Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Mujeres Avenir expose les inégalités et défis des femmes dans le sport de haut niveau

Cela s'est passé lors de l'événement "Talents féminins dans le sport" organisé par l'association, en présence de grandes sportives espagnoles et françaises, qui ont reconnu l'importance de ces rencontres pour le positionnement des femmes dans le monde du sport et de l'entreprise.

mujeres avenir et le talent sportifmujeres avenir et le talent sportif
Écrit par lepetitjournal.com Madrid
Publié le 20 janvier 2024, mis à jour le 20 janvier 2024

Mujeres Avenir, l'association d'amitié franco-espagnole qui œuvre pour la consolidation de la visibilité des femmes dans tous les secteurs de la société et l'égalité réelle et effective entre les femmes et les hommes, a organisé un événement intitulé "Talents féminins dans le sport" à l'initiative de sa commission jeunesse pour donner la parole aux femmes et reconnaître, malgré les progrès accomplis, les plafonds de verre qui persistent dans tous les domaines du sport, sur le terrain et dans les structures des clubs.

 

debat mujeres avenir sur les femmes dans le sport
Grand succès de la conférence organisée para Mujeres Avenir

 

Rebeca Ávila Álvarez, présidente exécutive de Mujeres Avenir, a ainsi rappelé que "tout au long de l'histoire du sport, les femmes ont démontré leurs compétences et leurs capacités exceptionnelles en dépit d'obstacles importants, allant du manque d'opportunités et de ressources aux stéréotypes de genre, qui limitent leur pleine participation, raison pour laquelle il est toujours nécessaire de rendre visibles les défis qui persistent dans le sport féminin et qui nécessitent une attention continue, comme l'égalité des chances ou la reconnaissance équitable en termes de salaires et de parrainage".

De grandes sportives de haut niveau françaises et espagnoles ont mis en évidence les obstacles importants qui, du manque d'opportunités et de ressources aux stéréotypes de genre bien ancrés, limitent leur pleine participation au monde du sport

Teresa Castillo, vice-présidente de Mujeres Avenir et directrice de la commission jeunesse de l'Association d'amitié franco-espagnole, a présenté l'événement en soulignant "les valeurs exceptionnelles, source d'inspiration pour tous, des femmes professionnelles dans le sport de haut niveau, mettant en évidence le moment fantastique que vit le sport féminin à l'intérieur et à l'extérieur de nos frontières".

Au cours de l'événement qui s'est tenu dans l'auditorium de l'ESCP Business School, de grandes sportives de haut niveau ont participé et ont mis en évidence les obstacles importants qui, du manque d'opportunités et de ressources aux stéréotypes de genre bien ancrés, limitent leur pleine participation au monde du sport, comme l'a rappelé Belén Peralta, joueuse de football à l'Atlético de Madrid: "la majorité des sportives professionnelles ne peuvent pas se consacrer exclusivement à leur sport, à leur profession, et ce pour des raisons économiques. La différence de salaires entre les hommes et les femmes, même aux niveaux les plus bas, est exagérément élevée.

Il n'y a pas de sport masculin ou féminin, il n'y a que du sport

Pour Madeleine Bayon, ancienne gymnaste de l'équipe de France et première Française à participer au circuit mondial de plongeon de haut vol Red Bull Cliff Diving, "mon corps est constamment exposé dans les médias et les réseaux sociaux ne cessent de commenter chaque aspect de mon physique, et pas toujours le talent qui m'a amenée à ce niveau. L'accent devrait être mis sur le dévouement, les efforts et les compétences nécessaires pour devenir un athlète d'élite dans un sport où je mets ma vie en jeu à chaque saut. En tant que société, nous devrions penser aux filles qui rêvent de commencer leur vie dans le monde du sport".

"Grandir à l'étranger m'a donné une ouverture d'esprit dès mon plus jeune âge"

"Il n'y a pas de sport masculin ou féminin, il n'y a que du sport". C'est ainsi que Virginia Jiménez, joueuse et arbitre de handball, technicienne de l'équipe nationale espagnole et professionnelle au sein du Consejo Superior de Deportes, a commencé son discours. "Nous devons professionnaliser les structures des clubs et des institutions, car sans investissement, il est impossible de rivaliser au même niveau. Lorsque les filles atteignent l'âge de 16 ou 17 ans, elles abandonnent le sport parce qu'elles ne voient pas la possibilité de professionnaliser leur passion, et dans de nombreux cas, elles doivent choisir entre ce qui les motive et ce qui leur fournira de la nourriture à l'avenir. Aujourd'hui, nous devons passer de la base au sommet si nous voulons des sportives d'élite dans toutes les catégories".

Si vous êtes un homme, le budget de sponsoring provient du département marketing, si vous êtes une femme, vous êtes renvoyée vers les départements de responsabilité sociale des entreprises

Inés Mata Boix, basketteuse, championne de l'équipe nationale espagnole, boursière de la NCAA, joueuse à Chicago State et à Alcobendas dans la Challenge League, a subi deux blessures importantes au cours de sa vie sportive, "une loi sur le sport est nécessaire pour réglementer la conciliation et soutenir les sportives afin qu'elles n'aient pas à choisir entre la vie de famille et la vie professionnelle. Il n'est pas facile de retourner devant les tribunaux après une blessure et nous avons besoin d'un soutien institutionnel et que la loi inclue spécifiquement la maternité pour les femmes sportives d'élite".

Elle a rappelé l'importance de la présence du sport féminin dans les médias tout au long de l'année "pas seulement quand on gagne des médailles". Pour cette sportive internationale, "si l'on veut attirer les sportives de base, il faut que les médias parlent des autres sports féminins que beaucoup de femmes pratiquent déjà, et pas seulement du football ou du basket".

Fatima Gonzalez Carriles, joueuse de golf professionnelle du Ladies European Tour Access, a modéré l'événement et a souligné la manière dont les entreprises font la différence entre les sportifs et les femmes lorsqu'il s'agit de les soutenir. "Si vous êtes un homme, le budget de sponsoring provient du département marketing, si vous êtes une femme, vous êtes renvoyée vers les départements de responsabilité sociale des entreprises". Pour Fatima, "il y a encore beaucoup de chemin à parcourir de la part des institutions, des entreprises et des médias. Nous, les sportives, nous réalisons tout ce que nous entreprenons, et quand une femme gagne une médaille, tout le monde veut être sur la photo, mais quand elle s'entraîne tous les jours, très peu de gens se souviennent d'elle et encore moins la soutiennent".

 

Gema Hassen-Bey, athlète paralympique, première médaillée en escrime et première personne à avoir escaladé le mont Teide en fauteuil roulant, a clôturé l'événement en rappelant au public que "nous, les sportives d'élite, brisons les phrases telles que 'tu ne peux pas, ou tu es handicapée, invalide', et en tant que meilleures professionnelles du monde, vous ne pouvez pas porter ces adjectifs. Aucune femme, quoi qu'elle fasse, ne le mérite".

La consule générale de France en Espagne, Marie Christine Lang, a clôturé l'événement en reconnaissant l'importance de cette manifestation, "un pas de plus vers le positionnement des femmes dans le domaine du sport, alors que nous sommes à moins de 200 jours des Jeux olympiques de Paris, où les femmes porteront le flambeau de l'excellence, l'inspiration de leurs histoires de persévérance et nous motiveront à promouvoir l'égalité dans tous les domaines de la société".

logofbespagne
Publié le 20 janvier 2024, mis à jour le 20 janvier 2024