Mercredi 12 août 2020

BALCONING – Certains "sots" finissent à côté de la piscine...

Par lepetitjournal.com Madrid | Publié le 26/06/2013 à 22:00 | Mis à jour le 27/06/2013 à 04:59

Les beaux jours arrivent et la bêtise humaine semble les accompagner puisque le balconing a refait son apparition ces dernières semaines en Espagne. Cette pratique consistant à sauter d'un balcon à un autre ou à se jeter dans la piscine de l'hôtel depuis sa chambre fait de plus en plus d'adeptes parmi les touristes d'Europe du Nord. Sur le seul mois de juin 2013, une personne est décédée et deux autres se trouvent dans un état grave après s'être improvisés cascadeurs. N'est pas Jean-Paul Belmondo qui veut.

(Copie d'écran Youtube)

Médiatisé en Espagne à l'été 2010, le balconing inquiète toujours un peu plus les autorités espagnoles. Avec l'été qui arrive, des millions de touristes d'Europe du Nord viendront bientôt profiter du soleil ibère et oublier la grisaille dans les nombreux hôtels mis à leur disposition. Parmi ces vacanciers, des jeunes en mal de sensation forte s'adonnent à cette activité dangereuse voire mortelle. Pour ceux qui réussissent leurs acrobaties, c'est le succès assuré. Adrénaline, applaudissements des copains et gloire éphémère sur le Net puisque les exploits sont enregistrés en vidéo et mis en ligne sur Youtube presque aussitôt. D'autres, moins en réussite, s'en tirent avec une belle frayeur et une jambe dans le plâtre en guise de souvenir de vacances. Malheureusement, d'autres qui ont mal négocié leur saut finiront leurs jours en fauteuil roulant ou sont tués sur le coup. Dimanche dernier, un Allemand de 18 ans a été transporté à l'hôpital de Gérone dans un état grave après avoir chuté du premier étage d'un hôtel de Lloret del Mar. Le jeune homme tentait de rejoindre sa chambre en sautant d'un balcon à un autre. Le 12 juin dernier, on apprenait également la mort d'un homme de 40 ans dans les mêmes circonstances à Calella ainsi que la blessure grave d'un autre d'une vingtaine d'années ayant sauté de sa chambre située au troisième étage et s'écrasant sur le rebord de la piscine de l'hôtel. Le phénomène est très répandu dans les Îles Baléares et dans les stations balnéaires de la Costa Brava et ces voltigeurs, qui ont peut-être trop regardé les cascades de Jackie Chan ou les plongeons de Tarzan, sont un véritable casse-tête pour les hôteliers espagnols.

Binge drinking
Le profil type de l'adepte du balconing est un jeune d'origine anglaise ou allemande, âgé d'une vingtaine d'années et bien souvent éméché. Car la pratique se mêle à une autre, celle dite du "binge drinking" : consommation rapide et excessive d'alcool. La modération n'a pas sa place dans ce genre d'ivresse. Il faut être saoul le plus vite possible. Un comportement qui mène à des agissements violents, dangereux et irresponsables comme le balconing. A l'alcool s'ajoute parfois la drogue. Une étude menée par le gouvernement des Îles Baléares en 2010 révèle que 5% des touristes étrangers ont consommé de la cocaïne ou de l'ecstasy lors de leur séjour. Un taux qui s'élève à 20% sur l'île d'Ibiza. Quand la situation vire au drame suite à un accident de balconing, avocats des familles des victimes et représentants de l'industrie hôtelière se renvoient la balle. Les premiers reprochent notamment aux seconds de pousser à la consommation d'alcool en pratiquant une politique tarifaire encourageant l'ébriété grâce aux "happy hours" et autres verres gratuits offerts aux clients de l'hôtel. Nombreux sont également ceux qui dénoncent d'une façon générale un "tourisme poubelle" nourri par les compagnies low-cost qui alimentent ces régions dont le tourisme est la principale source de richesse.



Une sévère répression
Pour enrayer ce phénomène du balconing qui recueille beaucoup de succès auprès des jeunes européens, les professionnels du secteur touristique espagnol ont décidé de sévir envers tous ceux qui feront preuve d'inconscience en visant d'abord les casse-cou mais également les responsables hôteliers. Des amendes de 300? sont prévues pour ceux qui seront pris en flagrant délit de voltige et leurs noms figureront sur une liste de persona non grata transmise à tous les hôtels d'une même région. Aussitôt expulsé, le fautif se verra interdit d'accès aux autres hôtels et sera prié de passer ses vacances dans une autre région ou de rentrer chez lui. Les établissements fermant les yeux sur ce genre de pratique seront eux aussi sanctionnés d'une amende pouvant atteindre 1.500?. De nombreux lieux de vacances ont déjà pris les mesures nécessaires en installant des vigiles veillant à la sécurité des résidents et en réservant les chambres du rez-de-chaussée aux clients les plus susceptibles de pratiquer le balconing. Pour dissuader toujours plus les chiens fous, la hauteur des barrières de balcons a été augmentée et un accord a été passé avec plusieurs compagnies d'assurance pour ne pas couvrir les accidents liés à cette mode qui a déjà coûté la vie à une vingtaine de personnes depuis 2010.

Stéphane HODJA (www.lepetitjournal.com ? Espagne) Jeudi 27 juin 2013
Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite !

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Hambourg Appercu
HISTOIRE

Les villes hanséatiques : un incontournable de l'histoire allemande

À la fois vestiges historiques et réalités politiques, les villes hanséatiques comme Hambourg et Brême sont une spécificité unique au monde. Des précisions pour comprendre leur nature et fonction.

Sur le même sujet