Le FMI revoit à la baisse les prévisions de croissance de l’Espagne

Par Armelle Pape Van Dyck | Publié le 26/01/2022 à 15:30 | Mis à jour le 26/01/2022 à 16:52
Photo : kaleb tapp
une flèche qui pointe vers le bas

Dans la mise à jour de ses Perspectives de l'économie mondiale (WEO) présentée cette semaine, le Fonds monétaire international (FMI) a décidé de revoir à la baisse ses estimations de croissance économique pour l'Espagne en 2022, tout en révisant à la hausse celles pour 2023. 

 

L'institution basée à Washington intègre les effets négatifs que la crise du Covid aura sur la reprise économique mondiale dans un contexte où l'inflation "durera plus longtemps que prévu". Le FMI a en effet abandonné son optimisme sur les prix d'il y a seulement neuf mois, lorsque qu’il affirmait que l'inflation était temporaire. 

Dans ses nouvelles prévisions, le FMI estime en effet que les prix ne cesseront d'augmenter en 2023. L'inflation touche presque tous les pays de la même manière, il n'y a donc aucune raison de penser que l’Espagne sera moins touchée que les autres. En fait, le document note qu'en 2021, les pays de la zone euro, dont l'Espagne, ont été plus vulnérables à la hausse des prix des combustibles fossiles (charbon, pétrole et gaz naturel).

PIB espagnol à la baisse

En outre, l’institution internationale a encore un fois contredit les prévisions du gouvernement pour 2022. Alors que les PGE de l’Espagne -budgets généraux de l’État- prévoient une croissance du PIB de 6,5% en 2021 et de 7% en 2022, le FMI a ramené ces chiffres à 4,9 % et 5,8 %, respectivement. Ce n'est pas aussi mauvais que les estimations de la Banque d'Espagne d'il y a seulement cinq semaines (4,5 % et 5,4 %), mais c'est une réduction considérable, surtout si l'on considère qu'il y a seulement trois mois, le FMI prévoyait une croissance de 6,4% pour l'Espagne en 2022.

La révision à la baisse de la croissance espagnole n'est pas un phénomène isolé, mais s'inscrit dans le contexte de l'économie mondiale, qui est affectée par la prolongation de la pandémie de Covid-19 et par une perturbation de la chaîne d'approvisionnement mondiale qui a déclenché une spirale inflationniste.

Problèmes d’approvisionnement

En effet, la variante Omicron a une nouvelle fois paralysé l'économie mondiale en brisant les chaînes d'approvisionnement et en imposant de nouvelles contraintes. L'inflation qui s’en est suivie a atteint des niveaux jamais vus depuis des décennies (en Espagne, depuis trente ans) et, finalement, elle durera beaucoup plus longtemps que prévu.

Pour cette raison, l'institution réduit la croissance mondiale de 4,9% prévue il y a trois mois à 4,4% pour cette année. Pratiquement tous les grands pays voient leur taux de croissance réduit : l'Allemagne, le Canada et la Chine de huit dixièmes, l'Espagne de six, la France et l'Italie de quatre, et la Grande-Bretagne de trois.

 

prévisions croissance espagne 2022

 

2023 : plus forte croissance de l’Espagne

Pour 2023, la croissance du PIB a été fixée à 1,8% pour la France, sans changement, et à 2,2% pour l'Italie, soit six dixièmes de point de pourcentage de plus. En revanche, pour l’Espagne, le FMI a fixé une hausse en 2023 à 3,8%, soit 1,2 point de plus que les projections d'octobre. Espérons que ces prévisions se confirment.

Armelle pvd

Armelle Pape Van Dyck

Après 15 ans à la direction de la communication de la 1ère banque espagnole, elle a décidé de concilier vie pro & perso, comme journaliste freelance en français ou espagnol. Elle est vice-présidente de l’Association des Correspondants de Presse Étrangère.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale