de la ville où elle mène : Rome. Sa construction commença à la fin du XVIe siècle à la demande de Philippe III d'Espagne à la suite du décès de la princesse Marguerite d'Autriche-Styrie, sa fiancée.

 

porta sempione milan

Porta Sempione

L’Arco della Pace, remontant à l‘époque napoléonienne, représente l'axe d'innovation urbaine majeure de cette période, avec l’objectif de relier métaphoriquement Milan à Paris. Situé à proximité du château Sforzesco, sur la célèbre Piazza d'Armi, l'arche, conçue par l'architecte Luigi Cagnola, est encore aujourd'hui l'un des principaux monuments néoclassiques de Milan. En 1859, quatre jours après la victoire de Magenta, Napoléon III et Victor Emmanuel II firent leur entrée triomphale dans la ville de Milan par cette porte.

 

porta ticinese milan

Porta Ticinese

En direction du fleuve Ticino dont elle porte le nom, cette porte connue comme Porta Marengo à l'époque napoléonienne, mais appelé par les résidents Porta Cicca, est situé au sud de la ville en direction de Pavie, au centre de la Piazza XXIV Maggio. Façonnée dans l'un des murs espagnols qui entouraient Milan, la structure néoclassique qui la caractérise est l'œuvre de l'architecte Cagnola, le même architecte qui a conçu l'Arco della Pace. Point de rencontre à coté des Navigli pour les jeunes milanais, cet endroit a aussi une forte importance religieuse. Deux événements fondamentaux ont lieu ici : la procession des Rois Mages à l'occasion de la fête de l'Epiphanie le 6 Janvier et l'entrée du nouvel archevêque de Milan, lors de la prise de possession du diocèse ambrosien.

 

porta venezia milan

Porta Venezia

Nommée jusqu’en 1860 Porte de l’Est et Porta Gratitude à l'époque napoléonienne, sa construction remonte à l'époque romaine et a ensuite été remodelée par le célèbre architecte Giuseppe Piermarini à la fin du XVIIIe siècle. Aujourd'hui au centre du carré Oberdan, à l'embouchure du Corso Venezia qui relie la porte piazza San Babila, cette zone est aussi et surtout populaire pour les clubs à la mode et autres bars pour l’apéritif.

Porta Volta

Autrefois connue sous le nom de Porta Tenaglia, cette porte est l'une des plus récentes construite à Milan. Construite en 1880 dans les Bastions pour permettre une communication plus directe entre la ville et le cimetière monumental, et ouverte le long des remparts espagnols. Conçue par Cesare Beruto, elle est située au centre de la Piazzale Baiamonti, où vous pourrez admirer ses remparts.

Porta Vigentina

La route Vigentina qui reliait autrefois Milan à l’Abbaye de Mirasole et à la ville de Pavia commence avec cette arche qui porte son nom. Étant donc considérée comme une porte mineure, peu d'informations sont disponibles sur cette construction. Ce que l’on sait : au XVIIe siècle a été ouvert une « porte » dans la partie inférieure des remparts reliant la route de pèlerinage, le cours actuel de Lodi, à la route Vigentino, qui comprenait également la Via Ripamonti actuelle, à des fins strictement pratiques.

 

Sources photos : Luca Volpi (Goldmund100). Wikimédia Commons :
LucaChp. Wikipédia :
Andrzej Otrębski. Wikimédia Commons.
Arbalete. Wikipédia.
Fred Romero. Flickr.
Paolobon140. Wikipédia.
Vincenzo Paolella. Wikipédia.

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Milan ?

DÉCOUVERTE

Les maisons-musées de Milan, joyaux d’art et d’histoire

Elles font partie du patrimoine culturel et historique de Milan : les maisons-musées abritent des perles d’art et d’histoire, et furent autrefois habitées par les plus grands mécènes. Visite guidée

Expat Mag

Jean-Paul Demoule : les multiples facettes de l'archéologie

Jean-Paul Demoule est professeur émérite de protohistoire européenne à l’université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et membre honoraire de l’Institut Universitaire de France.