EXPAT - Éduquer son enfant en Espagne : attention au décalage

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 03/09/2014 à 22:00 | Mis à jour le 04/09/2014 à 01:38

Éduquer son enfant dans un pays étranger n'est pas une mince affaire. Les parents expatriés peuvent se trouver face à des problèmes divers tels que la scolarisation des enfants, l'apprentissage d'une nouvelle langue, le changement d'horaires et bien d'autres. Des professionnels et des parents nous donnent leur avis sur la question.

(Photo Creative Commons Elizabeth Albert)

A l'arrivée dans un nouveau pays, on se sent vite déboussolé. Il faut rapidement régler divers problèmes liés à l'expatriation. L'éducation des enfants, d'une importance cruciale, est souvent source de questionnements. Pour éviter que le changement ne soit trop brusque, mieux vaut prendre des précautions. Nathalie Bertin est spécialiste en coaching familial à Madrid. Pour elle, le changement est plus facile si l'expatriation est voulue par les deux parents. "Il est important que les deux parents soient investis et contents, mais attention : l'enthousiasme peut être tel, qu'il masque l'inquiétude des enfants", explique-t-elle, avant d'ajouter : "Il faut savoir être à l'écoute des signaux de mal-être et des difficultés que peuvent rencontrer les enfants". Les difficultés varient selon l'âge. Les plus petits auront moins de mal à s'intégrer. A l'adolescence, période où se construit l'identité d'une personne, la rupture avec l'environnement peut être mal vécue.

L'apprentissage d'une nouvelle langue
Il existe, en Espagne, des classes spécialisées pour les élèves étrangers appelées Agrupaciones de Lenguas y Culturas Españolas (ALCE). Ces cours, dispensés par l'éducation publique espagnole, sont gratuits et permettent de renforcer le niveau de langue des enfants immigrés."Aujourd'hui, compte-tenu de la situation économique du pays, de plus en plus de cours sont cependant supprimés" explique Eva Molina, coordinatrice pédagogique à la garderie franco-espagnole Les Ptits Bilingues. A partir d'un certain âge, l'enfant ne parlant que français peut sentir une frustration dans une classe où les cours ont lieu dans une autre langue. Il peut avoir des difficultés à communiquer avec les autres élèves et à suivre le rythme de la classe. Selon Eva Molina, "si les enfants n'ont jamais eu de relation avec la nouvelle langue, il vaut mieux les inscrire dans une école bilingue". Pour les familles binationales, le problème ne se pose pas. Leurs enfants baignent depuis leur naissance dans les deux langues.

Le système scolaire espagnol
Très ressemblant à l'école en France, le système éducatif espagnol possède néanmoins quelques différences. Les horaires quotidiens sont similaires. Les cours commencent en général à 9 heures et se terminent à 16 heures. Les élèves peuvent pratiquer des activités extrascolaires après les classes. Les enfants de Karine, responsable d'administration à Madrid, reçoivent des cours d'expression corporelle, d'anglais, de français et de jeu d'échec jusqu'à 17 heures. "Pour les parents, pendant l'année c'est assez pratique à gérer avec notre vie professionnelle, mais l'été c'est l'horreur pour trouver des solutions de garde, car bien évidemment nous n'avons pas autant de vacances qu'eux" explique Karine. Les enfants scolarisés dans des écoles espagnoles profitent de trois mois de vacances en été, de mi-juin jusqu'à mi-septembre. "Eux-mêmes en ont marre à la fin" ajoute cette maman française, "ils veulent revoir leurs amis". Pour elle, les vacances en cours d'année sont "insuffisantes" et "les enfants arrivent en fin de trimestre épuisés, physiquement et intellectuellement". "Je trouve le rythme français plus équilibré", affirme-t-elle.

Cécile, traductrice, est mariée à un Espagnol. Ils vivent à Madrid avec leurs deux enfants de sept et cinq ans. Ils ont décidé de scolariser leur fille ainée dans une école proche de leur domicile. "Nous avons finalement décidé de donner sa chance à l'école de quartier, en raison de sa proximité et des bonnes impressions que nous nous sommes faites lors des journées portes-ouvertes. Nous ne le regrettons pas un instant ! Nous sommes surpris des connaissances acquises si rapidement par nos filles, à tous les niveaux. Dès 5 ans, elles savent lire et écrire et apprennent avec une avidité et une joie qui font plaisir à voir. Le programme, qui peut sembler dense au départ, est parfaitement assimilé, grâce à des méthodologies ludiques et participatives et un matériel pédagogique très bien pensé (fiches, gommettes etc.)" explique la maman.

Les différences culturelles
A première vue, il n'y a pas de décalage horaire entre la France et l'Espagne. Pourtant, ici, tout se fait plus tard que dans le pays voisin. Pour les parents français, la différence est flagrante. "Voir des enfants dans la rue ou dans les lieux publics jusque tard dans la soirée est une chose qui ne cesse de me surprendre !" affirme Claire, ingénieure dans une agence internationale de Madrid et mère de deux enfants. Pour Floriane, éducatrice et infirmière à la garderie Les Ptits Bilingues, "les parents espagnols emmènent l'enfant dans la poussette et sortent voir leurs amis. En France, on respecte plus l'horaire de l'enfant, tout est plus centré sur lui alors qu'en Espagne, c'est plus l'enfant qui s'adapte".
Autre différence, le tutoiement. Alors qu'il est utilisé dans un cadre amical et familial en France, il est ici largement répandu. A l'école, les professeurs appellent les élèves par leur prénom et ces derniers tutoient leurs ainés.

Enfin, à l'heure d'inculquer des valeurs aux enfants, une différence se fait parfois sentir, comme l'expliquent Floriane et Eva des Ptis Bilingues. "Les parents français prennent plus en compte le fait d'inculquer des valeurs à leurs enfants qu'en Espagne, peut être qu'il ont plus de temps ou alors qu'ils sont plus consciencieux", affirme Eva. La jeune femme précise que même si l'on ne peut généraliser "en Espagne, de par la culture, l'école est l'endroit où s'éduquent les enfants. Les parents n'ont pas toujours conscience que la maison doit l'être aussi". Floriane ajoute que "les parents espagnols sont plus souples que les parents français qui reprennent sur la politesse et les valeurs centrales de l'éducation au sein même de la famille".

Pour les familles françaises venant d'arriver en Espagne, Nathalie Bertin, coach spécialisée pour les familles conseille de "ne pas projeter sur les enfants ses propres peurs et attentes pour laisser un espace suffisant à l'enfant et lui permettre de s'exprimer". Pour bien choisir la future école de son enfant, les mamans de Mômadrid recommandent de visiter les établissements avant d'y scolariser l'enfant et de choisir celui qui sera le mieux adapté à ses besoins.

Milia Colombani (www.lepetitjournal.com - Espagne) Lundi 11 mars 2013
(Rediffusion jeudi 4 septembre 2014)
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale