Espagne: les villages les plus recherchés par les étrangers pour l'achat d'une maison premium

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 29/06/2022 à 11:30 | Mis à jour le 29/06/2022 à 16:28
Photo : ayuntamiento portbou
villages de Portbou

Les villages ont de plus en plus la cote auprès des étrangers. Les grands centres urbains de la côte et des plages étaient jusqu'ici les principales destinations des étrangers à la recherche d'une maison. Les temps changent.

 

 

Les citoyens étrangers ont joué un rôle dans l'augmentation significative des ventes et des achats de logements en Espagne, représentant 17% des plus de 655.500 biens immobiliers vendus en 2021, selon les données du Conseil général des notaires.

 

Jamais auparavant les étrangers n'ont acheté autant de logements en Espagne

Mais, bien que leur poids n'ait pas encore atteint les niveaux pré-pandémiques, ce qui ressort, c'est que jamais auparavant les étrangers n'ont acheté autant de logements en Espagne. Les 111.743 transactions réalisées en 2021 ont dépassé les plus de 103.600 de 2018, un maximum historique jusque-là. Les résidents étrangers sont ceux qui ont acheté le plus de maisons, avec plus de 66.600 opérations, contre 45.100 pour les non-résidents.

 

village de Fuente Obejuna
Le village le plus recherché: Fuente Obejuna / ayuntamiento de Fuente Ovejuna

 

Des différences entre les étrangers résidents et non-résidents

Parmi les étrangers résidents, les Roumains et les Marocains se distinguent dans la plupart des communautés autonomes, bien que les Britanniques soient en tête dans la Communauté de Valence, les Allemands dans les îles Baléares et les Italiens dans les îles Canaries. Parmi les étrangers non-résidents, les Britanniques et les Français sont en tête de liste dans presque toutes les régions. Ils sont accompagnés d'Allemands, de Belges et d'Américains, selon les données des notaires.

 

Or, si l'on éloigne des transactions étrangères sur les principaux marchés côtiers tels que Torrevieja, Malaga, Marbella, Alicante et Valence, ainsi que dans les grandes capitales que sont Madrid et Barcelone, on découvre que les petites villes attirent de plus en plus les étrangers.

 

le village de cala ratjada à mallorque
Un des villages d'espagne les plus recherchés: Cala Ratjada, à Mallorque /CC

 

Des villages qui attirent plus les étrangers que les Espagnols

C'est ce qui ressort d'une étude réalisée par le portail immobilier idealista, qui analyse plus particulièrement les villes qui font l'objet d'encore plus d'intérêt de la part des étrangers que des Espagnols pour l'achat d'une maison.

 

C'est ainsi que le village le plus recherché est Fuente Obejuna, dans la privince de Cordoue, où 77% des visites reçues ces derniers mois provenaient de l'étranger.

 

Deux municipalités de Salamanque, Garcirrey et El Milano, complètent le podium, avec 69% et 66% des visites qu'elles ont reçues provenant de sources internationales. La ville suivante sur la liste est Cala Ratjada, sur l'île de Majorque, avec 63% des recherches provenant de l'étranger, suivie de Laroya (Almeria) avec 61%, Valle Gran Rey (sur l'île de La Gomera) avec 57% et Competa (Malaga) également avec 57%.

 

village d'Almonaster, une des plus beaux d'Espagne
Village d'Almonaster, une des plus beaux d'Espagne

 

Pour réaliser cette étude, idealista a mesuré l'origine des visites reçues pour les biens à vendre sur son portail dans les communes de moins de 5.000 habitants au cours des trois derniers mois.

 

Les provinces espagnoles les plus recherchées depuis l'étranger

Les provinces qui ont enregistré la plus forte proportion d'achats de logements par des étrangers au cours du dernier trimestre sont Alicante (40,7%), les Baléares (35,4%), Malaga (33,7%), Santa Cruz de Tenerife (32,1%) et Gérone (27,9%). Et dans ces provinces, les étrangers montrent un grand intérêt pour les petites villes.

 

 

Village de competa
Village de Competa / CC

 

Ciudad Quesada, à Alicante a reçu 55% des visites internationales, tandis que Canillas de Albaida et Sayalonga (toutes deux à Malaga) en ont reçu 54%. Les villes de Benitachell (Alicante), Cala Millor (Majorque), Arboleas (Almeria) et Cala Bona (Majorque) ont reçu 53% des visites d'étrangers.

 

Sa Coma (Majorque) et la ville de Gomeran d'Alajero (Santa Cruz de Tenerife) ont représenté 52% des recherches, tandis que Albanchez (Almeria), Deya (Majorque), Cala D'Or (Majorque) et Lubrín (Almeria) en ont représenté 51%. Enfin, les villes de Jete (Grenade) et Portbou (Gérone) présentent un intérêt égal pour les étrangers et les nationaux.

 

Capileira, une des plus beaux villages d'Espagne
Capileira, l'un des plus beaux villages d'Espagne dans la sierra de Granada

 

Des prix disparates entre ces villes recherchées par les étrangers

Si l'on considère les prix demandés pour les maisons à vendre dans ces villes de moins de 5.000 habitants, les Baléares sont clairement en tête, avec des prix tels que ceux de Deya (5.889 euros/m2), selon le dernier rapport d'idealista, ou de Cala d'Or (3 926 euros/m2).

 

Les villes de Benitachell et Ciudad Quesada, toutes deux situées dans la province d'Alicante, se situent  en dessous de 3.000 euros/m2, avec respectivement 2.944 euros/m2 et 2.303 euros/m2. Dans cette fourchette de prix, entre 2.000 et 3.000 euros/m2, on trouve également les villes majorquines de Sa Coma (2.676 euros/m2) ou Cala Millor (2.276 euros/m2).

 

L'un des plus beaux villages d'Espagne, Alquezar
L'un des plus beaux villages d'Espagne, Alquezar

 

En revanche, les prix les plus abordables parmi ces villes se concentrent à Fuente Obejuna, à Cordoue, avec seulement 359 euros/m2. Ces villes aux prix les plus bas ont peu d'habitants et peu d'offre sur le marché.

 

Selon l'offre actuellement disponible, Laroya (Almería) atteint 377 euros/m2, tandis que les deux villes de la province de Salamanque, de Garcirrey (400 euros/m2) et El Milano (458 euros/m2), ainsi que deux autres municipalités d'Almería comme Lubrín (615 euros/m2) et Albanchez (657 euros/m2), toutes inférieures à 1.000 euros/m2, les accompagnent.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale