Ouf, Patatra, Plouf et Stop, les quatre lascars de la Covid 19

Par Clotilde Betermier | Publié le 13/11/2020 à 10:30 | Mis à jour le 13/11/2020 à 10:39
Photo : Creative Commons
covid espagne

 


Ouf !
Avait-on entendu au début de l’été, enfin la fin du tunnel. Vacances, voyages, réunions familiales et amicales s’offraient à nous. Bref, un retour à la normale.

Patatra !
Avec les premières fraîcheurs de l’automne, il faut bien convenir que les statistiques, courbes et projections en tout genre accaparent notre attention.

Plouf !
Novembre s’annonce et l’on replonge. Du déjà vu peut-être…

Stop !
Eh oui, on a bien envie de crier très fort ; ça suffit !

Ouf, Patatra, Plouf et Stop sont devenus très populaires. Voilà quatre lascars qui jouent avec nos santés, nos nerfs, nos emplois, nos liens sociaux et familiaux.

Certains parlent de deuxième vague, d’autres annoncent que la première n’a jamais pris fin, toujours est-il que cette bande bien organisée : OufPatatraPloufStop met à rude épreuve nos facultés de résistance.

On est tous devenu myope. On a perdu de vue la ligne d’horizon. Pas de perspective, les projets s’estompent au fil des semaines. On navigue à la petite semaine. On évite les embruns, les lames de fond et les courants dérivants.

Montons donc à bord du "navire espoir". Il s’appelle État Sauveur, UE ou encore Pfizer. En fait, les boussoles se sont arrêtées de fonctionner. La Covid s’est invitée dans nos vies. Elle bouscule nos structures politiques, sociales, économiques et sanitaires.


Repli ou Renaissance

Jamais le "Digital" n’était rentré aussi violemment dans nos vies. Le Net, les réseaux sociaux, les plateformes d’échange ou de formation sont devenus un passage obligé pour préserver le lien avec le monde extérieur.

Physiquement limités dans nos mouvements, nous n’avons jamais autant échangé, communiqué ou travaillé par Internet.

Notre dernier constat sera donc positif. Les distances s’atténuent. Les échanges s’intensifient, leur fréquence s’accélère, les liens anciens ou oubliés sont réactivés. Nous avons gagné en connaissance sur les outils du "Digital", élargi notre répertoire, réduit les espaces. 

Notre champ d’action s’est agrandi, il n’est plus national, ni continental mais bien planétaire. Reste que des cinq sens, il nous coûte d’en oublier trois pour ne retenir que ceux qui nous permettent de visionner nos écrans et d’écouter nos interlocuteurs.

Bon courage à tous !
 

Sur le même sujet
clotilde betermier

Clotilde Betermier

Passionnée par la presse et la communication, elle est fondatrice de l’Agence Intro Ibérica. Aujourd’hui, au travers de son équipe, elle projette l’image et les références des entreprises qui lui ont fait confiance auprès de la presse espagnole & RRSS
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale